Archives par mot-clé : bébé

Berceuse

 

 

A la claire fontaine, c’est la chanson que je me chantais ma mère avant que je m’endorme quand j’étais petite. Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de cette période mais il y a une chose dont je me souviens très distinctement, c’est son grain de voix. Elle me chantait cette chanson en chuchotant à moitié et j’entend encore sa voix vibrer dans mes oreilles quand j’y pense. Alors quand j’ai commencé à garder des enfants le soir, j’ai appliqué la même méthode. Quoi de mieux qu’une berceuse pour calmer l’anxiété d’un tout petit, pour rassurer une fillette qui a peur que ses parents ne reviennent pas? Bonne nuit les petits, c’était pour moi l’occasion de retranscrire cette sensation, ce moment assez particulier où l’enfant se laisse aller dans les bras de Morphée.

Je voulais au début enregistrer ma petit cousine et la faire chanter avec moi. Mais cela s’est révélé compliqué en matière de temps. J’ai donc un peu modifié mon idée et j’ai été prendre des enregistrements de bébé sur universal soundbank, il s’agit d’ailleurs des mêmes bruitages que ceux que j’avais utilisé l’an dernier pour un court-métrage. Je me suis en suite enregistrée avec un micro usb et le logiciel reaper en train de parler avec le bébé et de chanter la berceuse. En réécoutant, je me suis rendu compte qu’il restait un vide à combler, le bébé devait respirer. Mais je ne trouvais rien sur internet, alors j’ai repris mon micro et bruité les respirations précipités du bébé moi-même, sous l’œil préoccupé de ma colocataire. Enfin, pour symboliser l’endormissement de l’enfant, j’ai fait une transition assez longue pendant laquelle un écho s’installe sur ma voix qui  se fait de plus en plus lointaine à l’aide d’un fondu. Pendant ce temps la respiration du bébé se fait de plus en plus forte et lente. En cherchant et en testant plusieurs choses sans but précis, j’ai réussi à inverser la boite à musique obtenant une musique déstructurée et assez onirique pour renforcer l’idée de rêve.

 

Jeanne Vidal-Giraud

Fondre dans les bras de Morphée

Je souhaitais raconter une petite histoire avec le son qu’on avait, très simple: quelqu’un rentre dans une chambre pour endormir un bébé. Je suis allée chercher des bruitages dans une banque de son, des bruits de pas, de porte qui s’ouvre et qui se ferme, des babillages de bébé. Une fois le son imposé intégrer, je voulais donner à entendre le basculement du bébé du sommeil vers le rêve, grâce à quelques notes de harpe qui m’évoque un univers magique. J’ai mis ensuite, très niaisement, une chanson tirée du Dumbo de Walt Disney, sorte de madeleine de l’enfance, un moment particulièrement émouvant du film où la mère est enfermée et câline son bébé à travers les barreaux de la prison où elle est enfermée.

Pour clore l’histoire, j’ai refermé la parenthèse du rêve toujours à l’aide de la harpe et en faisant sortir le personnage qui était rentré au début. Pour donner un petit peu plus de texture à l’ensemble, j’ai décidé d’intégrer au début un bruitage de nuit d’été, pour que le personnage qui entre ferme la fenêtre. Je trouvais que cela permettait de mieux imaginer l’ensemble, que ça donnait des indications de temps et de lieu.