Archives par mot-clé : angoisse

Présence

(cc) JulieT (06/12/14)
(cc) JulieT (06/12/14)

 

Je me rends compte maintenant, alors que le temps de refaire une photo me manque, que j’ai mal compris les consignes : reflets, atelier de travail : éviter le Photoshop, etc. Cela m’a totalement bloqué! J’avais beaucoup d’idée de photos pour ce cours sur le conceptuel mais aucun ne convenait aux consignes données. Et puis je vois les photos de mes collègues, je me rends compte que je me suis enfermé moi-même dans des consignes que j’ai trop pris à la lettre et qui m’ont ôter toute envie de faire ce billet.

Je voulais illustrer que toute personne laisse une trace derrière son passage. L’installation était bien trop compliquée et je n’avais pas ce qui me fallait. Alors le concept et l’idée ont dérivé. J’ai repensé à mon enfance où j’ai acquis la certitude qu’ouvrir un livre, c’était ouvrir un monde, une émotion. Alors j’ai pris mon livre du moment, je me suis assise sur mon lit. Le bleu et les motifs font penser à la mer dans laquelle on se noie. Et derrière moi apparaît l’émotion du livre : la peur, l’angoisse. Cette présence noire sans contour qui passe au-dessus des coussins et qui comme le visage est floue : elle en vient, elle y va, chacun choisis.

Ce billet ne comporte ainsi pas toutes les informations du système de prise de vue, car il est très simple. A la réflexion une série sur la présence de l’imaginaire pourrait être intéressante mais prise seule cette photo apporte peu.

 

Récréation psychédélique

Pour ce neuvième billet sur le cinéma expérimental, je me suis laissée tenter par la réalisation d’une vidéo. Pour cela, j’ai sélectionné des rushes que j’avais déjà, afin de me focaliser sur le traitement de l’image. J’ai choisi des rushes avec des personnes en mouvement pour mieux percevoir les traitements appliqués. Une fois les rushes posés aléatoirement sur la timeline, j’ai essayé une grande partie des effets vidéo disponibles dans le logiciel Premiere Pro et j’ai fini par appliquer les filtres « solarize » et « posterize » sur chacun des rushes.  Pour qu’ils n’aient pas tous le même rendu, j’ai retourné horizontalement certains rushes, et ajouté l’effet « mirror » à d’autres. J’ai joué avec le degré de réflexion du miroir jusqu’à ce que l’effet me convienne. J’ai enfin appliqué l’effet « magnify » sur un rush, pour créer un rond dans l’image qui reproduit une partie de cette image en plus ou moins zoomé. J’ai enfin superposé quelques rushes en jouant sur l’opacité et j’ai augmenté les contrastes de tous les rushes. Ces derniers s’enchaînent sans ordre logique, je les ai simplement déplacés et redéplacés jusqu’à ce que l’enchaînement me plaise. En revanche, je n’ai pas pu m’empêcher de mettre des bruitages pour ajouter une ambiance sonore à la vidéo.

En regardant la vidéo quelques jours après l’avoir réalisée, j’ai pu l’appréhender de façon plus objective. Elle peut projeter le spectateur dans une ambiance angoissante au travers de couleurs et effets que je trouve assez psychédéliques. Cette vidéo donne l’impression que l’on se trouve dans une sorte de dimension parallèle. C’est comme si on espionnait des enfants qui jouent depuis une autre dimension ou depuis un autre espace temporel. On pourrait même croire qu’on les observe depuis l’au-delà, car les couleurs et les effets donnent un aspect fantomatique et spectral aux images. C’est pourquoi cette vidéo me fait également penser à la Science-Fiction. Du point de vue des enfants, elle pourrait représenter l’univers irréel et imaginaire dans lequel ils se projettent lorsqu’ils jouent.

Laetitia STOFFEL

Devoir sur table

Mardi 10 décembre – SCAV – Université Bordeaux 3

J’ai beau fêter mes 24 ans aujourd’hui, le devoir auquel je me prépare depuis (…) la veille me renvoie pourtant aux années lycée. J’ai préparé des fiches, j’ai révisé dans les transports et j’ai la désagréable impression que mon peu de connaissance est sur le point de s’évaporer. Trop tard, je ne peux plus réviser davantage, la question est posée, il faut se lancer ! Silence dans la salle, tout le monde retient son souffle et démarre. J’aurais dû m’agripper à cette exaltation groupée, suivre la cadence mais, comme souvent en examen, j’ai loupé le coche et fixe les autres s’animer autour de brouillons physiques ou imaginaires. Les regards fixent un savoir dématérialisé qui persiste à m’échapper. Chaque bruit est un prétexte à la déconcentration et rompt mes faibles ébauches de raisonnement. Le temps file à folle allure, j’ajoute quelques mots à ma feuille pour mieux fixer ma pensée, empêcher mon esprit de divaguer et déjà les premiers remballent leurs affaires et quittent la salle.

 C’est à travers un montage sonore que j’ai souhaité rendre compte de ce moment d’angoisse et illustrer par le son la fragilité de ma concentration et l’ambiance particulière d’une salle de cours durant un devoir. J’ai donc entrepris d’enregistrer différents moments de la fin d’un contrôle et de les assembler pour faire émerger cette atmosphère source de stress. Après avoir énoncé la question sujette à évaluation et avoir posé un temps d’arrêt sur ses mots, les stylos alentours commencent ainsi à gratter, toujours plus fort et plus nombreux et grondent bientôt comme un troupeau qui charge. Je n’entends plus qu’eux et c’est finalement le son d’une page tournée qui me rappelle à la réalité et casse l’entrain menaçant de ces stylos. Les bruits de blanco, chuchotis, passages extérieurs, feuilles et autres mouvements s’enchaînent dès lors et m’agressent un par un, me sortant toujours et encore de ma réflexion. Je tousse, manifeste ma présence pour mieux me recentrer sur mon problème, rien n’y fait ! Le départ bruyant de ma voisine résonne comme un coup de grâce et entrouvre la brèche qui isolait cette salle close du monde extérieur, emportant ainsi le peu de concentration dont je disposais.

Manon H.