Archives par mot-clé : Abstrait

Rose nucléaire

(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)
(cc) Floriane Rivery (08/12/2014)

Cela faisait quelques temps que j’avais envie de m’essayer à la photographie de gouttes d’encre tombant dans de l’eau. J’ai découvert cette pratique lors d’une de mes trop nombreuses heures de procrastination passées à cliquer de photographie en photographie. J’aime les volutes légères de l’encre et surtout leur texture : fumée épaisse, tissus en mouvement ou bactérie vue au microscope ? Je les trouve mystérieuses et leurs formes et couleurs uniques laissent la porte ouverte à toute interprétation. Malgré mes appréhensions sur la réalisation de cette photo (mais comment vais-je pouvoir faire cela ? Hors de question de juste photographier un verre posé là), je me lance. Et puis, je dois l’avouer, c’était l’occasion pour la gamine qui est en moi de faire une des choses que je préfère quand il s’agit d’arts plastiques : me salir les mains !

J’installe mon dispositif comme je le peux, c’est à dire avec les moyens du bord. Une lampe scotchée au mur, une écharpe noire en guise de fond, un saladier en verre rempli d’eau… Mon studio tout en récup’ aurait lui aussi mérité une photo. J’ai beaucoup de difficultés à faire la mise au point : je veux que la zone nette soit au milieu de l’eau, là où les gouttes tomberont. Je ferme un peu le diaphragme mais je n’arrive toujours pas à mes fins. Je manque de lumière, allonge un peu le temps d’exposition et augmente la sensibilité. Et, d’un coup, j’ai envie d’utiliser d’autres liquides. Je mélange du lait et de l’encre rose, et verse ma mixture dans l’eau. Comme à chaque essai, je photographie en rafale, pour ne rien louper du déploiement de la matière. Et encore une fois, je me rend compte que la mise au point n’est absolument pas celle que je souhaitais.

Et à force de la regarder, cette photo… Je réalise que cette erreur de mise au point rend nettes toutes les petites bulles qui se sont formées sur la paroi en verre, qu’au second plan, le nuage rose est un peu flou, et intriguant. J’augmente un peu les contrastes et intensifie les couleurs. Je vois apparaître de la fumée, un champignon atomique rose entouré de particules. Ou, plus joyeux, une barbapapa ? D’autres y verront un ciel étoilé, une galaxie, une coupe de champagne… Un peu comme si j’avais produit ma propre version du test de Rorschach. Alors, malgré mes erreurs et mes tâtonnements, malgré les reflets sur le verre et les déformations dues à la forme du récipient, je suis satisfaite : j’ai produit une photographie ludique. A la fois pour moi durant la réalisation, mais aussi pour le spectateur qui peut laisser le champ libre à son imagination. En plus, j’ai de l’encre plein les mains !

Floriane Rivery

Amour et nature

Pour réaliser cette photo expérimentale, j’ai utilisé mes trois précédentes photos. Sur le logiciel Photoshop, j’ai appliqué plusieurs traitements pour atteindre ce résultat. En désaturant chacune d’entre elle, je les mettais toutes au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. En augmentant les contrastes des photos et en activant des options sur le logiciel de retouche, j’ai obtenu seulement des formes de mes photos. Tout est devenu abstrait. Mais cette photo sans couleur, constituée seulement de forme, m’a paru triste ce qui m’a incité à mettre de la couleur. Après plusieurs tests, je me suis arrêtée sur ce rose avec ce cercle de tonalités différentes de verts. Ce rond, rappelant le cercle d’une des photos est placé juste à côté pour garder cet effet de courbe. J’ai décidé de m’arrêter là dans le traitement photographique car je souhaité qu’aucune des photos soient reconnaissables et que quelque chose ressorte par la couleur.

Ayant décidé de m’arrêter là dans le traitement, j’y ai vu une interprétation. Deux mondes étaient présents sous mes yeux, représentés par les 2 couleurs : le rose et le vert. Dans la couleur rose, je vois la tendresse ou l’amour. Déjà par la couleur souvent associée à ce thème mais également par les formes visibles. En effet, en haut de la photo on peut observer un cœur ou encore deux personnes qui s’embrassent. Dans le vert, couleur souvent associée à la nature, je peux trouver la présence d’un animal, la loutre. On ne peut voir que la tête presque face à nous comme si elle se trouvait dans des marécages. Le cercle central entoure la tête de la loutre et le baiser amoureux comme pour réunir les deux univers. Ce cercle me fait penser à un gong hindouiste où la culture est basée sur l’amour et et le respect de la nature.

Lauriane

Flou

2
(cc) Morgane Kerarvran (09/02/2013)

Tout a commencé alors que je prenais mon salon en photo. Je visais mon canapé et soudain, mon chat sauta dessus. Alors, par reflex, j’ai appuyé sur le déclencheur. Malheureusement, je n’avais pas eu le temps de faire la mise au point. Je regarde le résultat sur l’écran de l’appareil. Tout est flou, mais l’image me plait. Il y a quelque chose… On ne distingue que des formes et des couleurs. C’est là que mon idée est née.

Le flou, c’est une notion plutôt mal vue en photographie : « Non, mais là, c’est beaucoup trop flou, on ne voit rien, c’est n’importe quoi ». Voilà ce que j’entends, souvent. En fait, pour moi, c’est comme d’entendre « Non mais ce cadrage là, c’est nul, elle sait pas cadrer, quel mauvais film, et la mise au point, non, mais non. ». Ce que j’essaie de dire, en inventant des citations grotesques et vulgaires, c’est que tout n’est qu’une histoire d’intention et de point de vue. Dans mon cas, si j’aime le flou, c’est qu’il permet de se concentrer sur d’autres problématiques que la représentation figurative. J’ai toujours été passionnée par la peinture abstraite de Rothko, des aplats de couleurs non-figuratifs, on y voit « l’infini dans le néant ». Quelle importance qu’il n’y ait aucun personnage ? Ce que le peintre montre c’est une impression, un flash, une seconde suspendue.

J’ai réfléchis à une manière de jouer avec les couleurs. Tout de suite j’ai pensé à la lumière artificielle. En effet, projetée sur une autre surface, elle se reflète et on peut alors multiplier les sources colorées. J’ai également pensé aux vitres et à la buée, cette dernière permet de flouter naturellement une image en brouillant le contenu de l’image. J’ai trouvé mon lieu, à l’extérieur, de nuit. On voit une maison de loin, tout est allumé à l’intérieur. Les spots de la piscine et les spots extérieurs sont en marche, ils se reflètent dans l’eau très bleue. Je me place dans la cabane au fond du jardin, j’ouvre, puis referme la porte, à plusieurs reprises, ce qui créé de la condensation sur la vitre. Je me positionne et prend ma photo à ce moment là. J’ai choisis le cliché ci-dessus après avoir hésité plusieurs fois. Je reconnais les lieux car c’est chez moi, j’en ai l’habitude, et cela me dérange, c’est encore trop figuratif. Sur un autre cliché, il n’y avait pas le cadre et l’image était d’avantage floutée. Mais j’aimais cette idée de mise en abime, d’encadrement, comme si c’était un tableau.

Morgane Kerarvran