Archives par mot-clé : cauchemar

Cauchemar au volant!

Conduire c’est un premier pas vers la liberté. Alors on vide ses poches à l’auto-école. On s’exerce au code de la route. Et puis, on apprend la conduite. Enfin… la première chose que l’on sait faire, c’est caler ! Et puis les heures passent, les cris fusent, les coups de frein pleuvent. Et finalement, petit à petit, on arrive à intégrer certains réflexes. Le levier de vitesse n’est plus notre ennemi. L’embrayage  n’est plus aussi susceptible qu’au premier jour. Et nous voilà, quelques mois plus tard, sur les routes ! C’est fou comment avec 4 roues et un volant on a l’impression d’être le roi du pétrole ! Mais la réalité nous rattrape. Les folles escapades laissent place aux joies des embouteillages !

J’ai voulu exprimer la montée d’adrénaline que l’on ressent lorsqu’on passe son permis de conduire. Le sentiment de liberté, l’envie d’évasion quand on a 18 ans. Mais finalement ce qu’on connait le plus souvent ce sont les bouchons ! Quand la réalité nous rattrape … la déception est grande.  J’ai écrit un court texte à ce sujet. Je me suis enregistrée avec le dictaphone de mon Iphone en essayant d’articuler. Pour traduire cette montée d’adrénaline accompagnant le texte j’ai sélectionné le début de la mélodie « Pirates of the Caribbean Theme Song » que j’ai répété plusieurs fois en fusionnant la fin de chaque partie avec le début de l’autre pour créer un effet de continuité. J’ai choisi un autre extrait de cette musique lorsqu’elle atteint son climax. Et d’un coup, tout retombe.  Le sentiment de liberté, d’aventure est stoppé net. Comme si le rêve devenait un cauchemar. Seule ma voix prend le relais. Un fond sonore prend place peu à peu et fini par remplacer ma voix. J’ai enregistré directement sur la rocade les ambiances sonores de la route.  Je me suis retrouvée, entre deux klaxons, avec de longues plages sonores  de bourdonnements de moteurs. Avec Reaper, j’ai isolé un klaxon que j’ai répété sur différentes pistes et fusionné  plusieurs fois sur une même piste. Cela m’a permis de traduire l’image d’une circulation embouteillée. Enfin après avoir soigné les transitions fondues entre les extraits et fusionner les extraits sur chaque piste, j’ai réglé leurs niveaux sonores.

J’ai essayé de donner du sens au son. De lui donner un rythme et des hauteurs différentes pour porter mon histoire. Entre aventure et déception, l’écriture sonore de ce billet joue avec les répétitions, les accumulations et les transitions pour donner cette pointe d’humour à une situation banale et quotidienne : les embouteillages !  Les moteurs bourdonnent, les klaxons fusent, la réalité est là. Et pour le final, ma voix résonne. Je fais alors partie de cet environnement bruyant, stressant et comme tout le monde, je m’énerve au volant !

Maelys Gosset

Un matin de rêve

Le matin ? Une thématique, celle du rêve, de la perception altérée du monde extérieur. Les sensations, les sentiments, tout est flou, lointain. Les sons se mélangent, l’atmosphère est oppressante. Réalité ou fiction ? La frontière n’est jamais si mince que dans nos chimères. Ce sont ces trois minutes, parfois tant redoutées qui, en brisant le cocon utérin des songes, marquent le passage du noir à la couleur et font disparaitre nos plus sombres démons. Cette production artistique, volontairement tragique a pour vocation de vous replonger dans votre pire cauchemar, mais aussi de rappeler que le matin n’est pas toujours le moment le plus pernicieux de la journée. De Shakespeare à Dali, l’artiste a souvent servi la tragédie, mais la tragédie a également souvent servi l’artiste. A mon avis, c’est seulement lors du pire, que l’on trouve l’aptitude à donner le meilleur.

Du grincement d’une fourchette sur une caisse à outils, en passant par l’écrasement d’une bande de cassette vidéo, divers objets ont été nécessaires à l’enregistrement de cette séquence. Le bruit du train marque le départ du voyage et les infra basses compriment la pensée de  l’auditeur. L’orage ainsi que le crépitement du feu sont les composantes d’une ambiance rassurante, qui se confond peu à peu dans l’inconscient de celui qui rêve. La gradation de la goutte d’eau nous mène progressivement à la sonnerie qui inhibe nos peurs de la nuit.  Au-delà de raconter un cauchemar, j’ai voulu vous céder ma place de conteur ; le pire des rêves révèle peut être la quintessence du réveil.

 

Dorian D.