Fantômes

(cc Gaylord Gauvrit 09/02/14)
(cc Gaylord Gauvrit 09/02/14)

La photo fige l’action pour immortaliser un instant de vie. Mais lorsque la vie s’arrête c’est la mort qui nous fige à jamais. Peut-être est-ce alors ma propre expérience de la mort, mon traumatisme face à ce corps figé qui m’a poussé vers l’image animée et l’interactivité. Comment alors redonner vie à l’image fixe et ainsi capturer l’action, la vie, l’animation ? Une problématique loin d’être contemporaine puisque c’est elle qui a mené les frères Lumières vers l’invention du cinéma.

Aujourd’hui je souhaite faire le chemin inverse. Capturer l’action cinématographique dans une unique photo. En fixant un espace comme référence visuelle et en superposant plusieurs instants, le temps pourra alors apparaître. J’ai donc choisi un plan fixe de cinéma que j’ai photographié en appliquant un long temps de pose. Par accumulation de segments, différents fantômes des personnages se sont alors imprimés, créant une illusion de mouvement. L’effet est renforcé par le décor et quelques accessoires qui ne bougent pas et permettent ainsi de figer l’espace pour mieux matérialiser le temps.

Cette image est un entre-deux. Fixe et animée elle est l’intersection entre la vie et la mort. Défigurant les personnages elle fait appel au souvenir du spectateur pour qu’il identifie la scène qui s’anime. Elle renforce ainsi l’impact de l’action sans pour autant avoir la force traumatisante de la vraie séquence, cette scène culte du viol dans Irréversible. Elle en résume pourtant l’essence et je pense qu’il serait intéressant de tester le concept sur d’autre séquence culte du cinéma. En améliorant le matériel de prise de vue et en projetant l’image sur grand écran, l’impact pourrais par ailleurs être renforcé.

Gaylord Gauvrit

La vie cachée du poêle

2014-02-07 22.14.39
(cc) Julie Morales (07/02/2014)

Parfois, j’aime faire les choses sans avoir une intention initiale. C’est cette méthode que j’ai appliquée pour ce billet photo. Il me fallait tout de même un objet avec lequel jouer : j’ai alors pensé au poêle qui est dans ma salle à manger.

Une fois le feu allumé, j’ai commencé par prendre les flammes en photo en variant la vitesse, puis l’ouverture, et en changeant d’objectif. J’ai troqué le grand angle contre un objectif de focale moyenne (50 mm). Les reflets sur la vitre de ce poêle m’ont attiré, j’ai fait de nombreuses photos en essayant de trouver le détail esthétique qui me donnerait un déclic : les lumières du mur que l’on percevait en reflet sur la vitre, le crépitement des flammes, les différentes couleurs entre le poêle et les flammes ? Non. J’ai rajouté un grand miroir sur une chaise, je l’ai placé à côté du poêle, puis en face… toujours pas. Enfin, j’ai réglé mon appareil sur une vitesse très lente (1.3), et j’ai fermé complètement mon ouverture (22). J’ai mis mon appareil sur un pied et tout en appuyant sur le déclencheur, j’ai fait un zoom arrière aussi lent que ma prise. L’effet m’a interpellé. J’ai recommencé.

La photo choisie transforme complètement l’objet, j’y vois une sorte d’écran télé à tube cathodique ! On a l’impression que le poêle sort de lui-même car ce cadre jaune est normalement à l’intérieur même de l’objet. Le poêle est totalement déstructuré, sa vitre transparente couvre entièrement le cadre de ma photo, on y voit les reflets des lumières en haut à droite : on dirait qu’il prend vie !

Flou

2
(cc) Morgane Kerarvran (09/02/2013)

Tout a commencé alors que je prenais mon salon en photo. Je visais mon canapé et soudain, mon chat sauta dessus. Alors, par reflex, j’ai appuyé sur le déclencheur. Malheureusement, je n’avais pas eu le temps de faire la mise au point. Je regarde le résultat sur l’écran de l’appareil. Tout est flou, mais l’image me plait. Il y a quelque chose… On ne distingue que des formes et des couleurs. C’est là que mon idée est née.

Le flou, c’est une notion plutôt mal vue en photographie : « Non, mais là, c’est beaucoup trop flou, on ne voit rien, c’est n’importe quoi ». Voilà ce que j’entends, souvent. En fait, pour moi, c’est comme d’entendre « Non mais ce cadrage là, c’est nul, elle sait pas cadrer, quel mauvais film, et la mise au point, non, mais non. ». Ce que j’essaie de dire, en inventant des citations grotesques et vulgaires, c’est que tout n’est qu’une histoire d’intention et de point de vue. Dans mon cas, si j’aime le flou, c’est qu’il permet de se concentrer sur d’autres problématiques que la représentation figurative. J’ai toujours été passionnée par la peinture abstraite de Rothko, des aplats de couleurs non-figuratifs, on y voit « l’infini dans le néant ». Quelle importance qu’il n’y ait aucun personnage ? Ce que le peintre montre c’est une impression, un flash, une seconde suspendue.

J’ai réfléchis à une manière de jouer avec les couleurs. Tout de suite j’ai pensé à la lumière artificielle. En effet, projetée sur une autre surface, elle se reflète et on peut alors multiplier les sources colorées. J’ai également pensé aux vitres et à la buée, cette dernière permet de flouter naturellement une image en brouillant le contenu de l’image. J’ai trouvé mon lieu, à l’extérieur, de nuit. On voit une maison de loin, tout est allumé à l’intérieur. Les spots de la piscine et les spots extérieurs sont en marche, ils se reflètent dans l’eau très bleue. Je me place dans la cabane au fond du jardin, j’ouvre, puis referme la porte, à plusieurs reprises, ce qui créé de la condensation sur la vitre. Je me positionne et prend ma photo à ce moment là. J’ai choisis le cliché ci-dessus après avoir hésité plusieurs fois. Je reconnais les lieux car c’est chez moi, j’en ai l’habitude, et cela me dérange, c’est encore trop figuratif. Sur un autre cliché, il n’y avait pas le cadre et l’image était d’avantage floutée. Mais j’aimais cette idée de mise en abime, d’encadrement, comme si c’était un tableau.

Morgane Kerarvran

Nova

(cc)Moyano Lucile (25/01/2014)
(cc) Moyano Lucile (25/01/2014) 

Dans l’obscurité, le feu s’approprie les formes et les couleurs des objets. Il est parfois même la raison de leur existence, comme ce halo projeté au pied de la bouteille telle une traîne impalpable. Prendre une gerbe d’étincelles en photo était la promesse de fixer un instant unique dans mon image, de découvrir après coup des formes que l’œil n’aurait pas soupçonné. C’est l’eau qui a ici servi à l’alliage des éléments, les compactant dans son reflet jusqu’à ce que se dessine cet étrange corps céleste. Il irradie dans un décor si sombre, pétillant de la promesse d’un feu nouveau.

Fascinée par la lumière que produisent les flammes, j’ai décidé de prendre celle-ci à la fois comme sujet et comme unique source d’éclairage pour réaliser ma photo. Ce sont alors une simple bougie chauffe-plat, et un de ces mini-bâtons de feu d’artifice que l’on plante sur les gâteaux d’anniversaire que j’ai placé derrière une bouteille en plastique remplie d’eau. Ainsi, la lumière se déforme et semble appartenir au liquide même, projetant un fabuleux jeu de reflets sur la table. Dans le noir complet, alors que mon petit feu d’artifice crépitait à toute allure, j’ai pu prendre ma photo.

C’est en réfléchissant sur son rapport à l’espace que nous pouvons attribuer du sens à cet OVNI lumineux. Le plan inférieur, à la fois support d’ombres et de reflets, remonte jusqu’à tracer une limite graphique entre les opposés : blanc et noir, ciel et terre, vide et matière. L’objet central reproduit cette séparation en présentant deux fluides, comme refusant de se mélanger l’un à l’autre. En haut, il s’estompe et semble se fondre dans la noirceur oppressante. Le feu parviendra-il à survivre dans tout ce vide ? Tel est le mystère de ma supernova.

L’impact

(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)
(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)

La photographie permet de capter des instants qui auraient disparu de notre mémoire s’ils n’avaient pas été immortalisés. Et puis, parfois, on capture une image qui n’a jamais fait partie de notre mémoire, car notre œil n’a même pas eu le temps de la voir : l’impact d’un objet sur l’eau, le moment où il heurte la surface pendant un tout petit instant, pour ensuite rebondir et continuer sa trajectoire, en est un parfait exemple. La magie de la photographie, c’est aussi nous donner à voir des phénomènes naturels mais invisibles : l’appareil fait office de révélateur de cette beauté dissimulée.

Pour réaliser cette photographie, j’ai mis en place un dispositif consistant à tendre un film plastique entre les deux volets de ma fenêtre et à le remplir d’eau. J’ai ensuite demandé à un ami de lancer une petite balle à un mètre de hauteur dans l’eau et ai déclenché l’appareil en vitesse d’exposition de 1/2000 secondes et en mode rafale, afin d’avoir plus de chances de capturer le moment où la balle heurte l’eau. Pour disposer de suffisamment de lumière, j’ai installé ce dispositif à l’extérieur, ouvert le diaphragme de l’appareil à 5,6 et poussé les ISO à 1600.

L’idée de cette photographie m’est venue assez rapidement, mais la mise en place du dispositif n’a pas été aussi simple : comment gérer la luminosité tout en utilisant une vitesse rapide ? Comment installer ce dispositif ? Va-t-il tenir ? Dans mon imaginaire, la photographie avait un fond neutre et coloré, et la prise de la bonne photo allait se faire rapidement, grâce au mode rafale : après la prise de plus de 400 photos différentes, des déclenchements au mauvais moment, des mises au point ratées, j’ai compris que pour découvrir la magie de la photographie, il fallait s’armer de patience.

 Tiphaine Robion