Archives par mot-clé : au-revoir

Au revoir Léon

(cc) Louise Tressens 17/11/2014
(cc) Louise Tressens 17/11/2014

Léon, c’était mon ours en peluche. Mon doudou, comme on dit dans le jargon. Un sacré guerrier, qui après le quintal de bonbons que je lui ai caché dans son molleton déchiré, affichait toujours le même sourire bienveillant. Si le mot intime implique de dévoiler une partie de soi, je me risque à tomber dans le ridicule en rendant hommage à Léon et à sa gloire passée. De toutes manières le choix était vite fait, c’était soit Léon soit mes orteils rigolos. Je n’ai plus de vernis, donc j’ai choisi Léon, toujours fidèle au poste, dix ans après. Le weekend du 16 novembre, j’ai intégralement rangé le cloaque qui me sert de chambre et en pleine fouille archéologique sous mon lit, je me suis retrouvée main à patte avec mon bon vieux Léon qui vivait ses vieux jours le museau dans la poussière.

Mon appareil photo digne de ce nom étant officiellement en fin de carrière, je m’en suis remise à mon smartphone. Aucun réglage ne fût nécessaire, si ce n’est d’enclencher le flash. Après plus amples recherches sur mon logiciel photo, l’ouverture de l’appareil intégré à mon téléphone était réglée sur f/2,8, la vitesse sur 1/15 et la focale était de 3,85 mm. Concernant la construction de la photo, je trouvais intéressant de mettre en valeur le contraste de l’image entre le parquet roux, le pull rouge de Leon et les draps blancs. J’ai orienté l’appareil en plongée afin de bien distinguer les lettres dorées inscrites sur le pull rouge. S’il faut être totalement honnête, j’ai du mettre en scène le modèle  Léon en le laissant apparaître légèrement de dessous le lit, comme un symbole.

J’ai choisi de prendre Léon en photo, à moitié caché sous le lit, car il représente pour moi un des marqueurs de mon enfance et même au delà puisque j’ai eu du mal à m’en passer avant mes treize ans. Le retrouver en rangeant ma chambre m’a forcé à me remettre en mémoire tous les moments où cet ours a compté pour la petite fille que j’étais. Cette photo évoque le besoin que l’on a, ou plutôt que j’ai, de revenir sur le passé, de me lamenter en constatant que tout était plus simple avant. Je ne refuse ni de vieillir ni d’avancer mais c’est en trouvant ce genre de souvenir que l’on comprend le sens du mot nostalgie. Léon n’a pas retrouvé sa place sur mon lit mais profite désormais d’une retraite paisible dans une boîte à chaussure, respectueusement rangée, comme un souvenir digne de ce nom.

Louise Tressens

Madame la gare et ses aurevoirs

Billet 1
(cc) Manon Sultana (19/10/2014)

Dimanche 19 octobre 2014, environ 19h. J’aime les gares, elles ont du charme. Il s’y passe tellement de choses: des retrouvailles douloureuses, joyeuses, des rencontres inattendues, inespérées, des laissés-pour-compte sur les quais, des gens tristes sur la place 12, voiture 6. C’est un lieu parmi d’autres où on se dit au revoir, adieu, à bientôt. Un regard, un sourire et hop le train démarre. Pour l’avoir vécu et écrit dessus, je voulais capturer des adieux à la gare. Tout comme l’aurevoir déchirant de Geneviève et de Guy dans Les parapluies de Cherbourg. Tellement d’aurevoirs différents et plus ou moins longs mais si marquants. Une photo volée, un instant de transition, un départ.

Je savais que je voulais une photo d’amants à la gare. Je me suis dit qu’un dimanche vers 19h, après un weekend bien chargé, ils seraient là. Et oui, ils attendent les aurevoirs et je les attends. Dès que je rentre dans la gare je vois un train pour Tours arriver, et c’est le moment. Alors je prends l’appareil photo et je les mitraille. Je ne suis pas très discrète, des passants me remarquent mais eux non, ils sont bien trop occupés et je les comprends. J’attends que le train parte et je baisse les bras, comme la jeune femme qui le laisse partir. Je viens d’être témoin d’une scène quotidienne de gare, il y en a eu tant des histoires si singulières et pourtant ordinaires pour madame la gare. Elle s’en remettra, mais eux ?

Je voulais cette photo et grâce à eux je l’ai eue. Mais un train avant, un train après et le résultat aurait été différent. J’ai regardé toutes les photos et celle-ci me plaît. Il y a le mouvement du train qui arrive, et des futurs passagers autour. Tout le monde est en attente, mais pas eux. Ils profitent du moment, des derniers instants sous le grand toit de la gare. Comme si le toit de tuiles couvrait les amants et que le bleu de la sortie leur faisait se souvenir qu’il faut partir. Le mouvement de ceux qui partent, du train et des autres voyageurs fait contraste avec les amants et la gare qui elle reste et s’imprègne de ses visiteurs passagers. J’ai entendu une phrase quelque part, qui me fait penser à ce que les deux amants doivent se dire a ce moment-là : « C’est pas beau de manquer ».

Manon SULTANA