Le chant des couleurs

(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)
(cc) Chloé Hernandez (10/11/2013)

Alberti disait, “un tableau est une fenêtre ouverte sur le monde“. Cette phrase, me vient en tête à chaque fois que je pense à un lieu qui m’inspire. Le lieu qui m’inspire le plus est un lieu qui n’existe pas. Il est imaginaire. C’est un endroit que j’aperçois lorsque je ferme les yeux et que mon esprit divague. C’est un ciel, une vaste entendue colorée. Un passage vers un autre univers. Par une succession de couleurs, le chemin se crée. La dominante orangée éveille en moi l’attraction. La teinte chaleureuse de cette peinture m’évoque un aspect rassurant et bienveillant. Seule la partie de droite est caractérisée par une température de couleurs différente. Peut-être ce vert symbolise-t-il une autre direction à suivre ? Nous indiquant ainsi que le chemin se propage, au delà du cadre, nous conduisant vers d’autres champs de couleurs. Tel le chant hypnotique des sirènes, le centre de la toile m’attire. Il offre comme un puits sans fond, une ouverture vers un lieu inconnu. Je tombe là, aspirée par ce flux de couleurs et me laisse envahir par les émotions qu’il m’apporte.

La peinture acrylique est le médium que j’ai utilisé pour réaliser cette toile. Divers outils m’ont permis d’étendre la peinture. A l’aide d’une éponge, j’ai constitué un fond uni, avant d’effectuer des mouvements circulaires, mélangeant ainsi les couleurs sur le support. Je change d’outil et choisis un pinceau avec lequel je répartis la peinture différemment. A chaque outil, sa gestuelle. Je tamponne, frotte, griffe la matière afin d’obtenir des volumes variés. Je laisse libre cours à mon ressenti. La couleur me guide et les formes se dessinent devant moi. Cette création, purement subjective, reflète cet “endroit”, celui dans lequel mes émotions sont les plus fortes et où l’inspiration m’emporte. Il s’agit de ma “fenêtre ouverte sur le monde”.

 Chloé Hernandez

Un matin de rêve

Le matin ? Une thématique, celle du rêve, de la perception altérée du monde extérieur. Les sensations, les sentiments, tout est flou, lointain. Les sons se mélangent, l’atmosphère est oppressante. Réalité ou fiction ? La frontière n’est jamais si mince que dans nos chimères. Ce sont ces trois minutes, parfois tant redoutées qui, en brisant le cocon utérin des songes, marquent le passage du noir à la couleur et font disparaitre nos plus sombres démons. Cette production artistique, volontairement tragique a pour vocation de vous replonger dans votre pire cauchemar, mais aussi de rappeler que le matin n’est pas toujours le moment le plus pernicieux de la journée. De Shakespeare à Dali, l’artiste a souvent servi la tragédie, mais la tragédie a également souvent servi l’artiste. A mon avis, c’est seulement lors du pire, que l’on trouve l’aptitude à donner le meilleur.

Du grincement d’une fourchette sur une caisse à outils, en passant par l’écrasement d’une bande de cassette vidéo, divers objets ont été nécessaires à l’enregistrement de cette séquence. Le bruit du train marque le départ du voyage et les infra basses compriment la pensée de  l’auditeur. L’orage ainsi que le crépitement du feu sont les composantes d’une ambiance rassurante, qui se confond peu à peu dans l’inconscient de celui qui rêve. La gradation de la goutte d’eau nous mène progressivement à la sonnerie qui inhibe nos peurs de la nuit.  Au-delà de raconter un cauchemar, j’ai voulu vous céder ma place de conteur ; le pire des rêves révèle peut être la quintessence du réveil.

 

Dorian D.

Un matin de chat

Jeudi soir : Le matin, le matin… Me voilà coincée avec un thème qui ne m’inspire pas du tout. Je ne suis pas du matin donc forcément, ça ne m’aide pas. Je décide alors de choisir quelqu’un pour qui le matin serait toute une aventure. Oui mais qui ? Je laisse les idées se former en espérant que la nuit me porte conseil.

Vendredi matin : Je me lève, j’ouvre la porte et je tombe sur… mon chat. « Minou, tu sais bien que si tu restes devant la porte je te marche toujours dessus le matin !». Il me foudroie du regard. Je me demande à quoi il peut bien penser à cet instant précis. Mais… ai-je dis matin ? Ça y est ! J’ai trouvé !

Attention, préparez-vous pour un voyage dans la tête de mon chat, un matin…

comme tant d’autres.

Samedi matin : Comment savoir à quoi pense ce petit être mystérieux ? Beaucoup d’observation et un peu d’imagination plus tard j’ai une assez bonne idée sur la question. Pour donner le plus de réalisme possible à ce petit reportage audio, j’enregistre sur le terrain tous les sons et voix dont j’aurai besoin.

Samedi après-midi : Je commence à mixer les paroles pour en faire naitre un texte qui ait du sens.

Dimanche matin : C’est la panique, impossible d’ajouter mes sons au montage. Je repars en quête avec un autre enregistreur.

Dimanche soir : L’assemblage des bruits crée l’ambiance simpliste des matins quotidiens, les paroles viennent s’y ajouter pour nous éclairer. Pas de musique, ça ne ferait pas vrai.

1 minute et 25 secondes pour un matin vu sous un angle différent.

Dure réalité

Tous les matins ont un goût différent. Nous avons tous en tête une représentation du parfait réveil délicat qui nous permet de commencer une journée du bon pied. Aux portes de l’hiver, à l’heure où quitter les bras de Morphée s’avère une étape difficile, je me replonge, non sans une certaine nostalgie, dans les souvenirs doux que je garde de ces réveils familiaux, qui ont bercé mon enfance. La voix fluette d’une grand mère espagnole, le dynamisme quotidien d’un père qui sifflote, le bruit des vagues que l’on entend du haut de la terrasse, tant de choses qui contrastent avec la dure réalité des matins hivernaux qui riment avec froid et obligations journalières.

Ici est établi le parallèle entre le matin que j’apprécie et celui auquel je suis confrontée quotidiennement. J’ai donc divisé mon montage en deux parties distinctes. Dans un premier temps, j’ai inséré une chanson que ma grand mère m’a chanté tout au long de mon enfance pour accentuer le caractère familial. S’enchaine ensuite une traversée de la maison où se confondent les bruits quotidiens auxquels je suis habituée: mon père sifflant sous la douche, le son de la télé qui accompagne la préparation du repas et enfin l’ouverture de la porte de la terrasse qui me permet de me retrouver à l’extérieur face à la mer et au chant de ses vagues. Cette vision est soudainement coupée par le réveil retentissant qui précède un enchainement d’actions rapides qui illustrent les matins quotidiens. Le rythme dans cette seconde partie est saccadé et soutenu dans le but d’accentuer le sentiment de course journalière.

Emilie DONES

Nos aurores sont crépuscules

Le matin est brumeux, froid et humide. Le matin est impalpable, hermétique et même amer. Il est la genèse du jour, le passage de l’ombre à la lumière, et pourtant, sa ressemblance avec le crépuscule, son opposé, est frappante. Parfois, l’ascension du soleil et son déclin se confondent, parfois les rayons de lumière ne parviennent pas à percer l’opaque couche nuageuse, parfois, nous restons plongés dans une obscurité des plus totales.

Je me suis servi du matin comme l’expression d’une métaphore intérieure. Nous sommes immergés dans la conscience d’un homme, pour qui l’éveil n’est que chaos, souvenirs douloureux et cacophonie. Le rêve, salvateur, s’estompe vite et brutalement dès les premières secondes. Le personnage est alors immédiatement plongé dans une ambiance oppressante et apocalyptique. Tous ces bruits sont dans sa tête, les réminiscences de ses années de guerre. Pour échapper à sa torture intérieure, il lit « L’albatros » de Baudelaire. Ce poème évoque l’homme déchiré entre l’aspiration pour l’élévation et l’attirance pour la chute, indissociable de la condition humaine. Mais peu à peu d’autres voix lisent en désordre d’autres poèmes, éminemment noirs des « Fleurs du mal ». La voix robotisée est son double intérieur qui a tant souffert et qui, déshumanisée, énonce glacialement avec un découpage insensé le poème : « Le mort joyeux ». Tout à la fin, la voix off est l’explication de cette cacophonie. Dans sa narration, elle mêle la métaphore du matin en tant que brume et lumière et aborde le sujet de la guerre. Elle représente le sentiment qui étrangle les hommes. Elle est la folie, le remords et le spleen.

Jonathan Rochier