Archives par mot-clé : ciel

Le chant des couleurs

(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)
(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)

Alberti disait, “un tableau est une fenêtre ouverte sur le monde“. Cette phrase, me vient en tête à chaque fois que je pense à un lieu qui m’inspire. Le lieu qui m’inspire le plus est un lieu qui n’existe pas. Il est imaginaire. C’est un endroit que j’aperçois lorsque je ferme les yeux et que mon esprit divague. C’est un ciel, une vaste entendue colorée. Un passage vers un autre univers. Par une succession de couleurs, le chemin se crée. La dominante orangée éveille en moi l’attraction. La teinte chaleureuse de cette peinture m’évoque un aspect rassurant et bienveillant. Seule la partie de droite est caractérisée par une température de couleurs différente. Peut-être ce vert symbolise-t-il une autre direction à suivre ? Nous indiquant ainsi que le chemin se propage, au delà du cadre, nous conduisant vers d’autres champs de couleurs. Tel le chant hypnotique des sirènes, le centre de la toile m’attire. Il offre comme un puits sans fond, une ouverture vers un lieu inconnu. Je tombe là, aspirée par ce flux de couleurs et me laisse envahir par les émotions qu’il m’apporte.

La peinture acrylique est le médium que j’ai utilisé pour réaliser cette toile. Divers outils m’ont permis d’étendre la peinture. A l’aide d’une éponge, j’ai constitué un fond uni, avant d’effectuer des mouvements circulaires, mélangeant ainsi les couleurs sur le support. Je change d’outil et choisis un pinceau avec lequel je répartis la peinture différemment. A chaque outil, sa gestuelle. Je tamponne, frotte, griffe la matière afin d’obtenir des volumes variés. Je laisse libre cours à mon ressenti. La couleur me guide et les formes se dessinent devant moi. Cette création, purement subjective, reflète cet “endroit”, celui dans lequel mes émotions sont les plus fortes et où l’inspiration m’emporte. Il s’agit de ma “fenêtre ouverte sur le monde”.

 Chloé Hernandez

Gabriel est Myope

Gabriel est Myope. (cc) Gabriel Feuvrier (06/10/2013)
Gabriel est Myope. (cc) Gabriel Feuvrier (06/10/2013)

Mon prénom et moi, c’est une grande histoire d’amour. On est ensemble depuis que l’officier d’Etat civil l’a inscrit dans son petit carnet. De ce que j’en sais, Gabriel signifie « Force de Dieu » en hébreu. Si c’est la vérité, alors Dieu est myope et ne sait pas coller sans déborder. La photo rend compte de plusieurs choses. D’abord, je ne suis pas doué pour les arts plastiques ; je déborde toujours, que ce soit avec la colle ou avec les crayons de couleur. Ma petite sœur m’a ri au nez quand je lui ai présenté mon travail. Elle s’est moqué de mon découpage grossier et imprécis.

Ensuite, l’apparence floue de la photo résulte d’un choix assumé. D’une part, c’est la représentation d’une acuité visuelle défaillante. Sans lunettes, c’est ainsi que je vois les choses (c’est encore pire en réalité). D’autre part, le chevauchement des images était trop visible. L’absence de netteté et la légère surexposition ont pour but d’effacer les imperfections plastiques de ce collage. Enfin,  je suis attiré par le ciel. Le collage est composé d’un agréga de « tentative » de découpage de ciels différents sous la forme de nuage. Face à l’échec de mon découpage, j’ai choisi de les serrer entre eux de manière à ne laisser aucun espace libre. Ces ciels sont concentrés, ce qui est paradoxal. En effet, le ciel est à la fois un fantasme et un formidable espace liberté. On ne peut naturellement pas aller dans le ciel. Celui-ci est hors de notre portée et pourtant, on se prend à espérer y demeurer un jour. Contre cette utopie, le personnage nu (est-ce un homme ou une femme ?), tente de réaliser l’impossible dans sa tenue la plus naturelle.

Gabriel FEUVRIER