Archives par mot-clé : aquarelle

Taudis du monde

Dessin Jonathan Rochier (cc)
(cc) Jonathan Rochier (23/11/2013)

Ce dessin représente des éléments essentiels à ma démarche créative. La discordance des choses : Les pavés sales de la ville sous la clarté lunaire. L’arbre tortueux, semblable à un vieillard affrontant encore et toujours l’adversité.
Lorsque je créé, je préfère pointer du doigt la hideur et non la beauté, dénicher l’impureté dans la pureté, accuser notre grossièreté à tout égard plutôt que de souligner notre pudeur. En comparaison, le moindre pétale de rose est magnifique et salvateur. Constater froidement l’horreur me permet d’apprécier à sa juste valeur chaque détail de ce qui est beau.

Cet îlot flotte dans les airs, sans attache. Il est en quelque sorte mon inconscient, mon image mentale. Ce n’est pas un lieu dans lequel j’aimerais être, au contraire même. Ce lieu est la conception chimérique que je me fais du monde : un élément pur que nous pervertissons en injectant dans ses racines notre substrat moribond.
L’arbre symbolise l’authenticité, représentée par la technique de l’aquarelle, diffuse et délicate. Cette partie s’assume pleinement, elle est située au-dessus du sol.
Notre monde quant à lui se dissimule. Vivants en-dessous de l’îlot, nous ne nous avouons pas notre laideur. Et pourtant, malgré nos efforts de déni, les marques de notre passage sont apparentes, elles sont représentées ici par les contours au stylo et les petites scènes disposées de part et d’autres dans la partie supérieure du dessin.
Dans la partie inférieure, sous les racines de l’arbre, une scène de débauche se trame. Enveloppées dans la fumée de la ville, deux créatures déconstruites assujettissent leur propre création. Notre essence est la domination, la nécessité de soumettre tout ce qui nous entoure, de flatter notre égo avec une indécence démesurée.

Jonathan Rochier

Entre mer et terre

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)

J’ai passé mon premier niveau de plongée sous-marine suite à une immersion en compagnie de raies manta, puis d’autres animaux marins. J’en conserve un souvenir impérissable et, depuis, ma fascination pour cet univers ne cesse de croître. C’est pourquoi, si je dois imaginer un lieu qui m’inspire, c’est bien un lieu où l’on respire en étant au cœur de la mer, étendue d’eau qui semble contenir toute la voie lactée. Je suis ce petit personnage, en bas à droite, au bord de la falaise, au dessous du vide, qui s’émerveille de ce spectacle. Les algues vertes, lumineuses, m’inspirent les espaces verts de la terre ferme, une source d’inspiration puissante dans mon quotidien. Ces plantes aquatiques se mêlent ici aux coraux, ramenant ainsi notre imaginaire vers le monde marin. En somme, ce paysage est intimement lié à la nature et me transporte loin de ma vie citadine.

Comme la majorité d’entre nous, certainement, je n’avais que peu de matériel pour réaliser ce dessin. En effet, je ne dessine que très rarement. J’ai tout de même retrouvé quelques vieux pinceaux et tubes de couleurs acrylique. Je me suis servie exclusivement d’un pinceau à aquarelle. Un seul pour tout, grosses surfaces et petits détails, cela me semblait plus facile. Je crois que j’ai une certaine fascination pour les lignes de fuite (cela se voit dans mon dernier billet). Ici, alliées aux rondeurs et aux courbes des plantes, elles m’aident à rendre la profondeur que je recherche.

Sarah Vasseur

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)