Archives par mot-clé : colocation

Soirée d’Automne

(cc) Marion Souquet (18/11/2014)

Ce que je voudrais c’est quelque chose de simple, d’intime, de mon quotidien. En fait je crois que ce qui raconte vraiment quelque chose de mon environnement, ce n’est pas uniquement ma colocataire mais surtout ce qui est au premier plan. Les deux assiettes vides, c’est le repas qu’on s’est préparé avec les restes du frigo, on a réussi à faire quelque chose de pas mal grâce à un vieux bout de vache qui rit. Les deux verres de vin c’est les restes d’une soirée, une bouteille qui traîne depuis quelques jours, pas mauvaise. Une petite cigarette avec ça, et pour terminer une barre chocolatée avec du caramel, dont on aperçoit l’emballage. J’ai mon appareil photo dans les mains, je prends ma colocataire en photo pendant qu’on mange, qu’on boit, qu’on discute.

Pas évident pour elle, elle me regarde moins et évite l’objectif. On a fini de manger, elle allume une cigarette et je prends trois photos. La première est trop sombre et la dernière trop floue, mais celle au milieu, celle-là il y a de la lumière. C’est peut-être un peu cliché, un visage éclairé par un briquet, mais je pense que ça fonctionne. Et puis il y a d’autres lumières, celle de la télévision en face qui fait refléter son ombre sur le mur et celle du réverbère de notre rue. L’atmosphère de la photo ne semple pas très gaie au premier abord, Tiphaine est seule, dans le noir, face à des assiettes et des verres vides. Sauf que je suis avec elle, elle n’est pas seule et ça change tout, ce n’est pas de la solitude.

Ce que m’évoque cette photo c’est le partage d’un bon moment. Ça parle à beaucoup de gens une situation comme celle là, ça fait appel à des références, la plus connue étant sans doute celle de L’Auberge Espagnole de Cédric Klapisch. D’ailleurs on aperçoit l’affiche du troisième volet, Casse Tête Chinois, sur la droite et ce n’est pas un hasard si on la retrouve dans notre salon. Cette bande de copains qui se découvrent  à un endroit, qui vivent leurs vies et qui se retrouvent, j’ai envie de croire qu’on sera comme ça aussi.  On se raconte nos journées, on s’amuse ensemble, on s’ennuie ensemble, on partage chacun un peu de nous, de notre intimité, de notre quotidien. C‘est mon chez-moi, mon environnement, simple,  rassurant.

Marion Souquet