Archives par mot-clé : colère

Stupeur et hullulements

(cc) Florence Delavaud (26/01/2014)
Stupeur et hullulements. (cc) Florence Delavaud (26/01/2014)

La part d’animalité en nous est non négligeable. Les pulsions, la faim, la soif, le besoin de reproduction sont autant de points communs que nous entretenons avec toutes les espèces vivantes. C’est pourquoi j’ai choisi de créer mon portrait en hibou, perché sur une branche, l’air en colère voire effrayant, pour représenter une pulsion colérique qui s’est emparée de moi dimanche. Car au moment au j’ai commencé mes essais de collage, la box internet a choisi de tomber en panne. Un décès fulgurant et sans appel. J’ai abandonné mes ciseaux, de colère, et ai réfléchi à d’autres idées. C’est alors que j’ai imaginé me représenter à ce moment présent, telle quelle : sous l’effet de la stupeur et de l’énervement. Car un autoportrait ne doit pas forcément être flatteur mais réaliste, et là réside toute la difficulté : cela implique de devoir se regarder avec un œil juste.

J’ai allié plusieurs techniques sur ce collage : contour au feutre, aquarelle, pastels secs, découpage de plusieurs supports (flyers, papier cadeau, photomaton, photos provenant d’un guide touristique d’Ukraine). Ma méthode à été circulaire, j’ai commencé par l’épicentre en m’éloignant petit à petit vers les bords de mon carton. La tête du hibou est placée en premier, ainsi que les rayons foudroyants sortant de ses yeux, découpés dans du papier cadeau. L’effet psychédélique fonctionne, et semble foudroyer celui qui regarde le collage. Pour m’identifier au volatile, je découpe un photomaton, et place mes yeux et ma bouche en désordre : je morcelle mon identité. A l’aquarelle, je réalise un fond couleur nuit, choisis quelques photos d’une forêt des Carpates, pour constituer une partie du décors et des ailes de l’animal. Le résultat est inquiétant, la box toujours en panne, je suis toujours énervée, finalement cet autoportrait me convient.

Florence DELAVAUD