Archives par mot-clé : combat

Le combat

La photographie de mon premier billet, qui s’intitulait « billet rose » , illustrait le challenge du Ruban rose, dans le cadre d’Octobre rose. Plusieurs courses étaient organisées afin de sensibiliser et de récolter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein. De nombreux joggeurs, tous vêtus d’un tee shirt rose, avaient participé à ce bel événement de solidarité. La lutte contre le cancer du sein est une cause à laquelle je suis particulièrement sensible car il y a quelques années ma mère a été touchée par cette maladie.

Pour ce billet son j’ai seulement enregistré ma voix, je n’ai pas souhaité rajouter d’autre son. Je pense que le son de ma voix est captivant, si j’avais rajouté d’autres sons, le message que je souhaitais passer n’aurait pas eu le même impact. Ma démarche pour ce billet son était bien plus personnelle que pour mon billet photographique. J’ai ainsi voulu raconter ma propre expérience afin de sensibiliser les auditeurs pour la lutte contre le cancer.

« Satisfaction garantie » – séquence finale (24)

(cc Gaylord Gauvrit 24/03/14)
(cc) Gaylord Gauvrit (24/03/14)

Adapter une nouvelle pour le cinéma. L’exercice fatidique. L’ultime épreuve où vont se mêler coups de crayon, coups de génie et coups bas à l’encontre de l’intégrité artistique de mes camarades. Premier round : adapter l’ensemble des descriptions pour visualiser l’univers imaginé par Isaac Asimov. Penser les lieux, les personnages et les objets pour donner corps à cette nouvelle, « Satisfaction Garantie ». Deuxième round : adapter le rythme du texte, propre au roman, vers un rythme cinématographique. Raccourcir les dialogues interminables d’Asimov, découper les séquences en plans, penser la mise en scène et l’éclairage. Bim ! premier K.O. face à un véritable travail d’adaptation. On remonte sur le ring et bim ! nouvelle contrainte dans les côtes : il faut adapter la fin de l’histoire pour la rendre plus contemporaine.

L’exercice semble perdu d’avance. La foule se fait entendre, grognant, soufflant et sifflant. Elle monte sur le ring. L’arbitre ne peut contenir leur fureur. Les crayons sifflent au-dessus des têtes, les gommes rebondissent sur les murs et les tailles crayons se taillent. Morgane tue à main nue un pastel dont le sang noir vient se rependre sur ses mains. Julie, rouge de fureur, déclare forfait. Sur le bord du ring, elle compte les blessés. Manon, héroïque, chausse ses patins, roule sur les morts et éclabousse le public de pelures de gomme. D’un coup de bassin assassin, elle me projette contre le sabre laser de Gabriel qui me transperce. Aaaaaargh !

Gabriel: Nooooooon !
Gaylord: Gabrieeeeeeeeeel, arrgh. Qu’est-ce tu foutais encore avec…. arrgh… avec ton sabre laser… ?!
Gabriel (tenant Gaylord dans ses bras): Gaylooooord, je suis désolééééé… Tu connais ma passion pour Star Wars. C’est plus fort que moi.
Gaylord (dans un soupir): Mais pourquoiiiii ? argh. Ah… ahhh… Gabriel ? Gabriel… écoute… argh… dit à Julie Laffont… que j’ai fait de mon mieux… arrgh… pour le storyboard.

Gaylord Gauvrit

La mue

La mue (cc) Lucile Moyano (08/12/2013)
(cc) Lucile Moyano (08/12/2013)

Je suis l’œil de la salle de bain, pièce de la féminité et de l’intime par excellence, dont le miroir voit défiler toutes les déclinaisons de notre visage jour après jour. E. vient dormir à la maison et je la photographie entrain de se changer. Cette photo a été choisie parmi une série en rafale où la fatigue se fait sentir, dégageant cette impression d’enfermement, de douleur dans les mouvements d’habillage, chose que nous pouvons vivre lorsque la routine nous aliène. Nos intérieurs deviennent étroits, les couleurs plus ternes, et le masque qui nous colle à la peau perturbe nos sens. Il devient alors urgent de changer de peau afin d’éviter l’asphyxie. Cette jeune fille au corps déployé semble vulnérable, vacillante devant le trou noir du lavabo, comme prise dans une lutte invisible avec son propre intérieur.

De tenues féminines en poses coquettes, la séance devient plus automatique. Je recherche l’angle de vue qui me convient et elle se lasse de mes demandes saugrenues. Perchée sur le rebord de la baignoire, je peux tout cerner du corps et de son rapport à l’espace, ressentant la limite des murs et du plafond telle la quatrième extrémité de la pièce. Mon sujet est « aveugle » et seul l’objectif a été capable de « voir ». Le mauvais grain, obtenu en recherchant un maximum de contraste et de lumière, me donne envie d’exploiter cette brume de pixels en dé-saturant la coloration de l’image. Ainsi se dégage une froideur, que le rose du pyjama ou le jaune des chaussures ne parviennent pas à éclipser.

Moyano Lucile