Archives par mot-clé : autoportrait

Petite faim

Billet 3
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (08/12/14)

C’est quand même génial le hasard. On est dimanche, il fait froid dehors, je me remet difficilement d’une fête d’anniversaire un peu trop arrosée. Je dois bosser, je dois prendre ma photo, faire mon analyse, réviser mes cours. Mais d’abord, le plus important c’est de manger quelque chose. Quelque chose de gras ou de sucré, peut importe tant que ça finit dans mon estomac malmené par les mélanges de la veille. Je me fait réchauffer une part de gâteau. C’est long. Je fais le guet devant mon four et je remarque mon reflet dans la vitre : intéressant!

J’ai donc aussitôt décidé d’attraper mon appareil pour prendre ce fameux cliché. Après plusieurs essais avec différents réglages, j’opte pour une petite profondeur de champs et je fais le point sur la grille du four. Je trouve que cela donne une texture intéressante à la photo. Il y a plusieurs espace dans cette image : mon appartement, l’intérieur du four et le monde extérieur derrière mes fenêtres. On a l’impression que je suis enfermée derrière ce grillage alors que je dispose de tout l’espace que l’on voit derrière moi. J’ai également essayé de travailler la couleur de ma photo. Je souhaitais mettre l’accent sur la lumière du four qui donne un côté chaleureux en opposition avec le reste de la pièce qui est très froid, et mon visage, complètement sombre.

 On peut décortiquer cette photo, y repérer différents niveaux, s’amuser à reconstituer le lieu, imaginer le moment où elle a été prise.  Je pourrais être un personnage de film d’horreur Japonais avec de long cheveux, la peau grisâtre et les orbites vides.  Au final, ce n’est pas très important de savoir qu’il s’agit de moi assise devant mon four, attendant ma part de gâteau, c’est important pour moi mais pas pour les autres. Cette photo peut raconter des milliers de choses, cela dépend de ce que les gens choisissent d’y voir.

Jeanne Vidal-Giraud.

La narcisse et l’inconnue

(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)
(cc) Florence Delavaud (09/02/2014)

Image ordinaire, le portrait n’a cessé d’être réinventé depuis l’histoire de la photographie. Portraits de famille, de face, de dos, pour la postérité ou pour laisser un souvenir intime à quelqu’un de cher, la représentation n’a rien d’original. L’autoportrait suscita chez Baudelaire un certain dégoût, précurseur de ceux qui critique notre société de l’image et du réseau social tout puissant : ” société immonde qui se rua, comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur le métal”. Pourtant, pour réaliser un exercice de trompe l’œil, je trouve le portrait fascinant, car il amène un jeu de cache-cache, pose l’éternelle question de l’identité.

Juchée dans la salle de bain, je me tords dans tous les sens, un appareil dans une main, un miroir argenté dans l’autre. Jeu de reflets, je voudrais prendre en photo les miroirs imbriqués les uns dans les autres, en mise en abîme. L’exercice tourne court, c’est trop évident. L’appareil est trop visible, on comprend immédiatement quelle image est l’originale et d’où viennent les reflets. Je fais des essais en fixant un collant sur l’objectif, ce qui amène un effet granuleux à l’image. Mais la luminosité n’est pas suffisante, je renonce et me contorsionne à nouveau.

Finalement, en triant, je choisis une photo énigmatique. La duplication de l’image donne une impression de mouvement, d’autant que l’expression d’une face du miroir à l’autre semble différente. Ce portrait, voilé par le trompe l’œil du miroir, et du collant sur l’objectif, en est t’il toujours un ?  Je découvre non pas un narcisse mais une inconnue.

Florence Delavaud

La page blanche

La page blanche
La page blanche. (cc) Manon Harsigny (26/01/2014)

Fascinée depuis fort longtemps par le métier de scénariste, je me confronte aujourd’hui à la réalité de cet exercice de style. Ecrire, déconstruire, réécrire jour et nuit. […] Respirer […]. Recommencer et se heurter à la page blanche ! Froide et vide, elle me renvoie à ma solitude, me confronte à mes angoisses et me pousse à mettre de ma personne dans le scénario auquel je m’attaque. L’enjeu est finalement de ne pas se perdre dans les méandres de cette feuille faussement limpide.

Il m’est apparu pertinent de faire mon autoportrait d’apprenti scénariste en reprenant le concept de la page blanche à travers un collage. Ma base en est d’ailleurs sa première évocation. Il s’agit en effet d’un large support blanc que mon collage laisse généreusement entrevoir. La seconde couche est un cadre en aluminium évoquant le miroir de la page blanche et ainsi le reflet de l’auteur – en l’occurrence moi – qui, confronté à son image et rien d’autre que celle-ci, doit trouver de quoi alimenter son histoire. Cette feuille métallique plissée constitue ici le miroir de l’âme du scénariste qui transparait de façon plus ou moins subtile et complexe dans ses scenarii mais elle réfère aussi directement au 7ème Art via la lumière qu’elle réfléchit de tous bords. Le cadre volontairement désaxé et les pages de scenario arrachées évoquent également ce tourbillon introspectif qu’est l’écriture scénaristique. Elles mettent l’emphase sur les allers retours indispensables à ce type d’écriture éprouvante. Le jeu d’ombres et de lumières, réfléchit par l’aluminium, achève de renvoyer au cycle temporel long et répétitif qui entoure la rédaction du script. Mon portrait est en noir et blanc afin d’évoquer l’étonnante sobriété du document à l’origine d’œuvres paradoxalement ultra subjectives et colorées. Une masse de dialogues vient scinder les deux parties de mon visage et dissocie dès lors ma vue/mon imaginaire de mon goût/mon expression. Dans cet autoportrait, les mots du scénario quasi prémâché nourrissent l’auteure que j’aspire à devenir et qui recrachera peut-être un jour son propre scénario digne d’être porté à l’écran.

Françoise H.

Manon HARSIGNY

Rendez-vous aux Moulins

(cc) Chloé Hernandez (26/01/14)
Rendez-vous aux Moulins. (cc) Chloé Hernandez (26/01/2014)

« Café les “2 Moulins”. J’y suis souvent à partir de 16h00 ». C’est ce que je peux lire sur le petit écriteau qu’elle tient entre ses mains. Un rendez-vous. Dois-je m’y rendre ? Mais qui est-elle ? Cette inconnue semble vouloir garder l’anonymat, du moins jusqu’à notre rencontre. Elle qui m’envoie ses photos en prenant soin de ne jamais dévoiler son identité en masquant toujours une part de son visage. En assemblant les petits morceaux de papier, j’ai pu reconstituer la dernière photo et découvrir le lieu de rendez-vous. C’est un jeu, elle m’invite à la retrouver. Le meilleur moyen de savoir qui elle est d’aller au café indiqué.

En lisant la consigne, qui consistait à réaliser son portrait en collage, j’ai rapidement pensé à une image de photomaton, déchirée et découpée tel les morceaux d’un puzzle. Naturellement, ce détail m’a fait pensé au film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », qui est l’un de mes films favori. L’une des « intrigues » du film demeure sur l’identité de l’homme qui se photographie et se débarrasse aussitôt des ses clichés. Le personnage d’Amélie reprend le processus du photomaton pour donner rendez-vous à l’homme qu’elle aime et qu’elle n’a jamais réellement rencontré. En guise de citation j’ai donc moi aussi utilisé le principe du photomaton, dans le cas présent il s’agit d’un « photomaton en ligne », pour donner rendez-vous à la personne qui reconstitue le puzzle de ma photo, quelle qu’elle soit. A l’aide d’une feuille de Canson noire, je me suis fabriquée un écriteau avec le texte exacte sur lequel Amélie donne rendez-vous à son amant. Comme je n’avais pas de papier photo, j’ai imprimé et découpé mon portrait afin de le coller sur un papier plus épais. J’ai froissé mon collage avant de le déchirer pour donner à croire que l’expéditeur insistait pour que le destinataire reconstitue la photo. Tel un détective, le destinataire cherche à assembler toute les pièces du puzzle pour résoudre l’énigme.

Chloé HERNANDEZ