Têtu, t’es-tu vu ?

Têtu, t’es-tu vu ? (cc) Sylvestre (25/01/2014)

Il y a des moments où, réalisant qu’on fait fausse route, notre esprit s’élève et dresse le bilan de la situation. On s’observe, on pose un regard extérieur sur soi-même. Les faits sont là, l’isolement se fait sentir. Avec les nouvelles technologies nous nous enfermons dans notre bulle, bercé par une illusion de vie sociale permanente et sans coupure, mais virtuelle.

Pour mettre en scène cette histoire, j’ai décidé d’adopter deux positions différentes en une prise de vue unique avec un temps de pose de 30 secondes, afin de créer cette dualité. Avec ce temps de pose j’ai choisi une faible ouverture (f/13) afin de ne pas surexposer l’image. J’ai choisi de plonger la scène dans le noir et de l’éclairer à l’aide d’une simple lampe de bureau, surmontée d’un sac plastique rouge afin de créer une ambiance particulière et d’atténuer la puissance de la lampe. J’ai également placé un objet devant la lampe de manière à créer une ombre au niveau du mur en pierre, car étant clair il aurait été trop présent à l’image face au lit sombre.

Le cadrage de la photographie a permis un découpage en tiers. Horizontalement, la photo est « découpée » par le haut de la barrière et la jambe gauche du personnage allongé. Verticalement on a dans le premier tiers gauche le corps, puis au centre la tête du personnage allongé et enfin le personnage debout dans le tiers droit. Le lit étant sombre, le personnage allongé a uniquement la tête en légère transparence, contrairement à son corps. Cela confirme l’état du personnage : un corps présent mais un esprit ailleurs. Aussi, les barreaux au centre de l’image renforcent l’enfermement de celui-ci. Enfin, le livre sous le lit est excentré, contrairement au smartphone qui est au centre. Le livre est comme un passé qui tend à être oublié, au profit de la technologie.

Sylvestre

Cette enfance qui nous retient…

Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)
Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)

Ce sont nos souvenirs qui nous maintiennent en enfance, telle est l’idée que veut montrer cette photo, donnant l’illusion de me faire étrangler par le cowboy Woody. Ce personnage n’a pas été utilisé au hasard, car le film « Toy Story » des studios Pixar représente bien cette idée à travers cette bande de jouets qui ne veulent pas être oublié par leur propriétaire. Personnellement, ce jouet compte beaucoup pour moi car il m’a été offert lorsque j’étais enfant et j’ai tout fait pour le conserver afin de me souvenir de cette époque. Même le tee-shirt représentant le logo du groupe de rock The Who illustre cette époque, car mon père les écoutait souvent avec plaisir, même encore aujourd’hui.

Pour réaliser ce montage, il s’agit là d’une simple illusion d’optique de taille, donnant l’impression que Woody est plus grand et me surplombe pour renforcer un côté dominateur. Pour cela, le jouet a simplement été surélevé par rapport à moi-même, et un fil a servi à lui tendre le bras, pour donner cette impression d’étranglement. Même la taille des ombres sur le mur sont là afin de renforcer cet aspect. Aucun effet ou filtre particulier n’a été utilisé sur cette photo, et pour finir, le drap bleu du fond peut faire penser à une sorte de cabane, afin d’appuyer l’aspect désordre que peut avoir une chambre d’enfants.

Si on devait caractériser cette image, on pourrait faire référence au syndrome de Peter Pan, cette expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir un adulte, ainsi que le désir associé de rester enfant, en référence au personnage éponyme du garçon qui ne voulait pas grandir. Nous avons tous peur du temps qui passe, et donc de vieillir, et les jouets que nous avons conservés nous rappellent qui nous étions. Il s’agit d’une peur que nous devons accepter et avec laquelle nous devons apprendre à vivre , même si certains jours, on aurait bien envie de se glisser à nouveau dans la peau de l’enfant que nous étions, afin de profiter à nouveau de tous nos anciens jeux en toute insouciance.

Vincent DUQUENNOY

Peinture angélique et lumière démoniaque

Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14
Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14

Cette semaine, nous avons eu l’occasion de découvrir la manière dont Alain Fleischer utilise le miroir pour créer « l’illusion de l’identité », et celle dont Georges Rousse exploite l’anamorphose  afin de tromper l’œil. C’est en partant de la citation de Georges Méliès – « ce n’est peut être pas un hasard si image est l’anagramme de magie » – que l’objectif de ce billet a été défini : façonner et raconter une histoire de façon magique et onirique. En songeant aux photographies d’Alain Fleischer, j’ai commencé à penser au reflet, à la transparence et à l’illusion. Mais le travail de construction et de sculpture de Georges Rousse me paraissait tout aussi intéressant. J’ai donc choisi de m’inspirer des deux artistes dans leur rapport à l’illusion, l’identité (pour Fleischer), ainsi qu’à la construction et la couleur (pour Rousse). Dans un souci de modernité – et parce que cette technique a toujours suscité ma curiosité – j’ai eu envie d’effectuer une photo en light painting.

Pour cette photo, j’ai plongé mon appartement dans le noir quasi complet. J’ai posé l’appareil sur un trépied avant d’effectuer la mise au point. Il a fallu régler le cadre, je me suis donc positionnée devant l’objectif dans la peau des deux personnages afin de savoir exactement où je devais me placer entre deux intervalles de prise de vue. Les paramètres ont été définis à 30 secondes pour la vitesse d’obturation – je changeais de position à partir de 15 secondes afin que les deux personnages aient le même temps d’exposition – et le diaphragme a été ouvert à 5.6 afin de ne pas laisser rentrer trop de lumière dans le boitier, l’objectif étant que les deux lumières (blanche et rouge) autour des corps ressortent plus que le reste. Sylvain m’a aidée en utilisant la moitié du temps d’obturation pour chacune des deux positions afin de redessiner les contours de mon corps grâce à la lumière de son téléphone.

Cet exercice de light painting a été un moyen de m’essayer à cette technique mais surtout d’aborder le thème de l’identité – sujet qui me tient à cœur. Nous pouvons apercevoir sur cette image un ange et un démon. L’un souriant, en position de prière et portant des ailes blanches. L’autre, se tenant en face, en position agressive et portant une queue de diable rouge. Ces deux « personnages » représentent les multiples personnalités – parfois contradictoires – que nous portons en chacun de nous. Ils peuvent également être l’allégorie du Bien et du Mal, souvent personnifiés au cinéma ou plus largement être les symboles de l’humanité – constamment portée par de multiples débats ou guerres entre des groupes divergents. Cette image marque l’opposition, la contradiction de ce monde et de chacun des éléments qui le composent. De manière plus subjective, on remarquera que sur cette photo le Bien écrase le Mal de par sa taille, reflétant probablement le trait de ma personnalité qui l’emporte le plus sur l’autre.

Coline Cesbron

 

Détours de magie.

(cc) Julie T. (26/01/14)
(cc) Julie T. (26/01/14)

« Ce n’est pas un hasard si le mot image est l’anagramme du mot magie. » (Méliès). La magie est un art fondé sur la croyance en l’existence d’êtres ou de pouvoirs surnaturels et de lois naturelles permettant d’agir sur le monde matériel par le biais de rituels spécifiques. On parle souvent de tour de magie. C’est un émerveillement pour petits et grands. Mystères et secrets font partie de la magie. Quelque chose de magique est quelque chose devant lequel on reste étonné, surpris. C’est comme l’image, il y a quelque chose de fascinant et d’intrigant. Ce sapin de fêtes de fin d’années représente la magie des fêtes de Noël. La magie de se retrouver en famille, les lumières des guirlandes.

Je voulais choisir une photographie très colorée, avec des scintillements, des objets brillants. Pour moi la magie est synonyme de paillettes, ampoules lumineuses et strass. Les boules et les guirlandes de Noël qui décorent un sapin reflètent bien pour moi cette idée. C’est aussi l’univers des enfants. Bien que cela intéresse les grandes personnes, la magie est avant tout liée à l’enfance et à l’innocence. L’esprit féerique de la magie nous envoûte et nous ensorcelle.

L’étoile en haut du sapin reflète l’apparition d’une essence divine. Insaisissable, lointaine, elle est hors de notre portée et pourtant on s’y intéresse de près. L’étoile à cinq branches, au sommet du sapin, est un astre qui représente pour les chrétiens l’étoile de Bethléem qui guida les rois mages vers le lieu de naissance de Jésus, le 25 décembre. Quoi qu’il en soit, l’image, quelle qu’elle soit, nous évoque un souvenir, une bribe de vie, en cela, elle est magique. Nous avons tous des albums photos remplis de souvenirs, cachés au fond d’un grand tiroir ou d’une armoire. Quand on les ouvre, on peut passer une après-midi entière à les regarder. La photographie a révolutionné nos vies, les images que nous conservons sont pourtant des moments insaisissables comme l’est l’instant présent. L’image est une marque, une empreinte qui reste dans nos mémoires.

Julie T.

La muse

(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)

Pour un artiste le processus de création est parfois semé d’embûches. Il suffit pourtant d’une idée, d’une étincelle ou d’un murmure pour avoir le déclic. Celui-ci arrive de nulle part comme si il avait été soufflé à notre oreille par quelqu’un d’autre. Cela nous laisse penser que l’on serait inspiré par une muse qui nous suivrait partout. Celle-ci apparaîtrait comme par enchantement, de manière furtive. Pour moi elle se manifeste quand je ne m’y attends pas, elle est un esprit reflet de mon subconscient.

Tout d’abord j’ai voulu mettre en scène un bureau d’artiste. J’ai disposé différents accessoires de dessin et peinture de manière désordonnée. Le bureau est éclairé par une seule lampe pour mettre en avant l’espace de travail. Pour faire apparaître ma « muse », j’ai utilisé un miroir qui reflétait le modèle positionné en face, donnant l’impression qu’elle est posée sur le bureau. Pour donner l’effet de transparence j’ai utilisé un temps de pose de 4 secondes, le miroir étant positionné pendant 2 secondes reflétait le modèle. Enfin il est retiré rapidement pour laisser place au décor. L’appareil photo était posé sur une surface plane afin d’avoir une image nette et laisser se manifester la magie.

J’ai voulu traduire une ambiance particulière sur ce cliché. La lumière joue un rôle particulier pour poser l’atmosphère. En effet je voulais donner l’impression qu’un artiste, lors d’une soirée aurait laissé ses travaux en suspens. Sa muse est toujours là à l’attendre sur son bureau. Nous nous trouvons entre rêve et illusion.

Lisa Delpech