C’est moi le roi !

 

C’est moi le roi ! (cc) Soline Testard (18/10/2013)

« C’est moi le roi » résonne comme un ordre lancé par cet enfant au bras tendu vers moi, semblant me crier quelque chose. J’imagine alors facilement ce petit prince se baladant dans l’une de ses contrées à la recherche d’aventure, précédé de son carrosse. Je laissais trainer mon appareil au bout de mon bras lorsque je surpris le souverain s’approcher. Inutile de réfléchir, le moment est là. Ce qui m’a fait choisir cette photo ? Le fait de pouvoir imaginer une histoire.

Placé au centre de la photo puisqu’il est le centre de l’attention, ce roi nous lance un doigt accusateur et le contact est établi aussitôt. L’enfant fait alors de l’appareil photo un objet de curiosité. Ses habits attestent qu’il s’agit de quelqu’un de très actif qui n’hésite pas à se salir. D’ailleurs, la flaque de boue encore remplit de bulles témoigne de sa turbulence. Et techniquement parlant, ça donne quoi ? J’ai délibérément choisi de recadrer la photo pour effacer le visage de la mère ainsi que ceux des personnes à gauche, le regard de l’enfant suffit amplement à faire de cet instant un moment unique. Plein de vie, le décor haut en couleur reflète le monde très coloré du garçon, j’ai donc rajouté du contraste pour rehausser le quotidien du jeune homme, tel que lui l’aperçoit. De plus, la photo est prise à sa hauteur afin que nous soyons immergés par sa vision jusqu’au bout. L’enfant est bel et bien roi et dans cette photo, ce n’est pas une blague.

Soline TESTARD

 

L’accordéoniste voleur d’âme

L'accordéoniste voleur d'âme. (cc) Vincent Duquennoy (17/10/2013)
L’accordéoniste voleur d’âme. (cc) Vincent Duquennoy (17/10/2013)

Prendre la photo dans le Jardin Public de Bordeaux est tout un symbole, car ce lieu représente beaucoup pour moi : j’y venais souvent avec mes parents étant enfant, pour écouter les artistes. Il m’a fallu du temps pour trouver ce musicien jouant sur des marches. Grattant sur son ukulélé, il n’arrivait pas à attirer la faveur des passants. Soudain, il décide de troquer l’instrument à cordes pour un accordéon. Passe alors cet homme avec un pantalon vert, qui semble attiré par la mélodie. J’appuie sur le déclencheur, et une fois l’image capturée, je donne une pièce au musicien pour le remercier de s’être laissé photographier, et je repars avec le cliché dans l’appareil.

Cette photo a été réalisée à hauteur du musicien, le passant au second plan. Je ne l’avais pas réalisé au début, mais la position de l’ombre sur l’image pourrait faire croire que l’accordéoniste aspire celle du marcheur. Cela peut donc donner l’illusion que le musicien, tel le joueur de flûte de Hamelin, attire l’attention des gens en s’emparant de leurs âmes, afin qu’ils soient captivés par sa musique. A regarder ce cliché, on entendrait presque la musique se faufiler jusqu’à nos oreilles. La musique associée à cet environnement très « verdoyant » du parc produit un effet de bien-être, accentué par l’expression des visages détendus. Ces personnages sont reliés par la mélodie, l’espace d’un instant, d’une brève rencontre.

          Vincent DUQUENNOY

Le chat et l’homme

DSC02246
Le chat et l’homme (cc) Émilie Donès (20/10/2013)

Au milieu de la rue la plus commerçante de la ville, mon regard se pose sur un homme, assis, faisant la manche. Les passants vaquant à leurs achats ne lui prête pas attention. Les seules marques d’attention à son égard viennent du fait qu’il est accompagné d’un chaton qu’il tient en laisse. Là se crée toute la dimension dramatique de la scène. Au moment d’arrêter mon choix sur un cliché, je me rends compte que dans celui-ci, et malgré mes précautions, lui m’a vu et me regarde aussi. La rencontre s’est établie. Le choix de ma photographie aussi.

Ne voulant pas de confusion quant à mes intentions et afin de préserver toute mise en scène, je décide de photographier l’homme discrètement. Je me positionne donc à distance afin de prendre la scène en plan large. De cette manière, j’ai pu relever dans ce cliché 4 plans. Au premier plan, les passants sont indifférents. Au deuxième plan, l’homme est affalé par terre avec son chat. Au troisième plan, des passants sont accroupis dans son dos, non pas préoccupés par sa situation mais pour caresser son chat. Derrière eux se tiennent deux femmes dont les regards semblent également posés sur l’animal. Et enfin au quatrième plan trône une enseigne : Galeries Lafayette, qui accentue le contraste avec la mendicité de l’homme. Alors que je shootais en noir et blanc, j’ai choisi de photographier ici en couleur afin rendre au mieux le caractère contemporain de cette image.

Emilie Donès

La poupée et la peluche

La poupée et la peluche. (cc) Coline Cesbron (20/10/13)
La poupée et la peluche. (cc) Coline Cesbron (20/10/13)

Il fait beau et encore plutôt bon pour la saison. Certains longent les quais en rollers, d’autres admirent la Garonne assis sur des bancs. Il est environ 16h, c’est un samedi et les enfants sont de sortie. Sur le miroir d’eau, une petite fille pleine d’énergie fait trempette depuis un certain temps, sous le regard averti de son papa qui prend soin de garder en sécurité l’ours en peluche de sa fille. Non loin de là, une jeune femme en robe noire et talons, en pleine séance photo, prend la pose devant l’objectif d’un jeune homme au chapeau. Elle est coquette, on dirait une poupée. Soudain, les deux scènes se rencontrent.

Au premier plan, le jeune homme au chapeau semble pointer son objectif sur la petite fille. Puis on aperçoit la jeune femme en robe et talons au second plan. C’est elle que le photographe ambitionne. La petite fille, n’ayant rien remarqué du tout, courrait vers son papa afin de récupérer sa peluche et coupe innocemment le champ visuel au photographe. Ce qui m’intéressait ici c’était de voir la petite fille au centre, le photographe et la jeune femme de part et d’autre du cadre afin de maintenir l’illusion. Il est possible de reconnaître le papa juste de dos de part son allure et la peluche dans sa main, voir sa tête dans le cadre m’importait donc peu. Le choix du noir et blanc permettait selon moi d’estomper certains détails inutiles de l’image, le lieu étant riche, lumineux et coloré. Ce choix donnait également à la photo un côté authentique et traditionnel qui me plaisait.

Coline Cesbron

Bulle de chagrin.

IMG_2079
(cc) Julie T. 20/10/2013

J’ai pris cette photographie alors que je me baladais dans la rue avec une amie. Ce n’était pas prévu, je ne savais pas que j’allais faire cette photographie. C’est alors que j’ai croisé cette dame en train de faire des bulles géantes de savon dans la rue devant l’hôtel The Regent à Bordeaux, près de la rue sainte Catherine. On peut voir au premier plan sur les côtés de la photographie des voitures, ce qui donne une symétrie à la photographie. Au deuxième plan on voit cette dame en train de faire des bulles géantes de savon avec ses outils. En arrière plan on voit les bâtiments de la rue Sainte Catherine ainsi que des promeneurs et des voyageurs. La photographie représente mal la réalité. Sur la photographie peu de personnes prêtent attention à la femme alors qu’en réalité il y avait tout un groupe de personnes autour d’elle en train de la photographier.

Je me suis positionnée à sa droite entre deux voitures, devant l’hôtel. Je n’ai pas eu l’occasion de discuter avec elle, sa tâche demandait de la concentration, je ne l’ai donc pas dérangée. Il faut savoir qu’il y avait un agent de sécurité posté devant l’hôtel. Peu de minutes après avoir fait cette photographie, je suis repassée avec mon amie devant elle et elle était en train d’injurier l’agent de sécurité « hijo de puta », suivi de « toi tu as le droit de travailler et pas moi » tout en remballant ses affaires. J’en ai déduis qu’elle était en train de se faire virer et que sa pratique n’était pas appréciée. Des gens s’arrêtaient constamment autour d’elle, cela limitait l’accès à l’hôtel pour les taxis et les clients. Voilà une photographie qui, sans connaître le contexte, paraît banale.

Julie T.