Archives par mot-clé : complicité

Laura

Gabriel Feuvrier (12/01/2014)
(cc) Gabriel Feuvrier (12/01/2014)

Laura est ma petite sœur. Elle a 16 ans et nous avons passé un week-end ensemble à la montagne, pour faire du ski alpin, et surtout pour fêter notre anniversaire. C’est le matin, elle se repose après un copieux petit-déjeuner pris pour tenir durant l’éprouvante matinée de ski qui nous attend. C’est drôle car l’épreuve, c’est surtout de se tenir debout après le repas. Elle somnole, les yeux fermés. J’y vois l’occasion de réaliser la photo que je veux. Je voulais profiter du week-end avec elle pour la mettre en valeur et souligner mon amour pour ce petit bout de choux d’un mètre quatre-vingt. Je voulais la représenter de manière sereine, calme, paisible, c’est-à-dire tout l’inverse de ce qu’elle paraît. Mais paraître, ce n’est pas être. L’objet de mon billet, c’est Elle.

Elle a d’abord refusé que je la prenne en photo pour ne pas que « mes copains » la voit. Elle se repose un peu, vêtue de sa tenue de ski. Je lui demande doucement si je peux la prendre en photo maintenant. Elle prend un air renfrogné mais se prête au jeu. Je n’ai pas beaucoup de place dans la chambre de l’hôtel. Je préfère une focale moyenne fixe, un 50 mm pour un piqué d’image plus intéressant. Je veux peu de profondeur de champ. Pourtant, au loin se dresse un sommet enneigé. Moins loin, c’est la rue et une série de magasins qui ne forment pas grand chose d’intéressant… de prime abord. Peu m’importe car je ne souhaite voir qu’elle. Je renforce l’effet en ouvrant mon diaphragme au maximum, à F1.8. Pour compenser, je choisis un temps d’exposition assez court. Cela me convient d’autant plus que je n’ai pas beaucoup de temps. Il faudra bientôt rejoindre les parents qui nous attendent pour attaquer les pistes. La lumière est matinale, faible, mais ses cheveux roux flamboient comme s’ils étaient à eux seuls une source intarissable de lumière. Le reflet de la lumière de l’appartement dans la vitre fait écho à la couleur de ses cheveux. Je prends quelques clichés. Je recadre progressivement, pour respecter les lignes de fuite et l’encadrement de la fenêtre. Je lui demande de redresser un peu la tête, là, pas trop, de manière à deviner son visage plus que de ne le voir. Par jeu, je lui rajoute un doudou, modèle et source d’inspiration d’un scénario en cours d’écriture. Je prends quelques clichés. Le déclencheur fait du bruit dans la pièce silencieuse. Laura ouvre un oeil. Je ne prends qu’une seule photo supplémentaire.

C’est celle-ci. C’est avant qu’elle ne dise : « c’est bon ? T’as fini ? » Ça casserait la magie si je ne savais qu’en réalité, elle a apprécié l’exercice. En revoyant la série, je suis satisfait par celle-ci. Une autre était peut-être mieux cadrée, mais c’est celle-ci qui m’émeut le plus et qui rend le mieux compte de ce que je voulais exprimer. Les yeux clos, Laura était à la fois paisible et une projection de ma sérénité. L’œil ouvert, elle est devenue ma complice. Derrière elle, les magasins et le sommet enneigé rendu flou forment une véritable montagne. Je suis surpris car je n’avais pas vu cela, ni la première fois, ni la suivante. Ce sont mes camarades qui m’ont éclairé. Je découvre une symétrie entre le premier plan de ma soeur et l’arrière plan de la rue et du sommet. On pourrait y placer Laura, dans l’autre sens. On pourrait finalement placer deux Laura dans cette photo, chacune se posant comme un puzzle, inversée. La lueur de la lampe de l’appartement fait écho à l’oeil bleu de Laura. C’est également un oeil. Les couleurs en sont inversées. La tête imaginaire de la deuxième Laura est bleue. Son oeil est orange. Tout s’inverse. Tout se répond parfaitement.

 

Gabriel Feuvrier