Stupeur et hullulements

(cc) Florence Delavaud (26/01/2014)
Stupeur et hullulements. (cc) Florence Delavaud (26/01/2014)

La part d’animalité en nous est non négligeable. Les pulsions, la faim, la soif, le besoin de reproduction sont autant de points communs que nous entretenons avec toutes les espèces vivantes. C’est pourquoi j’ai choisi de créer mon portrait en hibou, perché sur une branche, l’air en colère voire effrayant, pour représenter une pulsion colérique qui s’est emparée de moi dimanche. Car au moment au j’ai commencé mes essais de collage, la box internet a choisi de tomber en panne. Un décès fulgurant et sans appel. J’ai abandonné mes ciseaux, de colère, et ai réfléchi à d’autres idées. C’est alors que j’ai imaginé me représenter à ce moment présent, telle quelle : sous l’effet de la stupeur et de l’énervement. Car un autoportrait ne doit pas forcément être flatteur mais réaliste, et là réside toute la difficulté : cela implique de devoir se regarder avec un œil juste.

J’ai allié plusieurs techniques sur ce collage : contour au feutre, aquarelle, pastels secs, découpage de plusieurs supports (flyers, papier cadeau, photomaton, photos provenant d’un guide touristique d’Ukraine). Ma méthode à été circulaire, j’ai commencé par l’épicentre en m’éloignant petit à petit vers les bords de mon carton. La tête du hibou est placée en premier, ainsi que les rayons foudroyants sortant de ses yeux, découpés dans du papier cadeau. L’effet psychédélique fonctionne, et semble foudroyer celui qui regarde le collage. Pour m’identifier au volatile, je découpe un photomaton, et place mes yeux et ma bouche en désordre : je morcelle mon identité. A l’aquarelle, je réalise un fond couleur nuit, choisis quelques photos d’une forêt des Carpates, pour constituer une partie du décors et des ailes de l’animal. Le résultat est inquiétant, la box toujours en panne, je suis toujours énervée, finalement cet autoportrait me convient.

Florence DELAVAUD

Rendez-vous aux Moulins

(cc) Chloé Hernandez (26/01/14)
Rendez-vous aux Moulins. (cc) Chloé Hernandez (26/01/2014)

« Café les « 2 Moulins ». J’y suis souvent à partir de 16h00 ». C’est ce que je peux lire sur le petit écriteau qu’elle tient entre ses mains. Un rendez-vous. Dois-je m’y rendre ? Mais qui est-elle ? Cette inconnue semble vouloir garder l’anonymat, du moins jusqu’à notre rencontre. Elle qui m’envoie ses photos en prenant soin de ne jamais dévoiler son identité en masquant toujours une part de son visage. En assemblant les petits morceaux de papier, j’ai pu reconstituer la dernière photo et découvrir le lieu de rendez-vous. C’est un jeu, elle m’invite à la retrouver. Le meilleur moyen de savoir qui elle est d’aller au café indiqué.

En lisant la consigne, qui consistait à réaliser son portrait en collage, j’ai rapidement pensé à une image de photomaton, déchirée et découpée tel les morceaux d’un puzzle. Naturellement, ce détail m’a fait pensé au film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », qui est l’un de mes films favori. L’une des « intrigues » du film demeure sur l’identité de l’homme qui se photographie et se débarrasse aussitôt des ses clichés. Le personnage d’Amélie reprend le processus du photomaton pour donner rendez-vous à l’homme qu’elle aime et qu’elle n’a jamais réellement rencontré. En guise de citation j’ai donc moi aussi utilisé le principe du photomaton, dans le cas présent il s’agit d’un « photomaton en ligne », pour donner rendez-vous à la personne qui reconstitue le puzzle de ma photo, quelle qu’elle soit. A l’aide d’une feuille de Canson noire, je me suis fabriquée un écriteau avec le texte exacte sur lequel Amélie donne rendez-vous à son amant. Comme je n’avais pas de papier photo, j’ai imprimé et découpé mon portrait afin de le coller sur un papier plus épais. J’ai froissé mon collage avant de le déchirer pour donner à croire que l’expéditeur insistait pour que le destinataire reconstitue la photo. Tel un détective, le destinataire cherche à assembler toute les pièces du puzzle pour résoudre l’énigme.

Chloé HERNANDEZ

 

Le troisième œil

Le troisième œil. (cc) Julie Morales (27/01/2014)

La contrainte du temps est à prendre en compte dans ce collage : travaillant tous les soirs et le week-end, je n’avais pas le temps d’y passer des heures mais seulement deux. Donc, à la question « comment faire simple ? », j’y ai d’abord répondu par « mettons une couronne de fruits  à la place de mes cheveux », à la manière du peintre Arcimboldo. Puis, j’ai très vite pensé que ça allait faire kitch. Par hasard, j’ai croisé le travail de Michael Reedy qui crée ses illustrations à partir de photos de corps nus: il les mélange, ensuite et entre autres, aux illustrations anatomiques de ces mêmes corps. Le résultat est impressionnant et très créatif.  J’ai décidé de m’en inspirer.

En tapant dans le moteur de recherche Google image « visage anatomie », un tas d’illustrations de visages sont apparues. J’en ai sélectionné une qui m’a particulièrement plue pour ses yeux bleus et sa belle bouche. J’ai ensuite fouillé dans mes photos numériques pour en trouver une de moi, de face et en gros plan s’il vous plaît ! Mon idée première était de coller un morceau de « muscles » sur une moitié de mon visage et de laisser l’autre intacte mais c’était trop complexe de faire coïncider le tout au niveau de l’échelle de chaque visage. En essayant plusieurs formules, j’ai décidé de jouer avec le regard, puisque que l’on me parle souvent de mes yeux et j’ai recouvert cette partie de mon visage tel un masque. Comme j’avais imprimé plusieurs visages anatomiques à différentes échelles, je me suis ensuite amusée avec tous les yeux que j’avais sous la main et je me suis créée un troisième œil intersidéral ! Comme je souhaitais que le tout soit un peu esthétique, j’ai cherché ce que j’avais autour de moi pour créer un fond bleu et je suis tombée sur une carte du monde ! Parfait ! Cette chose est l’une des créations qui me ressemblent le moins alors même que ma photo se trouve en son centre. Etrange.

                                                                                                                     Julie MORALES