Archives par mot-clé : chiasme

Chiasme photographique

Chiasme
“Chiasme photographique” (cc) Gabriel Feuvrier (05/03/2014)

Cela parait souvent difficile de formuler des idées, de prononcer les mots justes afin de faire entendre précisément la bonne intention. A l’inverse, parfois, il parait impossible d’atteindre une finalité alors même que tous les outils sont disponibles, à portée d’œil ou de main. Expérimenter à partir d’une matière interroge notre esprit de création. Faut-il créer dans un but précis ? Ou bien faut-il chercher un but en créant ou en assemblant des matières ? Après avoir étalé les ressources dont je disposais, c’est-à-dire les trois différentes photos prises au cours de l’année, je ne trouvais pas mon but, ni le sens auquel je suis attaché. Comment donner du sens à ces trois photographies qui n’ont à l’origine pas été prises pour s’assembler, pour s’unir et pour figurer ensemble ? Pourtant, chacune de ces images se répond. Elles s’entrecroisent inévitablement et forment une figure de style. Une sorte de chiasme photographique. Après les avoir grossièrement découpées, j’ai choisi de les coller sur la dernière photo prise. Elle avait un fond noir relativement uni, donc neutre, et presque parfait pour y appliquer d’autres découpages.

Chaque personnage de chaque photo s’oppose. La petite fille rousse au grand chauve baraqué, le sans-abri à la vieille pratiquante. Aucun de se regarde pourtant. Mais chacun se répond, comme un chiasme, c’est-à-dire un croisement d’éléments formant une structure dynamique et progressive. Dans un chiasme, l’opposition n’est pas fermée. Elle est ouverte sur la poursuite d’une réflexion, d’une narration et d’un style, essentiellement poétique. Ce n’est pas un chemin fermé. Au contraire, il permet l’évolution d’un propos. Dans cette photo, l’homme et la femme se répondent, tout comme la jeunesse. L’homme à gauche, d’un certain âge, puis la jeune fille, en dessous ; de l’autre côté, il y a une vieille femme, d’un certain âge également. En dessous, un homme plus jeune. La jeunesse, par le fruit du montage, regarde devant elle, tandis que les deux personnages plus âgés ont le regard légèrement baissé vers le présent, ou le passé. Dans cette photo, chacun se répond, et seule la lumière semble s’imposer comme une barrière déroutante, une ligne de symétrie parfaite qui se trouve être l’unique point de séparation, comme un retour à la ligne après un vers.

Gabriel Feuvrier