Recette inchangée depuis 1959

(cc) Louise Tressens 20/10/2014

(cc) Louise Tressens 20/10/2014

http://vacarme.hypotheses.org/files/2015/01/billet-son.mp3

Puisque réaliser un billet son implique un résultat forcément plus abstrait qu’une photographie, j’ai décidé de jouer sur les effets différents que l’oreille peut produire. Le premier billet photo avait pour consigne de capturer un événement collectif. La foule qui s’agglutine deux fois par jours devant le restaurant l’Entrecôte a attiré mon objectif. J’ai donc additionné le son du brouhaha d’une foule, des bruits de pas, une porte qui s’ouvre sur la rue, une musique  entrainante et ma voix (bien que je me serais bien passée de cette dernière). Mon intention était de retranscrire le succès de cette institution, fréquemment copiée mais jamais égalée. L’Entrecôte ou le fabuleux destin d’une sauce secrète.

Pour réaliser ce billet, j’ai utilisé le logiciel Reaper. J’ai téléchargé le son d’une foule nombreuse sur le site soundbank.com. J’ai enregistré  mes pas dans mon escalier avec mon Iphone ainsi que ma voix lisant la recette d’un ersatz de la fameuse sauce de l’Entrecôte. J’ai également ajouté la chanson « Violons and beats » de Yann Tiersen extraite du film le Fabuleux destin d’Amélie Poulain et retouchée en version électronique.
Pour rendre le fini plus fluide, j’ai réalisé un fondu enchainé pour diminuer la musique et mettre en exergue la lecture de la recette en canon. Ayant eu un léger souci d’utilisation du logiciel Reaper, j’ai enregistré le résultat final avec le dictaphone de mon Iphone.

A l’évocation de la consigne de ce billet son, je savais que le bruit de foule et mes pas feraient partie de mon enregistrement. C’est en lisant des articles sur le restaurant de l’Entrecôte que j’ai pris conscience de l’importance de cet établissement resté presque intact depuis 1959. De plus, la musique très rythmée que j’ai insérée en guise de simple essai a finalement créé un joli contraste avec la lecture de la recette de cuisine, que j’ai voulu lente et superposée  pour créer plus de densité lors de l’écoute. Pour une première création sonore, je suis satisfaite de résultat et compte retourner goûter cette fameuse sauce le plus vite possible.

Louise Tressens

Alabama Bordeaux

Je me souviens très bien du jour où j’ai pris ma photo. C’était l’automne, il ne faisait pas tout à fait froid ni tout à fait chaud, la pluie venait de tomber. J’étais assise en terrasse et l’agitation des passants se mêlait aux discussions et aux bruits de verres de mes voisins.

Lorsque la mélodie du banjo s’élève, personne ne semble la remarquer. Elle se mêle à l’ambiance, y participe. Puis, peu à peu, elle la domine : je tends l’oreille pour apprécier la mélodie qui mêle habilement la joie et la mélancolie. On se sentirait presque nostalgique des paysages des Appalaches et des champs de coton.

Je ne suis visiblement pas la seule à voyager au fil des notes puisqu’un gamin de passage force sa mère à s’arrêter pour admirer le musicien. Il danse, elle sourit. Le joueur de banjo ne semble pas le voir. D’un coup, plus personne dans la rue : juste cet enfant, cette femme, et ce musicien. Partageant un moment unique, loin de la vie urbaine quotidienne. Hear the banjo, don’t it take you down home ?

Pour illustrer ce moment, j’ai donc choisi de mêler des sons urbains, une mélodie au banjo, et un rire d’enfant, jusqu’au « Wow » final, instant de la prise de vue. L’ambiance de la ville se fond peu à peu dans les notes de musique, jusqu’à disparaître : il ne reste plus que l’instrument.

Pas forcément à l’aise avec l’idée d’enregistrer ma voix, j’ai choisi de lire un poème en lien avec le thème : La musique, de Baudelaire. Ce dernier ne parle pas de la musique en savant, mais traduit son ressenti de façon innocente, comme le ferait justement un enfant.

Floriane Rivery

A poor lonesome cowboy

Le premier billet photo que j’ai réalisé n’était pas, à mes yeux, le meilleur. C’est pourquoi, j’étais quelque peu déçue de devoir créer du son en réponse à ce travail. Cette image représente un groupe de jeunes, qui rythmés par la musique country d’un chanteur de rue, s’est mis à danser. Il faisait nuit ; la place de l’Opéra était presque vide. Quels sons puis-je bien agencer à cette photographie ? Comment puis-je aborder ce son ? Comment puis-je intégrer ma propre voix ? J’aurai bien poussé la chansonnette… Mais encore faut-il savoir chanter ! Puis, l’Idée m’est venue. Et si je me transformais en un animateur radio ? Je serais un envoyé spécial, chargé de commenter un grand concours amateur de danse se déroulant à Bordeaux. En parallèle, j’amènerai des sons issus de mon véritable périple nocturne. En effet, avant de me retrouver sur le parvis de l’Opéra, je m’étais promenée, l’âme vagabonde, dans les rues du centre-ville. J’étais même allée jusqu’à la fête foraine qui s’était installée place des Quinquonces. La grande roue est d’ailleurs visible sur ma photographie. Pour ce billet son, j’ai d’abord fait l’inventaire des sons qu’il me fallait : des ambiances nocturnes de rue, des ambiances de fête foraine, des bruits de pas, des cloches de tramway. Mais aussi de vaisselle, de clefs dans la serrure. Je suis parvenue à capter une grande partie des sons en prise réelle, mais j’ai été contraint pour les autres de prendre des pistes audio sur internet. J’avais, également, besoin de bruits de grésillement radio. Je comptais agencer à ces sons très réalistes, une atmosphère très ambigüe, hors du temps – qui amène l’interrogation. C’est ainsi que j’ai intégré à ce billet des interférences de radios datant de la seconde guerre mondial ou bien encore des bruit d’ouverture de coffre fort. J’ai monté tous ces sons comme si deux histoires se battaient pour prendre toute la place sur la bande sonore : la première véritable et l’autre issu de mon imagination. C’est ainsi que le chanteur de rue country, qui était seul en réalité, s’est trouvé accompagné de musicien dans la bande sonore. Il m’a été difficile, ne m’y connaissant pas très bien en montage son, de travailler les transitions. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour éviter les coupures un peu trop nette. Mais, au final, je suis tout de même parvenue à donner une certaine fluidité à ma création. Listen !

Camille Nivat

Une histoire de gourmandise

(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET
(cc) 16/10/2014 Julie TORCHET 

Cette photo symbolisait pour moi un instant. Elle a été jugée trop publicitaire. Je voyais plus que la photo, elle était agréable pour ceux qui connaissait l’histoire, l’anecdote autour d’elle. Pouvoir créer un paysage sonore qui mène à cette photographie était donc une aubaine pour raconter cet instant.

J’ai été impressionnée lors de l’écoute en salle par le documentaire sur la bouillabaisse : les sons étaient simples mais percutant. Un seul bruitage racontait l’action entière : allumer le gaz ou encore cuisiner. Je souhaitais retrouver cette simplicité et dans un premier temps je voulais raconter cette photo seulement par quelques sons simples. Toutefois, la contrainte d’y apposer ma voix a compliqué les choses. Pourtant, je voulais garder cette idée que seul le son raconte l’action en détail, donne l’environnement et l’ambiance. Alors, je suis partie sur un scénario. La prose d’un scénario est simple, au présent, sans trop de détail. Ainsi, le son prenait son importance car il constituait le corps de l’histoire. J’ai du abandonné l’idée de sons seuls successifs car cette histoire comporte 16 personnages à part entière et l’effet de groupe était une clé de compréhension essentielle.

J’ai voulu essayer Reaper mais je n’avais pas le temps de me pencher sur les menus et les commandes pour retrouver ce que j’avais sur Final Cut, alors j’ai monté sur ce dernier. J’ai chiné sur les banques de bruitages libres de droits quelques bruits. Cependant, je les trouvais en décalage avec l’ambiance que je souhaitais créer et surtout je trouvais qu’ils sonnaient faux. J’ai donc pris ce que j’avais sous la main : le dictaphone de mon iphone. Je ne suis pas une experte en son, mais le son enregistré de cette manière m’a paru convenable. Un soir j’ai donc enregistré tous les sons dont je pouvais avoir besoin. Arrivée au montage, je me suis retrouvée avec des sons stéréos (les bruitages pris sur internet) et non stéréo (les sons du dictaphone). Ne sachant pas du tout comment recréer une stéréo au montage, j’ai mêlé les deux. De cette façon j’ai pu me rendre compte que la stéréo était extrêmement intéressante pour provoquer la sensation d’immersion car j’ai pu faire la différence d’un même bruitage mono ou stéréo.

Cauchemar au volant!

Conduire c’est un premier pas vers la liberté. Alors on vide ses poches à l’auto-école. On s’exerce au code de la route. Et puis, on apprend la conduite. Enfin… la première chose que l’on sait faire, c’est caler ! Et puis les heures passent, les cris fusent, les coups de frein pleuvent. Et finalement, petit à petit, on arrive à intégrer certains réflexes. Le levier de vitesse n’est plus notre ennemi. L’embrayage  n’est plus aussi susceptible qu’au premier jour. Et nous voilà, quelques mois plus tard, sur les routes ! C’est fou comment avec 4 roues et un volant on a l’impression d’être le roi du pétrole ! Mais la réalité nous rattrape. Les folles escapades laissent place aux joies des embouteillages !

J’ai voulu exprimer la montée d’adrénaline que l’on ressent lorsqu’on passe son permis de conduire. Le sentiment de liberté, l’envie d’évasion quand on a 18 ans. Mais finalement ce qu’on connait le plus souvent ce sont les bouchons ! Quand la réalité nous rattrape … la déception est grande.  J’ai écrit un court texte à ce sujet. Je me suis enregistrée avec le dictaphone de mon Iphone en essayant d’articuler. Pour traduire cette montée d’adrénaline accompagnant le texte j’ai sélectionné le début de la mélodie « Pirates of the Caribbean Theme Song » que j’ai répété plusieurs fois en fusionnant la fin de chaque partie avec le début de l’autre pour créer un effet de continuité. J’ai choisi un autre extrait de cette musique lorsqu’elle atteint son climax. Et d’un coup, tout retombe.  Le sentiment de liberté, d’aventure est stoppé net. Comme si le rêve devenait un cauchemar. Seule ma voix prend le relais. Un fond sonore prend place peu à peu et fini par remplacer ma voix. J’ai enregistré directement sur la rocade les ambiances sonores de la route.  Je me suis retrouvée, entre deux klaxons, avec de longues plages sonores  de bourdonnements de moteurs. Avec Reaper, j’ai isolé un klaxon que j’ai répété sur différentes pistes et fusionné  plusieurs fois sur une même piste. Cela m’a permis de traduire l’image d’une circulation embouteillée. Enfin après avoir soigné les transitions fondues entre les extraits et fusionner les extraits sur chaque piste, j’ai réglé leurs niveaux sonores.

J’ai essayé de donner du sens au son. De lui donner un rythme et des hauteurs différentes pour porter mon histoire. Entre aventure et déception, l’écriture sonore de ce billet joue avec les répétitions, les accumulations et les transitions pour donner cette pointe d’humour à une situation banale et quotidienne : les embouteillages !  Les moteurs bourdonnent, les klaxons fusent, la réalité est là. Et pour le final, ma voix résonne. Je fais alors partie de cet environnement bruyant, stressant et comme tout le monde, je m’énerve au volant !

Maelys Gosset