Archives par mot-clé : adaptation

« Satisfaction garantie » – séquence 20

« Ils avaient fait leur entrée, en groupe, avec un tel luxe d’urbanité… la meute se préparant à la curée… avec leurs yeux scrutateurs auxquels rien n’échappait. Ils avaient vu. Sinon pourquoi Gladys aurait-elle réclamé Larry de sa voix la plus désinvolte ? Et Claire, piquée au vif, d’adopter une attitude de défi que le désespoir rendait encore plus arrogante.
Oui, il est absent. Il sera de retour demain, je suppose. Non, je ne me suis pas ennuyée seule. Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants. Et de leur rire au nez. Pourquoi pas ? Que pourraient-ils faire ? Larry comprendrait le fin mot de l’histoire, si jamais elle venait à ses oreilles. Il saurait que penser de ce qu’ils avaient cru voir.
Mais ils n’avaient aucune envie de rire.
Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern, dans sa conversation étincelante mais qui sonnait faux, dans son désir de prendre congé de bonne heure. »

Gabriel Feuvrier [23/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)
Gabriel Feuvrier [21/03/14]
(cc) Gabriel Feuvrier (23/03/2014)

Le storyboard de la séquence 20 tient compte du peu d’informations présentes dans ce passage et donc de la difficulté de le traduire en images. Le brouillon que j’avais fait contenait 15 plans et procédait d’une certaine interprétation du texte. Après avoir ouvert à ses « amis », Claire s’excuse et va dans la salle de bain, afin de se rafraîchir et de noyer ses doutes. Les ont-ils vraiment surpris, elle et Tony le robot, alors qu’ils allaient s’embrasser ? Elle rejoint ensuite le salon et s’en suit un échange entre elle et Gladys, dialogue que je retranscrit ici d’une manière davantage cinématographique :

GLADYS : Larry n’est pas là ?

CLAIRE : Non. Il est absent.

GLADYS : Quand revient-il ?

CLAIRE : Je ne sais pas. Demain, je suppose.

GLADYS : Ah. Bien. Ce n’était pas trop difficile d’être toute seule ?

CLAIRE : Pas le moins du monde. Au contraire, j’ai vécu des instants passionnants… Tu sais, je n’ai pas besoin de lui pour m’amuser.

Les plans que je propose dans ce storyboard sont très symétriques, presque mécaniques, un peu à la manière d’un robot. Dès lors, je trouvais intéressant d’imaginer une réalisation très carrée, tout en lignes verticales et horizontales lors des déplacements des personnages. De même, l’opposition entre Gladys et Claire est marquée par le traitement de face de leur échange. Ainsi, le champ et le contre-champ s’opposent de façon symétrique. Claire est à gauche, Gladys à droite. Enfin, pour le dernier plan, j’ai choisi d’interpréter littéralement la phrase « Elle en lut la raison dans les yeux pleins de fureur de Gladys Clafern » en projetant dans l’œil de Gladys la fin de la séquence 19 de son point de vue, comme un flash-back. Voir l’œil de Gladys nous permet de rester dans un présent diégétique tandis que le flash-back nous ramène dans un passé proche, tout en nous offrant un point de vue différent. Rétrécir la pupille (et non pas dilater comme j’ai pu l’indiquer par erreur sur mon storyboard) permet de souligner l’étonnement de Gladys.

Ces plans se s’enchainent pas. Il leur faut des intermédiaires, notamment entre les plans 2 et 3. En effet, on ne voit pas les invités de Claire entrer dans la maison. J’ai dessiné les plans que j’estimais être les plus intéressants et importants. Les deux premiers plans ne sont pas vraiment présents dans le texte. En réalité, il s’agit d’une interprétation des émotions de Claire. J’ai voulu renforcer sa crainte d’avoir été découverte en assombrissant, voir en plongeant dans le noir, l’intégralité du cadre, elle exceptée, comme lorsqu’on se relève trop vite et que notre vue s’obscurcit temporairement. Je pense que le texte aurait mérité un paragraphe supplémentaire pour tous les questionnements et inquiétudes de Claire. Toutefois, il ne s’agit que d’une piste interprétative, traduisant une volonté de renforcer l’attention du spectateur sur les émotions de Claire.

Gabriel Feuvrier

« Satisfaction garantie » – séquence 3b : Des doutes quant à Tony…

Claire jeta un regard en dessous à Tony et baissa la voix :

– Et si jamais je le mettais en colère ?

– Inutile de parler à voix basse, dit le Dr Calvin avec calme. Il lui est impossible de se mettre en colère contre vous? [C’est] ce que nous appelons la Première Loi des la Robotique […] « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger. » Tout les robots sont construits ainsi. [Nous avons besoin de] vous et de Tony pour effectuer une première expérience pour notre gouverne, tandis que votre mari se rendra à Washington afin de prendre les arrangements nécessaires pour procéder aux tests légaux.

– Cette opération serait donc illégale ?!

Larry s’éclaircit la gorge :

– Pour l’instant, oui. […] Il ne quittera pas la maison et vous ne devrez le laisser voir de personne. C’est tout… Je resterais bien avec [toi] Claire, mais je connais trop bien les robots. Il nous faut opérer avec la collaboration d’une personne complètement inexpérimentée afin d’obtenir des informations sur les cas les plus difficiles. C’est indispensable.

– Dans ce cas… murmura Claire. (Puis une pensée la frappa soudain:) Mais quelle est sa spécialité ?

– Les travaux domestiques, répondit brièvement le Dr Calvin.

Elle se leva pour prendre congé et ce fut Larry qui la reconduisit jusqu’à la porte d’entrée. Claire demeura tristement en arrière. Elle aperçut son visage dans la glace surmontant la cheminée et détourna hâtivement les yeux. Elle était très lasse de sa petite figure de souris fatiguée, et de sa chevelure floue et sans éclat. Puis elle surprit les yeux de Tony posés sur elle et fut sur le point de sourire, lorsqu’elle se souvint…

Il n’était qu’une machine.

SB1
(cc) Dorian D. (16/02/2014)
SB2
(cc) Dorian D. (16/02/2014)

Un storyboard ? David Hurst, producteur émérite soutien pourtant que cela n’est pas d’une grande utilité en dehors de l’écriture de dessins animés. Qu’importe, le paradoxe n’est-il pas fondateur du sens ? Mon extrait illustre le moment où le Dr Calvin présente le robot humanoïde à Claire Belmont. Les « débats avec la Production » ne permettent pas encore de définir avec précision les caractéristiques physiques de l’humanoïde ; de plus, les facteurs indiciels au sein de la nouvelle sont rares. C’est pourquoi j’ai pris le parti de ne pas croquer son visage. Enfin, plutôt que de réfléchir à une perspective purement artistique de cette adaptation, j’ai souhaité octroyer un caractère professionnel à cette première commande, en intégrant des annotations techniques, une représentation plus précise du décor et un détail de la position des mains de l’humanoïde. Les deux plans représentés se veulent avant tout représentatifs des deux axes de caméra les plus distincts, permettant ainsi une vision globale de l’agencement du futur plateau de tournage.

J’ai fais le choix de dessiner uniquement l’indispensable dans le cadre et de ne pas m’attarder sur des détails absents du scénario. L’utilisation du crayon à papier possède plusieurs atouts. D’abord, l’erreur est permise, la correction l’est donc tout autant, rendant ainsi possible les adaptations en fonction des modifications du scénario. De plus, une gamme de douze crayons plus ou moins gras m’ont permis non seulement une grande variétés de tons gris, mais également une grande rapidité dans l’exécution du dessin monochromatique.

Dorian D.

« Satisfaction garantie » – séquence 8

A peine eut-elle franchi le seuil de la pièce qu’elle éprouva une nouvelle surprise :
– Vous avez astiqué les meubles ?
– Le travail est à votre convenance Mme Belmont ?
Elle ne put que répondre aigrement :
– Vos pareils auront tôt fait de nous réduire chômage.
– Mais rien ne peut égaler le génie créateur et l’éclectisme d’un cerveau comme le vôtre.
Claire rougit et murmura :
– Mon cerveau ? Vous pouvez le prendre !
Tony s’approcha quelque peu :
– Vous devez être bien malheureuse pour prononcer une telle phrase. Puis-je vous aider?
Un instant, Claire fut sur le point d’éclater de rire. La situation était d’un ridicule achevé : un brosseur de tapis articulé, un laveur de vaisselle, un astiqueur de meubles… qui venait lui offrir ses services comme consolateur et confident…

 (cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)
(cc) Jonathan Rochier (16/02/2014)

J’ai souhaité recréer une sorte d’univers graphique steam punk, en rapport avec la portée futuriste du propos de la nouvelle d’Isaac Asimov et de son ancrage narratif. La technologie que nous connaissons aujourd’hui est admise de tous et la projection futuriste que nous livre l’auteur est nécessairement faussée puisqu’elle n’est pas cohérente avec la réalité que nous connaissons. Le style steam punk me paraissait donc tout à fait adapté. Jules Verne, référence de cette esthétique, nous livre une vision futuriste du XIXème, et ses machines permettant de voyager dans le temps et l’espace sont d’un charme singulier de part leur excentricité improbable.

Afin d’adapter ce texte à une dynamique cinématographique, j’ai raccourci certains passages et j’ai épuré les dialogues pour aller à l’essentiel du propos. J’ai également pris des libertés pour la dernière image, il me semble que la gêne ressentie par Claire à ce moment-là est bien plus intéressante que le mépris qu’elle ressent à l’égard de Tony. J’ai donc souhaité accentuer cette émotion et représenter visuellement le malaise par le jeu d’acteur.

Jonathan Rochier

« Satisfaction garantie » – séquence 14a

Résumé : Sur les conseils de Tony, Claire se rend à US Robots voir le Dr Calvin afin de demander des fonds pour les travaux qu’elle entreprend de faire dans sa maison.

Passage illustré : « Claire se retrouva dans la rue, porteuse d’un crédit illimité sur le compte de l’U.S. Robots. L’argent peut réaliser des miracles. Avec tout le contenu d’un magasin à sa disposition, les ukases d’une vendeuse n’étaient pas nécessairement redoutables; les sourcils haut levés d’un décorateur ne portaient pas la foudre de Jéhovah. Et à un certain moment, lorsque l’une des Autorités les plus Imposantes, trônant dans l’un des plus hautain sur la liste des articles qui devaient composer sa garde-robe et prononcé des contestations sur un ton dédaigneux, elle appela Tony au téléphone… »

(cc) Lisa Delpech (14/02/2014)
(cc) Lisa Delpech (14/02/2014)

Les séquences dessinées ont été choisies pour leur importance dans le récit. Ce sont uniquement des plans d’ensemble, mais se déroulant chacun sous points de vue différents. Tout d’abord, celui de Claire, puis du vendeur dans la dernière image.

En tout premier lieu, nous voyons, dans la première vignette, Claire, de dos, qui se dirige vers un magasin. Elle a en main une carte de crédit d’U.S Robots montrant qu’elle a suivit les conseils de Tony en allant, dans un premier temps, voir le Dr Calvin. J’ai décidé de ne pas adapter ce moment où Claire va à l’U.S. Robots rencontrer le Dr. Calvin, car ce passage me paraissait moins important dans le déroulement de l’intrigue. Au début du plan, la caméra fera le point sur la carte, puis la mise au point basculera sur le magasin. Ensuite, comme illustré par le second dessin, la caméra suit Claire en traveling. Elle entre dans le magasin et se dirige vers le vendeur. Celui-ci refuse de lui apporter ce qu’elle veut. La dernière vignette montre Claire qui se tourne alors et s’éloigne un peu pour téléphoner à Tony. A ce moment là, la caméra opère un traveling circulaire et nous aurons au premier plan le vendeur de dos, en semi-subjectif. A l’arrière plan, Mme Claffern entre dans le magasin, offrant ainsi une transition logique et fluide avec la suite de la séquence, (« séquence 14b »).

Lisa Delpech

« Satisfaction garantie » – séquence 14b

Elle saisit le récepteur, dit délicatement : «Oui?»
Une courte pause, un autre « oui», ensuite une pause beaucoup plus longue, un commencement d’objection qui s’éteignit promptement, une nouvelle pause, puis un «oui» très humble, et le récepteur reprit sa place sur son berceau. 

– Si Madame veut bien me suivre, dit-il d’un air offensé et distant, je m’efforcerai de lui fournir ce qu’elle demande.
– Une seconde. (Claire se précipita de nouveau au téléphone, forma un numéro sur le cadran)
Allô, Tony, je ne sais pas ce que vous avez dit, mais vous avez obtenu des résultats, Merci. Vous êtes un…(Elle chercha le mot approprié, ne le trouva pas et termina par un petit cri de souris) … un… un chou!
Lorsqu’elle reposa le récepteur, elle se trouva nez à nez avec Gladys Claffern. Une Gladys Claffern légèrement amusée et, il faut le dire, quelque peu suffoquée, qui la regardait, le visage légèrement tiré sur le côté.
– Madame Belmont?
Aussitôt Claire eut l’impression qu’elle se vidait de son sang. Elle ne put que hocher stupidement la tête, comme une marionnette.
Gladys sourit avec une insolence indéfinissable :
– Tiens, je ne savais pas que vous vous fournissez ici?
On eût dit que, de ce fait, le magasin s’était définitivement déshonore.
– Je n’y viens pas très souvent, dit Claire avec humilité.
– On dirait que vous avez quelque peu modifié votre coiffure?… Elle a quelque chose de bizarre… J’espère que vous excuserez mon indiscrétion, mais j’avais l’impression que le prénom de votre mari était Lawrence? Non, je ne me trompe pas, c’est bien Lawrence.
Claire serra les dents, mais il lui fallait donner des explications. Elle ne pouvait s’en dispenser :
– Tony est un ami de mon mari. Il a bien voulu me conseiller dans le choix de quelques articles.
– Je comprends. Et je donnerais ma main à couper que c’est un chou.
Sur ce trait elle quitta le magasin, entraînant dans son sillage la lumière et la chaleur du monde.

"Satisfaction garantie" - séquence 14b (cc) Sylvain Rio (12/02/2014)
« Satisfaction garantie » – séquence 14b (cc) Sylvestre (12/02/2014)

Pour adapter la nouvelle Satisfaction garantie d’Isaac Asimov en film, passons par le story-board. Publiée en 1951, la vision du futur que l’on trouve dans le texte n’est plus la même aujourd’hui, des modifications ont donc été inévitables. Dans cet extrait, Claire fait face à sa rivale, Gladys. J’ai donc voulu insister sur cette volonté de Gladys de vouloir prendre le dessus, d’être la meilleure. Ce travail s’est fait en lien avec la scène d’entrée dans le magasin afin que l’ensemble reste cohérent.

Ayant lu ces derniers jours un article sur les « écrans du futur », j’ai décidé de m’en inspirer en créant un smartphone incurvé. Les vêtements des personnages sont eux inspirés d’uniformes. Pour souligner le rapport entre les différents personnages, j’ai utilisé différentes échelles de plans. Gladys est filmée de façon à la rendre physiquement imposante (elle est au 1er plan et Claire, au second, se trouve filmée en plongée), ainsi Claire semble avoir un espace « parasité » par Gladys. Les mouvements, représentés par les flèches par exemple, sont là pour rendre la séquence dynamique malgré le faible nombre de plans. Par ces indications de jeu, le tableau et les annotations techniques à droite, j’ai fait en sorte que ce story-board soit un vrai document de travail.

Sylvestre