Archives par mot-clé : ange

Peinture angélique et lumière démoniaque

Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14
Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14

Cette semaine, nous avons eu l’occasion de découvrir la manière dont Alain Fleischer utilise le miroir pour créer « l’illusion de l’identité », et celle dont Georges Rousse exploite l’anamorphose  afin de tromper l’œil. C’est en partant de la citation de Georges Méliès – « ce n’est peut être pas un hasard si image est l’anagramme de magie » – que l’objectif de ce billet a été défini : façonner et raconter une histoire de façon magique et onirique. En songeant aux photographies d’Alain Fleischer, j’ai commencé à penser au reflet, à la transparence et à l’illusion. Mais le travail de construction et de sculpture de Georges Rousse me paraissait tout aussi intéressant. J’ai donc choisi de m’inspirer des deux artistes dans leur rapport à l’illusion, l’identité (pour Fleischer), ainsi qu’à la construction et la couleur (pour Rousse). Dans un souci de modernité – et parce que cette technique a toujours suscité ma curiosité – j’ai eu envie d’effectuer une photo en light painting.

Pour cette photo, j’ai plongé mon appartement dans le noir quasi complet. J’ai posé l’appareil sur un trépied avant d’effectuer la mise au point. Il a fallu régler le cadre, je me suis donc positionnée devant l’objectif dans la peau des deux personnages afin de savoir exactement où je devais me placer entre deux intervalles de prise de vue. Les paramètres ont été définis à 30 secondes pour la vitesse d’obturation – je changeais de position à partir de 15 secondes afin que les deux personnages aient le même temps d’exposition – et le diaphragme a été ouvert à 5.6 afin de ne pas laisser rentrer trop de lumière dans le boitier, l’objectif étant que les deux lumières (blanche et rouge) autour des corps ressortent plus que le reste. Sylvain m’a aidée en utilisant la moitié du temps d’obturation pour chacune des deux positions afin de redessiner les contours de mon corps grâce à la lumière de son téléphone.

Cet exercice de light painting a été un moyen de m’essayer à cette technique mais surtout d’aborder le thème de l’identité – sujet qui me tient à cœur. Nous pouvons apercevoir sur cette image un ange et un démon. L’un souriant, en position de prière et portant des ailes blanches. L’autre, se tenant en face, en position agressive et portant une queue de diable rouge. Ces deux « personnages » représentent les multiples personnalités – parfois contradictoires – que nous portons en chacun de nous. Ils peuvent également être l’allégorie du Bien et du Mal, souvent personnifiés au cinéma ou plus largement être les symboles de l’humanité – constamment portée par de multiples débats ou guerres entre des groupes divergents. Cette image marque l’opposition, la contradiction de ce monde et de chacun des éléments qui le composent. De manière plus subjective, on remarquera que sur cette photo le Bien écrase le Mal de par sa taille, reflétant probablement le trait de ma personnalité qui l’emporte le plus sur l’autre.

Coline Cesbron