Archives par mot-clé : collage

Diptyque citron

(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)
(cc) Adélaïde Michel (27/01/2015)

J’ai Claude Viallat et Jacques Villeglé à l’esprit. Je suis entourée de livres d’art, de carnets d’inspiration, de papiers déchirés, de croquis sur des coins de feuilles. Pas d’angoisse de la page blanche, je prépare deux supports vierges. Des copies des trois photographies de mes précédents billets sont réduites en lambeaux, déchirées. D’un côté en noir et blanc, de l’autre en couleurs. Et puis j’ai cette envie de jaune. Le personnage du premier billet perd son identité à coup de posca blanc sur le visage. Peinture et éponge viendront créer un motif jaune citron sur fragments en nuances de gris.

Je laisse rarement place au hasard dans ce genre de composition. J’ai l’impression que chaque chose doit être à sa place, tandis que sur la table basse qui me sert d’atelier de fortune c’est plutôt le bazar. J’ai construit les deux volets un à un, tout en souhaitant que chacun réponde à l’autre. Quand je pose la dernière empreinte acrylique, j’ai l’impression d’avoir atteint un certain équilibre. Mes deux parties forment un tout : diptyque citron.

Adélaïde Michel

Silhouette

(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)
(cc) Camille Coquereau (27/01/2015)

Après plusieurs tentatives sur Photoshop pour réaliser ce montage, je me rends à l’évidence : je ne maîtrise pas le logiciel. Les idées sont là mais impossible de les réaliser. Je décide donc de faire mon montage à la main. Les trois photos imprimées, je les découpe, les superpose, essaie de mettre en avant certaines couleurs, certaines formes. Sans pour autant chercher un résultat précis, j’expérimente et laisse libre court à mon imagination.

Au final, je tombe sur ce montage. A l’origine, la silhouette du skateur n’est pas sur la photo, seuls sont présents les éléments que l’on aperçoit à travers lui. Mais en jetant les chutes de papier, je tombe sur la silhouette. Je la place alors au dessus du collage pour voir ce que l’on aperçoit à l’intérieur. Un petit garçon, prêt à s’élancer vers l’avant, dans un univers oppressant, est enfermé dans sa propre silhouette.  Quelques clichés plus tard, je tiens ma photo. Pourquoi m’intéresse t-elle ? Car on ne sait pas où regarder, on ne sait pas si les choses se passent à l’intérieur ou à l’extérieur. Comme si deux univers différents se confrontaient pendant un instant.

Camille Coquereau