Archives par mot-clé : cadre

Flou

2
(cc) Morgane Kerarvran (09/02/2013)

Tout a commencé alors que je prenais mon salon en photo. Je visais mon canapé et soudain, mon chat sauta dessus. Alors, par reflex, j’ai appuyé sur le déclencheur. Malheureusement, je n’avais pas eu le temps de faire la mise au point. Je regarde le résultat sur l’écran de l’appareil. Tout est flou, mais l’image me plait. Il y a quelque chose… On ne distingue que des formes et des couleurs. C’est là que mon idée est née.

Le flou, c’est une notion plutôt mal vue en photographie : « Non, mais là, c’est beaucoup trop flou, on ne voit rien, c’est n’importe quoi ». Voilà ce que j’entends, souvent. En fait, pour moi, c’est comme d’entendre « Non mais ce cadrage là, c’est nul, elle sait pas cadrer, quel mauvais film, et la mise au point, non, mais non. ». Ce que j’essaie de dire, en inventant des citations grotesques et vulgaires, c’est que tout n’est qu’une histoire d’intention et de point de vue. Dans mon cas, si j’aime le flou, c’est qu’il permet de se concentrer sur d’autres problématiques que la représentation figurative. J’ai toujours été passionnée par la peinture abstraite de Rothko, des aplats de couleurs non-figuratifs, on y voit « l’infini dans le néant ». Quelle importance qu’il n’y ait aucun personnage ? Ce que le peintre montre c’est une impression, un flash, une seconde suspendue.

J’ai réfléchis à une manière de jouer avec les couleurs. Tout de suite j’ai pensé à la lumière artificielle. En effet, projetée sur une autre surface, elle se reflète et on peut alors multiplier les sources colorées. J’ai également pensé aux vitres et à la buée, cette dernière permet de flouter naturellement une image en brouillant le contenu de l’image. J’ai trouvé mon lieu, à l’extérieur, de nuit. On voit une maison de loin, tout est allumé à l’intérieur. Les spots de la piscine et les spots extérieurs sont en marche, ils se reflètent dans l’eau très bleue. Je me place dans la cabane au fond du jardin, j’ouvre, puis referme la porte, à plusieurs reprises, ce qui créé de la condensation sur la vitre. Je me positionne et prend ma photo à ce moment là. J’ai choisis le cliché ci-dessus après avoir hésité plusieurs fois. Je reconnais les lieux car c’est chez moi, j’en ai l’habitude, et cela me dérange, c’est encore trop figuratif. Sur un autre cliché, il n’y avait pas le cadre et l’image était d’avantage floutée. Mais j’aimais cette idée de mise en abime, d’encadrement, comme si c’était un tableau.

Morgane Kerarvran