Archives par mot-clé : Cerf

Léon en goguette

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

(Cc) Louise Tressens 08/04/1991

Pour cet exercice complexe qui consiste à relier nos trois photos en une seule, je m’en suis voulue de ne pas avoir deviné le traquenard avant de les photographier. Force est de constater qu’elles n’ont aucun rapport. Pour les mélanger, j’ai donc choisi d’intégrer un élément de chaque photo sur une troisième, ayant une composition plus accueillante. La photo de la file d’attente du restaurant l’Entrecôte m’a donc servi de photo de fond à laquelle j’ai ajouté Léon (mon nounours poussiéreux), son jumeau maléfique et la tête de cerf en carton (qui domine sur mon salon). Je voulais produire un résultat humoristique et réfléchi, plutôt qu’une simple expérience de tâtonnement sur Photoshop.

D’un point de vue technique, j’ai utilisé les seules fonctions de Photoshop dont je sais à peu près me servir: le détourage.
Avec l’outil plume, j’ai sélectionné le contour de mon ours en peluche en ajoutant des points d’ancrage pour plus de précision. J’ai répété l’opération pour la tête de cerf a qui j’ai du ratiboiser les bois pour plus de cohérence dans le collage. J’ai ensuite mis la photo en noir et blanc pour la rendre plus esthétique puis collé les deux ours sur les côtés verticaux, de manière à ce que leur corps coupés correspondent à la limite du cadre.

Louise Tressens

Voir sans être vu

(cc) Louise Tressens 06/12/2014
(cc) Louise Tressens 06/12/2014

 

Cette tête de cerf en carton occupait mon salon depuis plusieurs années sans que je n’y prête attention. Après m’être torturée l’esprit pour faire ressortir le Mac Gyver qui sommeille en moi, après avoir enchainé les échecs techniques, et les essais non concluants pour capturer une photographie dite “conceptuelle”, j’ai choisi de me pencher un peu plus sur ce majestueux animal et d’exploiter son potentiel photogénique. Voir sans être vu c’est la position que l’on adopte quand on a la chance de croiser un animal de la sorte en forêt par exemple; c’est la ligne de conduite d’un chasseur à la recherche d’une proie dans son viseur. Mes intentions étaient donc de rendre justice à la puissance du cerf en le photographiant en hauteur (tel qu’il est accroché sur mon mur) et en même temps de donner l’illusion que la photo a été prise en catimini, sur le vif, presque à travers un trou de serrure.

Pour réaliser ce petit défi, j’ai utilisé mon téléphone portable que j’ai inséré dans une râpe en inox à quatre faces. J’ai choisi la râpe aux trous les plus espacés et gros afin de pouvoir viser la tête de cerf à travers. La tâche n’a pas été simple puisque je ne pouvais voir le retour de ma photo sur l’écran de mon téléphone. C’est donc à tâtons que j’ai réussi à faire cette photo-ci. Je l’ai sélectionnée parmi une trentaine d’autres photographies qui me paraissaient intéressantes mais qui me plaisaient moins. D’un point de vue technique, la photographie a été prise avec une longueur focale de 3,85 mm, une sensibilité ISO de 800, une ouverture de f/2,8 et une vitesse de 1/17.

N’étant objectivement pas très douée avec un appareil photo entre les mains, je suis plutôt agréablement surprise du résultat que je trouve particulièrement esthétique ! En voyant cette photographie, il est difficile de comprendre sa composition et la façon dont elle fut réalisée. Elle donne presque l’impression d’être retouchée avec un logiciel. J’ai intentionnellement orienté mon appareil de biais par rapport au sujet pour comprendre son volume réel et rendre encore un peu plus de “prestance” à l’animal. L’inox de la râpe permet un mélange de gris semblable à de la buée qui contraste directement avec le blanc du mur. L’objectif prend le rôle d’un oeil qui regarde à travers un petit trou et contemple un objet secret, comme un privilégié sans que l’objet ne détecte sa présence.

Louise Tressens