La page blanche

La page blanche
La page blanche. (cc) Manon Harsigny (26/01/2014)

Fascinée depuis fort longtemps par le métier de scénariste, je me confronte aujourd’hui à la réalité de cet exercice de style. Ecrire, déconstruire, réécrire jour et nuit. […] Respirer […]. Recommencer et se heurter à la page blanche ! Froide et vide, elle me renvoie à ma solitude, me confronte à mes angoisses et me pousse à mettre de ma personne dans le scénario auquel je m’attaque. L’enjeu est finalement de ne pas se perdre dans les méandres de cette feuille faussement limpide.

Il m’est apparu pertinent de faire mon autoportrait d’apprenti scénariste en reprenant le concept de la page blanche à travers un collage. Ma base en est d’ailleurs sa première évocation. Il s’agit en effet d’un large support blanc que mon collage laisse généreusement entrevoir. La seconde couche est un cadre en aluminium évoquant le miroir de la page blanche et ainsi le reflet de l’auteur – en l’occurrence moi – qui, confronté à son image et rien d’autre que celle-ci, doit trouver de quoi alimenter son histoire. Cette feuille métallique plissée constitue ici le miroir de l’âme du scénariste qui transparait de façon plus ou moins subtile et complexe dans ses scenarii mais elle réfère aussi directement au 7ème Art via la lumière qu’elle réfléchit de tous bords. Le cadre volontairement désaxé et les pages de scenario arrachées évoquent également ce tourbillon introspectif qu’est l’écriture scénaristique. Elles mettent l’emphase sur les allers retours indispensables à ce type d’écriture éprouvante. Le jeu d’ombres et de lumières, réfléchit par l’aluminium, achève de renvoyer au cycle temporel long et répétitif qui entoure la rédaction du script. Mon portrait est en noir et blanc afin d’évoquer l’étonnante sobriété du document à l’origine d’œuvres paradoxalement ultra subjectives et colorées. Une masse de dialogues vient scinder les deux parties de mon visage et dissocie dès lors ma vue/mon imaginaire de mon goût/mon expression. Dans cet autoportrait, les mots du scénario quasi prémâché nourrissent l’auteure que j’aspire à devenir et qui recrachera peut-être un jour son propre scénario digne d’être porté à l’écran.

Françoise H.

Manon HARSIGNY

Saractuelle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Saractuelle. (cc) Sarah Vasseur (26/01/2014)

Où est notre vrai visage dans ce tumulte de stimulations extérieures ? Dans le tourbillon des distractions du monde actuel, à quel moment pouvons nous regarder réellement ? Nous nous hypnotisons mutuellement, à coup d’images, à coup de divertissements, si bien que nos vrais visages semblent bien pâles. Est-ce-que nous nous connaissons réellement en dedans, en dessous, par delà tous ces amas d’informations psychédéliques ?

Il semblerait que le regard prenne une place essentielle dans le chemin qui nous ramène à nous et aux autres. Les yeux de l’autre sont parfois le miroir où je vois danser ma vie, et malgré les visages défaits, les cerveaux consumés par les technologies lancinantes, les yeux, eux, sont toujours rayonnants. Ils émettent toujours une force centrale. C’est un regard conscient et acéré posé sur la vie. Tout cela explique les choix de ce collage.

Sarah VASSEUR

J’ai fait un GIF

Gaylord Gauvrit - 26/01/14
J’ai fait un GIF. (cc) Gaylord Gauvrit (26/01/2014)

Quel plaisir d’entendre enfin un prof de fac reconnaître l’existence du GIF et l’utilité de Photoshop dans le même cours. Deux mots qui ont directement attisé ma curiosité. Je vais faire un gif! Un gif, c’est stupide, sinon ça aurait existé avant internet. Le seul média où l’absurdité a plus de valeur que toute autre forme d’expression. Que voulez-vous, nous sommes stupide, et seul internet nous a permis d’en prendre conscience. Mon gif est donc un hommage à la figure la plus stupide d’internet, le Nyan Cat. Un chat lâchant derrière lui un arc-en-ciel infini, sur fond de musique entêtante. Ne sous-estimé pas la force de ce chat, de très nombreux internautes ont perdu beaucoup de leur temps à l’observer parcourir la voûte céleste.

L’artiste qui a signé la représentation du Nyan Cat que j’ai utilisé fait surement parti de ceux-la. J’ai récupéré son oeuvre d’art que j’ai détouré, découpé, déformé et replacé pour la faire correspondre avec mes oreilles. Le chat traverse mon esprit, laissant une trainée arc-en-ciel et provoquant en moi une explosion de couleur. Avec mon portable, j’ai réalisé un auto-portrait en m’assurant d’avoir cette expression précise. Cet air stupide que l’on a sous l’emprise de stupéfiant ou devant une vidéo de chat. Quand à l’animation, n’espérez pas que je vous révèle ici le secret. Maîtriser l’art du GIF requiert d’accepter sa stupidité afin de perdre plusieurs heures pour réaliser quelques choses d’inutile.

Gaylord GAUVRIT

 

Elephant woman

(cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)
Elephant woman. (cc) Morgane Kerarvran (26/01/2014)

Le portrait, c’est une chose difficile. Cela me rappel Van Gogh et son oreille, qu’il a coupée suite à une crise, avec un rasoir. Suite à cet incident, résultat d’une dispute avec son ami  Gaugin, l’artiste c’est peint avec son bandage, pour donner fin à ses jours sept mois plus tard. L’auto-portrait prend tous son sens. C’est la marque d’un déséquilibre, il témoigne de l’état de l’artiste à un moment donné. Il est annonciateur et même si il décrit physiquement le peintre, il révèle beaucoup sur sa personnalité. Je voulais travailler sur ce fait.  Témoigner de mes gouts grâce à un collage et à la modification d’une photographie de moi ne m’intéressait pas. Pas question de coller un chat à droite de l’image, la Madone Sixtine de Raphael en fond et une bobine de film sur la droite. Alors que je cherchai quoi faire, je me suis rappelée de ce rêve que j’avais fais l’autre nuit où une piqure mal faite m’avait transformé en monstre.

J’ai donc pris une photographie de moi. Je l’ai modifié numériquement sur photoshop. J’ai copier et coller différentes parties de mon visage. J’ai d’abord isolé le nez, puis les yeux, la bouche. J’ai découpé mon visage en multipliant les différentes parties qui le constituent. J’ai ensuite disposé ses bouts au hasard, en essayant de créer une forme ronde. Je les ai fusionné grâce à l’outil gomme afin qu’ils se confondent et ne soit qu’un seul et unique visage. Le noir et blanc est un choix, c’est pour rappelé l’horreur et l’angoisse présents dans mon cauchemar passé. Le résultat est une masse informe plantée sur un buste. Mon visage est totalement déformé et abstrait, il me rappel celui d’Elephant Man, film que j’ai regardé juste avant de faire mon cauchemar…

Morgane KERARVRAN

Le chat eau

Gabriel Feuvrier (26.01.2014)
Le chat eau. (cc) Gabriel Feuvrier (26/01/2014)

Au départ, je n’avais aucune intention. Je n’aurais pas su répondre à la question du pourquoi ? Pourquoi j’ai fait ça ? Il fallait faire un collage. Dans mon premier billet, j’évoquais mon inconfort par rapport à cet art. La colle, le papier, le travail plastique, ce n’est pas du tout ma spécialité. Mon niveau est inférieur à celui d’un seul élève d’une classe éveil. Néanmoins, il fallait choisir quelque chose. J’ai choisi cette photo. C’est moi. C’est l’été dans le Sud-Ouest de la France. Nous jouons au ballon avant d’aller faire les ferias de la Madeleine. Ou peut-être est-ce le lendemain. Je ne sais plus. En choisissant cette photo, j’ai eu une pulsion : « Je vais mettre un chat ! C’est drôle les chats ! Ça fait rire tout le monde les chats ! Et puis, c’est moche un chat ». Il n’y a rien eu de plus. Rien de moins. Si ce n’est l’envie de faire un meme.

J’ai choisi la technique du collage numérique car je la maitrise bien plus que le collage manuel, grâce à mon colocataire qui m’a enseigné toutes les techniques graphiques virtuelles. J’ai donc choisi une image de chat sur internet. Il fallait que ce chat soit déjà mouillé de manière à ce qu’on ait l’impression qu’il sorte de l’eau, et que je le jette au loin, comme un ballon soumis à ma volonté et surtout à la gravité. Et puis surtout, ce chat était très moche. Comme tous les chats. J’ai découpé la partie intéressante du chat. La partie moche, donc. Puis je l’ai collé sur ma photo. J’ai ensuite pris soin de gommer les contours de manière à ce que le collage se voie et à donner de la vitesse au chat. L’intérêt était qu’on ne devine pas que ce chat vienne d’autre part que ma main.

Gabriel FEUVRIER