Un air de SF

(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)
(cc) Manon Harsigny (11/11/2013)

Il est un lieu qui longtemps m’eut inspirée et qui, même après l’avoir découvert de mes propres yeux, continue d’être une source d’émerveillement. San Francisco, la ville brumeuse au célèbre pont et multiples vallons, n’a pas la superficialité de ses congénères américaines. Elle est mystérieuse lorsque le brouillard la dissimule le matin, puis, pleine de surprises quand, au sommet d’une rue, le promeneur hasardeux découvre un panorama inespéré sur son horizon et ses quartiers colorés. Haight Ashbury, Castro, Fisherman’s Wharf, China Town, sont tant de lieux qui font les contrastes de cette ville aussi majestueuse que chaleureuse. Place de tolérance et de révolution, on s’y sent vite chez soi, sans la comprendre pour autant. Même Alcatraz, la lugubre île abandonnée, renvoie quelque chose de mystique et participe à hypnotiser quiconque s’attarde sur sa vue.

Quoi de mieux pour symboliser Frisco que sa baie plongée dans le brouillard ? Les pastels secs se chargeront donc de transmettre l’aspect énigmatique et insaisissable de cette couche épaisse de nuages, tandis que le crayon à papier dessinera finement la ligne d’horizon, ainsi que les contours de la seule pièce architecturale permettant d’identifier la ville : le sommet du Golden Gate Bridge. Les reliefs lointains et neutres symbolisent une frontière physique entre le ciel chaud de l’aurore et la brume froide du matin, un paradoxe urbain qui fait le charme de cette ville aux initiales évoquant la science-fiction. Le support, enfin, du papier kraft, est un clin d’œil au passé industriel de la ville qui a vu naître les jeans Levi Strauss.

San Francisco, ma ville muse…

Manon H.

eMatériel

(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)
(cc) Gaylord Gauvrit (09/11/2013)

Les yeux à demi ouverts, je prends une grande inspiration, entrouvre la porte et m’engouffre dans cette masse humaine. Je traverse la fumée et les lasers, progresse vers la scène. Je m’installe entre des silhouettes inconnues. Mon corps prend petit à petit le rythme du “kick” comme métronome sensoriel. Mes yeux sont mi-clos, laissant à peine passer quelques reflets de lumière. Mon esprit interprète, déforme les sonorités, les sensations et les formes. La musique m’emporte dans un ailleurs immatériel. Je m’évade de cette boite. Ces rares moments d’extase, de transe et de liberté ont été mes premières sources d’inspirations. Mes premiers chocs sensoriels qui ont forgé mon inconscient esthétique.

Quelle méthode utiliser pour représenter cet espace sensoriel, ce temple de l’électronique détaché du réel ? J’ai mis de côté les outils physiques et les techniques classiques du dessin. J’ai opté pour l’immatériel, un logiciel de création graphique, Autodesk SketchBook, qui offre, sous forme numérique, l’ensemble des outils propre au dessin. Pour faire le lien entre physique et numérique, j’ai utilisé ma tablette tactile, parfaite interface entre l’homme et la machine. J’ai pris appui sur une photographie pour recréer les formes principales. J’ai utilisé des pinceaux, des sprays et des bombes pour travailler les lumières, les reflets et les lasers. En modifiant l’opacité, la diffusion et la largeur de mon pointeur, j’ai finalement réussi à obtenir les différents dégradés de formes et de couleurs.

Gaylord Gauvrit

Le Lac Rose : paisible paysage

(cc) Gabriel Feuvrier (09/10/2013)
(cc) Gabriel Feuvrier (09/10/2013)

Définir un lieu qui nous inspire, c’est nécessairement mobiliser ses souvenirs et leur attribuer une dimension capitale dans la construction de notre créativité, puis accepter de les personnifier afin de les élever au statut de guide onirique. En d’autres termes, un lieu qui nous inspire est toujours un lieu qu’on a connu, que ce soit dans le monde réel ou dans un monde imaginaire. Lorsque ce souvenir tient dans une photo, il est un élément brut d’un passé figé dans le temps et fixé aussi longtemps que durera son support. Il n’est alors source d’inspiration que parce qu’il est relié à un contexte, une émotion ou une révélation personnelle. Le dessin ci-dessus est la réappropriation d’un souvenir imprimé sur papier glacé. Il s’agit du Lac Retba, surnommé le Lac Rose, situé à quelques kilomètres de la ville de Dakar, au Sénégal. J’ai vécu dans ce pays entre 1998 et 2000 et, de ces deux années, malgré un contexte familial très difficile, le Lac reste mon souvenir le plus apaisant. Il est si salé que j’ai pu y flotter et me perdre dans le silence de sa densité. C’est l’endroit vers lequel je retourne systématiquement lorsque j’ai besoin de me concentrer ou de créer. Considérant le thème de ce billet, il méritait donc au moins un dessin.

Hormis son eau, le Lac rose n’est pas un lieu très coloré. La proximité de l’océan en fait même un endroit assez pâle. Ainsi, il fallait que ma réalisation soit légère, à la fois dans les formes et dans les traits. A ce titre, j’avais le choix, théorique, entre des pastels secs et des crayons de couleur. L’impossibilité de trouver les premiers m’a inévitablement orienté vers les seconds. Les couleurs sont aussi fidèles à mon souvenir que me le permettait la diversité de mes crayons. La barque est un ajout de ma part, afin de replacer le lac dans un contexte humain puisqu’il s’agit tout de même d’un des lieux de production les plus importants du Sénégal. Les hommes et femmes y récoltent le sel et le stockent provisoirement par petits monts sur le rivage du Lac. J’ai volontairement adouci les traits afin d’éviter les “pâtés” et pour tenter de recréer une certaine douceur permettant de retranscrire la torpeur dans laquelle on entre lorsqu’un lieu nous touche tout particulièrement.

Gabriel Feuvrier

Mon petit vieux

Billet n°3
(cc) Julie Morales (09/11/2013)

Banc : “n.m. Siège allongé pour plusieurs personnes, avec ou sans dossier, en général non rembourré”. Mon banc habite à quelques pas de chez moi, certes il est grand, je peux me reposer contre lui. Il est un peu sec et n’est certainement pas destiné à accueillir plusieurs personnes ! Ce banc m’attend, tous les jours, il est fidèle, toujours égal à lui-même. Depuis le temps, il n’a jamais déserté, et pourtant, il envie parfois le chemin. Chemin : “n.m. Voie de terre, route établie pour mener d’un lieu à un autre”. Mais vers où ? Assise sur mon banc, rêveuse, mon regard se pose généralement sur ce virage, derrière l’arbre. Alors, ma plume chevauche farouchement cette voie et ne s’arrête point…

J’ai d’abord pris en photo ce lieu qui m’inspire. Puis j’ai décidé de commencer par esquisser le banc, puisque c’est l’objet de ce dessin. La perspective ! Comment faire ? J’ai observé cette photo avec des yeux d’enfants, parce que lorsque je dessine, j’ai 6 ans. Ça se voit d’ailleurs ! A cet âge, on copie, j’ai donc utilisé l’art du « pastiche » ! J’ai tenté d’être attentive aux détails, aux proportions, au sens des formes par rapport aux autres, aux ombres. Les couleurs sont celles de l’automne, elles sont “brutes”.  Le paysage n’a pas eu cette chance-là, celle du détail. Trépignant d’impatience, j’ai transformé le troisième plan en un ciel homogène et sans nuages, alors qu’il était à l’origine une forêt d’herbes hautes. Peu importe, qui a vu la photo ?!

Julie Morales

Au pays du Soleil Levant

(cc) Florence Delavaud 10/11/2013
(cc) Florence Delavaud (10/11/2013)

Je n’ai jamais vu le paysage qui m’inspire. Pourtant, à travers des photos, peintures et estampes,  je parviens à me le représenter. Entouré par un bras de mer, c’est un volcan toujours actif, souvent recouvert de neige. Il s’agit du Mont Fuji, au Japon, situé au sud de l’île de Honshū. Véritable emblème du pays du soleil levant, il est représenté depuis des millénaires : la plus ancienne image du Mont date du onzième siècle et il a notamment inspiré les impressionnistes occidentaux.

Afin de conserver le trait japonais, j’ai souhaité peindre sur un format type estampe, relativement grand donc. Traditionnellement, celles-ci sont réalisées à partir de gravures sur bois, mais n’ayant ni la patience ni la précision d’un graveur – ni même une plaque de bois sous la main – j’ai opté pour un simple carton. En observant des photographies du volcan, j’ai eu envie de casser la sérénité qu’il dégage par une gigantesque vague paraissant l’absorber. J’ai utilisé différents matériaux : gouache, aquarelle, pastel, stylo. Après avoir vidé tout ce que j’avais en bleu, j’ai eu envie de rajouter, en contrepoint, un soleil orange, au-dessus du Mont. Voici le paysage qui me parle : un mélange de calme et de colère, au pays du soleil levant.

Florence Delavaud