La photo de plus

La photo de plus (cc) Florence Delavaud (16/10/2013)

Lorsque j’ai regardé ma série de photos, j’ai tout de suite su que je conserverais celle-ci. Ma démarche était simple : obtenir un portrait d’une ou plusieurs personnes sans qu’elles regardent l’objectif, avec un mouvement qui dynamise le plan. Le tramway offre un panel de situations intéressantes, cependant, y réaliser un portrait sans être repérée représentait un sacré défi.  Défi raté, puisqu’après avoir essuyé quelques regards suspects, j’ai finalement opté pour l’extérieur du tram. Les premières photos sont catastrophiques : floues et mal cadrées à cause des démarrages brusques et de la traditionnelle cohue de la fin de journée.

Alors que j’allais renoncer, j’ai vu ces trois femmes qui se pressaient chacune dans une direction différente, et j’ai pris ce que le photographe Eliott Erwitt appelle « la photo de plus », celle pour laquelle il faut « insister », et que l’on réalise après maints essais. Au premier plan, la vitre du tramway, parsemée de pluie, est une fenêtre sur l’extérieur. Au second plan se tient cette personne qui s’apprête à rentrer, qui sort son téléphone, replie son parapluie… Elle amène de la couleur et beaucoup de mouvement. Elle forme avec les deux autres un triangle dynamique, et chacune suit sa lancée sans se regarder. C’est ce que je lis sur cette photo et qui me plaît, finalement c’est la simplicité de cette scène de tous les jours qui sera ma « photo de plus ».

Florence Delavaud

L’instant d’un non-regard

(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13)
(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13) 

L’homme aux cheveux blancs et à la chemise propre et repassée est un sans domicile fixe. D’ordinaire, il erre à travers Mont de Marsan avec son chien, son sac et son tee-shirt Iron Maiden. D’ordinaire, cet homme incarne un parfait cliché. Un de ceux qu’on a dans la tête et qui demeurent. Il fallait aller sur le parvis d’une Eglise pour le retrouver, au hasard d’un devoir et d’une promenade, méconnaissable dans son beau costume. Il attendait la fin de la messe dominicale, assis sur une bordure. Il lisait le journal. J’ai su qu’il devait être le personnage principal de ma série à l’instant où j’ai vu ce regard. Il a le même sur toutes les photos. On ne le voit pas très bien. J’aurais pu en prendre une meilleure, pour avoir un meilleur portrait. Mais ce n’est pas un portrait que je voulais. C’était un entre-deux, un moment qui se situe hors du temps, dans un présent figé où rien ne se croise, où il n’y a aucune continuité. Je voulais un instant neutre, où rien ne se croise, pas même un regard, un moment qui n’appartient qu’aux seuls personnages, un moment dans lequel ils pourraient être eux-mêmes, dans leur état le plus naturel. Un moment où l’espace d’un instant, il n’y aurait plus qu’eux à leurs yeux.

Plus tard, ce cliché m’a donné cette impression. Il y en avait une dizaine. Sur tous les autres, les fidèles s’arrêtaient et parlaient à cet homme, lui souriaient, lui tapaient sur l’épaule ou lui donnaient un peu d’argent. Sans le contexte, on ne peut visiblement pas comprendre. Mais sur cette photo, il y a cette vieille femme. Elle souriait sur toutes les autres. Sur celle-là, elle semble simplement passer devant sans le voir… Et elle tire la gueule. Peut-être qu’au fond, tout n’est qu’hypocrisie, peut-être ne veut-elle que passer devant cet homme, sans lui parler. Leur regard ne se croise pas. Au premier plan, en revanche, on distingue deux femmes âgées en pleine discussion. Elles encadrent nos deux personnages qui semblent éternellement figés dans un instant silencieux.

Gabriel Feuvrier

La jeune Rose

(cc) Chloé Hernandez (20/10/2013)

Cela fait plusieurs minutes que je suis ici à scruter les passants. Je photographie, à l’aide de mon téléphone portable, toute personne à proximité.  Grâce à lui je peux agir en toute discrétion.  Je multiplie les photos et attends que “quelque chose” arrive. J’essaye de capter, de traduire une histoire, celle de ces promeneurs du dimanche, qui se rendent je ne sais où. Je suis les mouvements de la masse. Soudain, elle apparaît, révélée par les déplacements des passagers. Elle est là, vêtue de rose, au milieu de la foule qui se précipite à l’intérieur du tramway. Elle semble figée, hors du temps, alors que tout est mouvement autour d’elle. La couleur vive de ses vêtements la sépare du reste du monde. Malgré l’attroupement, elle est isolée. Tandis que tout est monotone, elle apporte chaleur et lumière autour d’elle. C’est la première personne qui remarque ma présence. Elle me fixe, s’interrogeant sur ce que je fais. Peut-être est-elle intriguée par mon attitude statique, qui reflète sa position. Ou tout simplement ai-je attiré son attention, parce que moi aussi, je suis vêtue de rose.

Rester immobile était pour moi le meilleur moyen d’observer et capter ce qui se déroulait devant moi. Je me devais d’être là et de saisir le bon moment. Les portes du tramway se sont ouvertes, les passagers ont commencé à descendre et en quelques secondes je me suis retrouvée submergée par la foule. Je suis restée à ma place en observant le cadre qui évoluait devant moi. La “jeune Rose” se dévoilait au fur et mesure que la foule se déplaçait. On aurait cru qu’elle m’attendait, statique, comme si elle s’était positionnée par rapport aux autres éléments présents sur  la photo. Le hasard a rajouté de la subtilité à la scène : la jeune Rose est l’unique visage que l’on distingue et elle est l’unique regard perceptible dans le cadre. Son regard vif, la couleur de ses vêtements, sont les contrastes qui donnent une force à cette photographie.

Chloé Hernandez

Chut

La Chute (cc) Morgane Keravran (20/10/2013)

Prendre une photo ayant  comme thème « le regard » semble être une tâche facile. On pourrait croire qu’il n’y a qu’à prendre son appareil photo et arpenter les rues afin de saisir l’image de nos rêves. Mais quand on s’avance un peu, on s’aperçoit que ce qui paraissait n’être qu’une simple histoire de déclencheur est en fait une vraie épreuve. Optimiste, je sors de chez moi et me dirige vers l’inconnu. Soudain, un homme passe devant moi et je veux le prendre en photo, juste pour essayer. Le temps que je sorte l’appareil de mon sac, que je l’allume, que je fasse quelques réglages et l’objet de ma convoitise a déjà disparu. Tant pis, je continue ma quête à la recherche du moment clef. Après une vingtaine de photos prises à la dérobée et floutées par mes hésitations, je me rends compte qu’il m’est très difficile d’obtenir ce que je cherche. J’ai l’impression d’être une sorte d’espion, indiscret et voyeur, mais je n’arrive pas  à faire autrement, je suis incapable d’aller vers les gens et de créer un lien avec eux.

J’ai tout de même réussi à prendre une photo. Je me reposais dans l’herbe lorsque mon attention fut retenue par un cri. Un enfant apprenait à faire du vélo avec son père. J’ai choisi de ne pas me servir de mon appareil tout de suite. J’ai voulu m’intégrer à leur aventure, à ma manière. Même si je ne leur ai pas adressé la parole, j’ai pris le temps d’observer la scène et de m’attacher à ces personnages. Sur cette photo tous les regards, dont le mien, se dirigent vers le garçon. Je fais partie de l’histoire, en hors champs. L’apprenti vacille et tout le monde retient son souffle, conscient de la chute à venir.  L’action est inachevée et en suspens.

Morgane Kerarvran

Échec et mat

(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)
(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)

Toulouse – Dimanche 20 octobre 2013

Je marche timidement sur une grande place dont j’ignore le nom. Le reflex de ma meilleure amie accroché au cou, je n’ose encore m’en emparer, ne sachant pas vraiment où m’arrêter. Puis mon regard se fixe sur deux silhouettes une vingtaine de mètres plus loin. Je saisis discrètement l’appareil et change ma focale à 70 pour resserrer le plan sur ces deux vieillards face à un plateau d’échec. Le cliché est banal et flou. Il me faut approcher. Mon amie Jeanne m’y encourage, j’avance donc d’une quinzaine de mètre. C’est mieux ! Je capte des regards, des sourires. Je pense que les hommes m’ont senti arriver mais ils continuent de discuter. La pluie s’invite et en chasse un. L’autre ouvre son parasol pour s’abriter et attendre celui qui voudra bien le défier. Un pas, deux pas, je m’approche encore et change d’angle pour éviter l’arrière-plan chargé du McDonald’s. Je m’accroupis, j’y suis ! L’homme jusqu’alors indifférent à ma présence, tourne la tête et me fixe avec insistance. Je suis trop prêt, soit, j’ai ma photo, échec et mat !

Cette photographie n’est sans doute pas la plus intéressante de la série mais c’est la plus symbolique à mes yeux. Elle rend compte de ma première expérience de photo de rue, ma première rencontre à travers un objectif et ma première approche timide d’un sujet, c’est donc celle que j’ai choisi de publier dans ce second billet. La pancarte de l’inconnu — sur laquelle est écrit “qui veut jouer?” — est un défi lancé aux passants et donc au hors-champ mais aussi à la photographe amateur que je suis, qui s’est avancée avec stratégie vers ce maître du jeu aux aguets. Le noir et blanc, quant à lui, fait écho aux photographes humanistes et souligne avec plus de sobriété le regard intense et la posture de mon sujet.

Manon H.

Voici un aperçu de la suite de mon errance photographique :

(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)
(cc) Manon Harsigny (20/10/2013)

(De haut en bas et de gauche à droite, à dos de vélo,
les zombies contre-attaquent, baiser furtif, la femme tronc & les voyeurs)