Un matin comme les autres

J’ai choisi d’illustrer le matin en montrant le côté ennuyeux des gestes que l’on répète au quotidien quand on se lève. On reconnaît les sons, cela montre le caractère familier de ces sons. Le matin est répétitif, quotidiennement je tape sur mon réveil pour éteindre sa sonnerie infernale. J’allume la télévision. Comme chaque jour c’est la même histoire ; informations, gens insatisfaits, drames, polémiques, bref tout pour être de bonne humeur. Pendant ce temps je prépare mon petit déjeuner, café bien serré et tranche de pain de mie. Puis je file à la douche dans ma salle de bains. Une douche qui s’éternise un peu, c’est le premier moment de détente de la journée et qui me réveille en même temps. Je me brosse les dents. Tous les jours c’est la même rengaine. Je monte dans ma voiture et j’écoute la musique tout en fumant. J’ai cours à 9h30. Demain matin, cela sera pareil.

Pour parvenir à souligner cet ennui, j’ai enregistré des sons très simples et facilement reconnaissables. On entend d’abord un réveil qui sonne très fort, la télévision qui s’allume et les informations du jour, l’actualité redondante, puis on entend quelqu’un qui prend son petit déjeuner (une cuillère dans une tasse et du papier froissé). Ensuite j’ai placé les sons de l’eau de la douche et du robinet qui coulent puis une personne en train de se brosser les dents. Puis enfin une chanson, pour montrer que j’écoute de la musique avant de venir à l’université comme la plupart des étudiants. D’autant plus que les paroles à un moment donné disent « the same face everyday » ; elles rappellent que l’on voit les mêmes visages chaque jour. Ce matin là est un matin comme les autres.

Julie T.

Le son de ma routine

Talence. Un appartement en résidence étudiante. Mon réveil sonne et annonce la couleur de ma journée : toute aussi banale que la précédente et la suivante. N’étant pas du matin, il m’est presque impossible de faire autre chose que ce que je fais tous les jours avant d’aller en cours. Je suis incapable de battre cette routine qui me rattrape dès que je me réveille. Je fais les mêmes choses et presque les mêmes gestes, chaque matin, pour sortir de cet univers inconscient que j’avais gagné pendant mon sommeil. Cette bande sonore est la représentation de tous les bruits qui m’entourent avant que je quitte mon appartement. Elle est simple, avec des sons crus, sans aucun effet, car je voulais évoquer ma routine matinale, avec des sons les plus neutres et réalistes possibles.

Je voulais réaliser un enregistrement sonore plutôt ennuyeux, dans le but de caractériser au mieux cette routine qui m’assomme quotidiennement. Pour cela j’ai enregistré les bruits évoquant mon activité matinale, entre le moment où je me réveille et celui où je suis prête à partir en cours. Pour cet enregistrement, j’ai utilisé mon caméscope. Je me suis servie d’un logiciel de montage pour séparer le son de l’image, puis j’ai assemblé les sons enregistrés de façon chronologique. J’ai ensuite fait répéter deux fois la piste audio pour montrer que tous mes matins sont identiques et se répètent à l’infini. Je ne voulais pas qu’il y ait de voix off, puisque le matin, je ne pense à rien, ma tête est vide.

Laetitia STOFFEL

Un réveil en médias

Un matin peut être une réelle épreuve. Le simple bras sorti de la couette et il fait déjà froid, on entend le bruit de la pluie sur le velux, on rêverait de dormir un peu plus longtemps. La touche « répéter le réveil toutes les 5min » sur le portable est une habitude faisant en sorte qu’on court toujours après le tram. L’erreur à ne pas commettre dans ce genre de situation c’est allumer sa télévision. Apprendre les nouvelles du jour, écouter de la musique ou simplement avoir de l’animation dans la pièce : cette bavure peut s’avérer fatale pour un matin serein.

Ici, les éléments d’un matin raté apparaissent les uns après les autres. Le réveil sonne (c’est une reprise de « California Dreamin » par Jose Felliciano), un bâillement, un jus de fruit, le micro-ondes annonce que le thé est chaud, et la journée peut commencer. La zapette en main, histoire d’allumer le petit écran le temps de se préparer : le drame se produit ! Les chaines informationnelles soulèvent des questions politiques, évoquent des prises d’otages et assassinats, on parle d’avortement. Les chaines musicales diffusent des sons insoutenables pour les oreilles. On a quand même le droit à quelques dessins animés comme les Schtroumfs. Puis les chiffres du chômage et la météo (Evelyne Dhéliat parle d’un « beau système dépressionnaire »). Le clou du spectacle : le rire de Cyril Hanouna. Simultanément, nous avons le droit à un condensé de chefs d’œuvres télévisuels, montrant les biens faits de la France et de ses médias. A ce moment là, j’ai simplement envie d’aller me recoucher.

Coline Cesbron

Un matin c’est simple comme bonjour

Le soleil se lève chaque jour à son rythme en prenant son temps, en émergeant peu à peu de la pénombre. Un matin c’est aussi simple que ça, des petits mouvements difficiles qui s’accélèrent progressivement. Tout commence par une musique pour prolonger le rêve, puis un besoin naturel. Rien de mieux qu’un peu d’eau pour réveiller une plante, et qu’elle puisse s’habiller de ses plus belles couleurs. Bien sur on ne peut échapper à la cuisine, mon ventre est là pour me rappeler ce passage obligé. Mais les mauvaises habitudes persistent aussi au petit jour, une cigarette et le temps a filé. Il est temps d’accélérer le pas, rassembler ses affaires, et se diriger vers le monde. Le bruit du verrou nous alerte de  la vague qui va tout à coup nous submerger, à peine la porte ouverte et on plonge dans le brouhaha de la vie. Le claquement de celle-ci nous indique qu’il est impossible de faire marche arrière, la musique douce et le cocon chaleureux paressent déjà lointain.

La musique en fond n’est autre que celle de mon réveil, c’est une douceur dans le matin. Comme tout le monde mon premier réflexe aller aux toilettes, j’ai donc trouvé indispensable d’enregistrer ce moment au même titre que celui de la douche. On peut entendre différentes intensités de pas, elles traduisent mon réveil corporel. L’extrait radiophonique nous rappelle le contexte matinal ; le jus de fruit qui coule, la biscotte qui craque et le bruit de la machine à café celui du petit déjeuner. Le son d’un sucre touillé et la cigarette qui s’allume indiquent  le dernier temps calme. Les mouvements qui suivent sont plus rapides et plus intenses ; pour marquer la fin du matin j’ai choisi un claquement de porte et un changement d’ambiance sonore avec le son stressant d’une rue passante.

DI CIOCCIO Alexia

Pensées musicales du matin

Matin, fin de la nuit, période où l’on passe de l’ombre à la lumière, avec la peur du nouveau jour qui s’annonce de par son lot de galères,  une humeur « cafarde » à rebrousse-poil, à l’idée des embouteillages, des transports en communs bondés… C’est alors que survient le « réveil-clarté » : l’humeur s’adoucit au fil des actes-rituels : le petit déjeuner, en passant par le  brossage des dents, l’habillage…

Pour représenter l’état général de la personne, différents styles de musiques viennent s’enchaîner, pour radoucir l’ambiance petit à petit : le métal symbolise l’attitude encore somnolente et tourmentée,  le stress de la journée qui l’attend, ainsi que l’envie de rester au lit. Le rock ainsi que le folk donnent de la motivation pour se préparer: de l’optimisme, de l’énergie positive, que l’on symbolise en musique par des gammes majeures. Pour finir, on retrouve toute la douceur de la musique classique avec Edvard Grieg et son œuvre « Au Matin », présente dans de nombreux dessins animés, qui à l’origine, représentait un lever de soleil dans la pièce de théâtre « Peer Gynt » d’Henrik Klausen. Avec la personne qui s’émerveille devant des chants d’oiseaux, cette œuvre donne un sentiment d’apaisement et de sérénité, pour conclure le montage de manière ironique, car au final, il n’y a pas de remède miracle pour se réveiller, il faut juste laisser faire le temps, et comme dirait le poète Gilles Vigneault : « Le matin, c’est la plus belle image du monde… On devrait l’encadrer ! ».

Vincent DUQUENNOY