[encontre]

 

Jonathan-Rochier-photo-billet-2
(cc) Jonathan Rochier 20/10/2013

Cet homme fait partie du décor de la rue, des câbles électriques, de la poussière, des pierres et des pavés. Il surprend le marcheur qui prend soudain conscience de sa présence. On ne le voit pas, on ne l’entend pas. Qui est-il ? Quel est donc l’être qui se cache sous ces fripes ? Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui le connaisse ou qui lui aie seulement déjà parlé. Et pourtant. Tous ceux qui habitent dans son quartier l’ont déjà rencontré. Personne ne sait rien de lui mais malheureusement, les rumeurs l’écrasent : « C’est un SDF. Un fou ! Un enfant de la lune ? ». On ne peut parler ni de rencontre, ni même de regard. Assis, replié sur lui-même pendant des heures, il semble fixer indéfiniment ses mains qu’il bouge avec langueur. Voilà maintenant trois mois que j’habite un appartement dans ce quartier, je le salue presque tous les jours mais il ne m’a jamais regardé.

Le contraste direct entre cette porte qui se dresse droite, centrée et cet homme recroquevillé sur un plot de béton suggère le désarroi, l’impuissance. Tourné vers la gauche, vers le passé, il ne veut même pas le regarder, il demeure statique, courbant l’échine, accablé. A sa gauche : « Défense d’afficher », dessous lui : un sens interdit, derrière lui : un mur opaque, sans horizon. Que faire ? La seule ouverture serait cette porte, fermée à double tour qui de toute façon, est un cul-de-sac. Emprisonné dans cette rue, sa propre impasse, il ne peut rien faire à part attendre.

Jonathan Rochier

Elle

Photo Billet 2 Julie Morales
(cc) Julie Morales (21/10/13)

Bordeaux et son tram, le soir, c’est tout une histoire… Un espace-temps éphémère, transitoire, où se croisent des personnes regagnant leur habitation ou s’acheminant vers un lieu de fête, peut-être. Qui est cet autre que je vais apercevoir, ce soir, celui que je m’apprête à photographier sans son accord ? Une envie de me poser à l’intérieur du tram, et me voilà face aux portes d’entrée avec cet appareil, disposée à dérober une expression, une situation, un sentiment… Sans vouloir me cacher, au contraire je m’affiche, j’assume mon geste, j’appuie sur le déclencheur, une première, une deuxième, puis une troisième fois et j’observe ces autres qui passent devant moi sans un regard, qui me fixent avec inquisition, qui me jugent ou pas, mais ne me disent rien…

Un mouvement en arc de cercle, en même temps qu’un zigzag formé par les personnes entrant dans le tram, s’oppose aux formes rectilignes de l’arrière plan. Ces dernières apparaissent alors comme une amorce de cadre dans le cadre dans lequel se trouve un troisième cadre, qui n’est autre qu’un carré. Et ce petit carré blanc étrange sur l’affiche du fond théâtralise la scène par son incongruité. Au premier plan un homme disparaît, au second une femme se cache, au troisième et au cinquième deux hommes flous se déplacent dans une direction opposée : tous semblent en mouvement. Une seule personne dans cette photographie paraît être « à l’arrêt », est-ce son regard qui a saisi ma présence ou mon appareil qui s’est emparé de cette rencontre ? Cette jeune fille est nette, son regard nous fixe, elle prend alors toute son existence dans cette scène anonyme. En effet, tout bouge, tout est flou… sauf cette protagoniste.

Julie Morales

 

 

L’homme est un captivore

(cc) Sarah Vasseur (19/10/2013)
(cc) Sarah Vasseur (19/10/2013)

J’ai longtemps hésité avant de choisir cette photo, et encore maintenant, je crains qu’elle ne corresponde pas à ce qui était demandé. Mais finalement j’ai choisi celle-ci car c’est celle qui m’a le plus amusée quant à la circonstance de prise de vue. J’ai presque envie de reprendre les mots de Edouard Boubat lorsqu’il évoquait un couple sur une photo : « Mais je vous assure, je n’ai pas demandé à ce [type] de se mettre là ! », ou quelque chose comme ça… La photo est certes assez médiocre, mais elle n’en reste pas moins surprenante, chose à laquelle j’ai finalement donné la priorité.

Prendre des photos, on y prend vite goût. Au départ, je ne photographiais que des gens. De loin, de près, de très près, en couleurs, en noir et blanc,  avec différents effets… Et puis, au fur et à mesure je me suis mise à m’émerveiller de chaque chose que je voyais, et à prendre tout et n’importe quoi en photo ! Je photographiais justement quelque chose qui n’avait à priori aucun rapport avec notre projet, et voilà qu’au bout du « tunnel », un mec se pointe, et qui plus est, d’aussi loin que nous puissions le voir, il semble taper la pose ! Tout converge vers lui, pourtant si petit, mais qui adopte l’attitude d’une star comme semblent l’indiquer les lignes de fuites : regardez vers là-bas, au fond ! A croire que l’objectif était capté par lui…

Sarah Vasseur.

La photo de plus

La photo de plus (cc) Florence Delavaud (16/10/2013)

Lorsque j’ai regardé ma série de photos, j’ai tout de suite su que je conserverais celle-ci. Ma démarche était simple : obtenir un portrait d’une ou plusieurs personnes sans qu’elles regardent l’objectif, avec un mouvement qui dynamise le plan. Le tramway offre un panel de situations intéressantes, cependant, y réaliser un portrait sans être repérée représentait un sacré défi.  Défi raté, puisqu’après avoir essuyé quelques regards suspects, j’ai finalement opté pour l’extérieur du tram. Les premières photos sont catastrophiques : floues et mal cadrées à cause des démarrages brusques et de la traditionnelle cohue de la fin de journée.

Alors que j’allais renoncer, j’ai vu ces trois femmes qui se pressaient chacune dans une direction différente, et j’ai pris ce que le photographe Eliott Erwitt appelle « la photo de plus », celle pour laquelle il faut « insister », et que l’on réalise après maints essais. Au premier plan, la vitre du tramway, parsemée de pluie, est une fenêtre sur l’extérieur. Au second plan se tient cette personne qui s’apprête à rentrer, qui sort son téléphone, replie son parapluie… Elle amène de la couleur et beaucoup de mouvement. Elle forme avec les deux autres un triangle dynamique, et chacune suit sa lancée sans se regarder. C’est ce que je lis sur cette photo et qui me plaît, finalement c’est la simplicité de cette scène de tous les jours qui sera ma « photo de plus ».

Florence Delavaud

L’instant d’un non-regard

(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13)
(cc) Gabriel Feuvrier (21/10/13) 

L’homme aux cheveux blancs et à la chemise propre et repassée est un sans domicile fixe. D’ordinaire, il erre à travers Mont de Marsan avec son chien, son sac et son tee-shirt Iron Maiden. D’ordinaire, cet homme incarne un parfait cliché. Un de ceux qu’on a dans la tête et qui demeurent. Il fallait aller sur le parvis d’une Eglise pour le retrouver, au hasard d’un devoir et d’une promenade, méconnaissable dans son beau costume. Il attendait la fin de la messe dominicale, assis sur une bordure. Il lisait le journal. J’ai su qu’il devait être le personnage principal de ma série à l’instant où j’ai vu ce regard. Il a le même sur toutes les photos. On ne le voit pas très bien. J’aurais pu en prendre une meilleure, pour avoir un meilleur portrait. Mais ce n’est pas un portrait que je voulais. C’était un entre-deux, un moment qui se situe hors du temps, dans un présent figé où rien ne se croise, où il n’y a aucune continuité. Je voulais un instant neutre, où rien ne se croise, pas même un regard, un moment qui n’appartient qu’aux seuls personnages, un moment dans lequel ils pourraient être eux-mêmes, dans leur état le plus naturel. Un moment où l’espace d’un instant, il n’y aurait plus qu’eux à leurs yeux.

Plus tard, ce cliché m’a donné cette impression. Il y en avait une dizaine. Sur tous les autres, les fidèles s’arrêtaient et parlaient à cet homme, lui souriaient, lui tapaient sur l’épaule ou lui donnaient un peu d’argent. Sans le contexte, on ne peut visiblement pas comprendre. Mais sur cette photo, il y a cette vieille femme. Elle souriait sur toutes les autres. Sur celle-là, elle semble simplement passer devant sans le voir… Et elle tire la gueule. Peut-être qu’au fond, tout n’est qu’hypocrisie, peut-être ne veut-elle que passer devant cet homme, sans lui parler. Leur regard ne se croise pas. Au premier plan, en revanche, on distingue deux femmes âgées en pleine discussion. Elles encadrent nos deux personnages qui semblent éternellement figés dans un instant silencieux.

Gabriel Feuvrier