Le petit chaperon rouge

 

Pour ce billet son, je n’avais pas d’idée très originale. J’ai beaucoup réfléchi, mais je ne trouvais pas quoi raconter et surtout comment le mettre en scène. Je n’arrivais pas à me défaire de ce que ce thème m’évoquait : les histoires avant de dormir, les chansons, le dessin animé que je regardais petite.

J’ai donc choisi de mettre en son un soir typique, dans une chambre d’enfants : les enfants jouent, sautent sur le lit, jusqu’à l’entrée de la mère qui annonce l’heure du coucher. Celle-ci leur lit une histoire : Le petit chaperon rouge. Elle enclenche une boîte à musique. Les enfants s’endorment rapidement, la mère les embrasse pour leur dire bonne nuit, et sort de la chambre.

Je ne voulais pas m’enregistrer, d’autant plus que n’ayant pas de matériel, je n’aime pas le rendu médiocre du micro d’ordinateur. Je ne savais pas à qui m’adresser. J’ai donc cherché une histoire audio en ligne, avec uniquement une voix et pas de musique ou de son d’ambiance. Je l’ai habillée avec le son de la boîte à musique, celui du lit qui grince, des enfants qui rient, qui ronflent. J’ai également ajouté le bruit des pas de la mère et de la porte qu’on ouvre et qu’on ferme.

Floriane Rivery

 

Les trois petits cochons

Souhaitant raconter une petite histoire commune à toutes les générations, j’ai choisis de raconter l’histoire des trois petits cochons. J’ai utilisé les voix et les récits de différentes personnes, de sexes différents et de tous âges pour montrer ce côté universel. Ce mélange d’histoire sonore donne un aspect intimiste à la création audio ce qui pour moi était important puisque le sommeil et le moment où l’on va se coucher sont des instants intimes, personnels mais pourtant vécu quotidiennement par tout le monde. L’histoire est racontée sur le son d’une boite à musique. C’est en quelque sorte ce qui commence et ce qui conclut le récit puisque c’est le son de cette boite que l’on entend en premier et en dernier. Cela donne un effet éphémère et magique à la création puisqu’on dirait que le récit sort lui aussi de cette boite à musique avant de s’arrêter avec elle. Afin de rajouter de l’efficacité au récit et pour le rythmer un peu, j’ai choisis d’utiliser quelques sons d’ambiance et quelques bruitages illustrant l’histoire et les actions énumérés par les lecteurs des trois petits cochons.

J’ai eu beaucoup de difficultés à imbriquer les récits les uns à la suite des autres. Le son n’étant pas de la même qualité. Certain passages sont parasités par des bruits ambiant gênant, d’autres sont plus distincts. Le volume de la création sonore est donc changeant. J’ai également eu beaucoup de mal à écrire l’histoire de façon souple, fluide et bien rythmé par manque de temps. Le projet, ne devant pas dépasser deux heures trente m’imposait de couper des parties de l’histoire, d’en raconter qu’un passage ou de tout imbriquer à la suite sans possibilité de rajouter des moments de silences et de coupures.

Coline Portet.

 

Macabre ritournelle

 

capture REAPER

Au lieu de m’évoquer une comptine, un moment tendre de l’enfance ou le marchand de sable, la boîte à musique me fait penser à un film d’horreur. Comme une sorte d’accumulation de procédés terrifiants, cette séquence sonore est décomposée en trois temps distincts:
– Le temps de la recherche de la proie avec les bruits de pas sur un parquet qui craque, puis le grincement d’une porte avec en fond, le bruit sourd d’un violent orage. Les éléments sonores d’un film d’horreur sont d’ores et déjà posés.
– Le moment de l’arrêt, de la préparation. On entend alors la boîte à musique qui survient comme un mode opératoire du meurtrier, comme une signature qui lui est propre. Il aiguise son couteau.
– La phase de passage à l’acte à travers un cri saisissant de douleur qui s’estompe quand vient la mort tandis que le grondement de la nature reprend le dessus sur le paysage sonore.

Loin de moi l’idée de vouloir faire original, le son de la boîte à musique me fait particulièrement peur et ne m’évoque, en fin de compte, qu’une composition musicale macabre. Peut-être parce que je n’en ai jamais eu, ou alors parce que j’en ai vraiment entendu dans un film d’épouvante. Toujours est-il que le résultat de mon billet son, après moult écoutes de perfectionnement, me fait moi-même froid dans le dos: mission accomplie?

Louise Tressens

 

Le combat

La photographie de mon premier billet, qui s’intitulait « billet rose » , illustrait le challenge du Ruban rose, dans le cadre d’Octobre rose. Plusieurs courses étaient organisées afin de sensibiliser et de récolter des fonds pour la lutte contre le cancer du sein. De nombreux joggeurs, tous vêtus d’un tee shirt rose, avaient participé à ce bel événement de solidarité. La lutte contre le cancer du sein est une cause à laquelle je suis particulièrement sensible car il y a quelques années ma mère a été touchée par cette maladie.

Pour ce billet son j’ai seulement enregistré ma voix, je n’ai pas souhaité rajouter d’autre son. Je pense que le son de ma voix est captivant, si j’avais rajouté d’autres sons, le message que je souhaitais passer n’aurait pas eu le même impact. Ma démarche pour ce billet son était bien plus personnelle que pour mon billet photographique. J’ai ainsi voulu raconter ma propre expérience afin de sensibiliser les auditeurs pour la lutte contre le cancer.

Petit champion

(cc) Camille Coquereau (17/01/2015)

Pour mon premier billet photo, j’ai capté l’instant, sans chercher préalablement à construire ma photo. Pour mon premier billet son, c’est l’inverse, j’avais mon idée en tête et je l’ai ensuite réalisée comme je pouvais. Après avoir amassé divers sons sur internet, j’ai enregistré ma voix pour le commentaire audio. J’aurai aimé aller enregistrer de véritables skateurs mais le manque de temps ne me l’a pas permis.  Internet est bien fourni, j’ai vite trouvé mon bonheur.

La partie où je m’enregistre a été la plus laborieuse, entre les problèmes de ton, de cafouillage, d’enregistrement qui ne fonctionne pas… Et puis, entendre sa voix et la travailler n’est pas facile. Pour le montage, je n’ai pas modifié ma voix. J’ai juste essayé de rendre une ambiance de compétition de sport ainsi que l’aspect journalistique.

Qu’est ce qui ressort de cette photo si ce n’est l’étrangeté d’un enfant habillé comme un skateur de haut niveau ? Avec ce direct depuis un championnat de sport, j’ai essayé de rendre son histoire inhabituelle.

Camille COQUEREAU