Archives de catégorie : Série dernière

A quoi tu penses ?

“A quoi tu penses ?”(cc) Émilie Donès (16/03/2014)
A quoi tu penses ?(cc) Émilie Donès (16/03/2014)

Notre apparence est, malgré ce que l’on en dit, influencée par le regard des autres. Lorsque l’on se retrouve chaque matin devant notre glace, on pense. De quelle façon allons nous façonner notre image et donc notre personnalité ? Notre inconscient prend alors le dessus. On retrace minutieusement l’image que l’on a dans nos pensées, celle qui correspond d’une certaine façon aux modèles de la société que l’on voudrait renvoyer aux autres. Que celle-ci nous corresponde ou non, nous testons. Et un jour ou l’autre, nous trouvons l’image qui nous correspond, celle qui nous représente et qui nous permet de nous sentir nous-même.

Par ce collage, j’ai voulu transmettre toute l’incertitude qui peut être ressentie par chacun. La vie en communauté impose certaines règles qui sont parfois perçues comme des barrières par certains. Afin de m’inspirer, je décide de parcourir sur internet les différents portraits réalisés grâce à la technique du collage. Lors de mes recherches, je tombe sur un collage qui selon moi me ressemble. Alors me vient l’idée de jouer de cette image sur le logiciel Photoshop. Une fois celle-ci importée, je réalise un portrait qui correspond à celui trouver sur le net. J’effectue un jeu de regards afin de créer un lien entre les deux personnages, comme si l’un venait s’inspirer de l’autre. Ici est alors établi un parallèle entre mon image et celle qui me ressemble et que je voudrais à tout prix reproduire. Je découpe alors le portrait original afin de la positionner comme surgissant de mes pensées. J’ajoute ensuite certains éléments permettant de traduire la reproduction d’une image: les lèvres et l’accessoire sur la tête.

Emilie DONES

Visage d’une dictature

(cc) Di Cioccio Alexia (16/03/14)
Visage d’une dictature. (cc) Alexia Di Cioccio (16/03/14)

« Un esprit saint dans un corps saint ». Notre société est devenue une dictature de la perfection. Réseaux sociaux , magasins, nous devons constamment être performant. Aucun moment de répit ne nous est accordé, notre vie doit être le reflet du bonheur. Notre corps doit être à cette image, toujours en forme, jamais fatigué, le relâchement n’est pas autorisé. Pourtant l’espèce humaine est loin d’être parfaite, elle est plus qu’imparfaite et nous le prouve tous les jours. Mon portrait représente la contestation de cette mode, bien sur on ne peut échapper à son influence, mais notre nature reprend souvent le dessus. Chaque bonne résolution ne dure jamais très longtemps pour ma part comme manger équilibré, arrêté de fumer, ou diminuer les sorties. Elle est le plus souvent très vite envolée à côté de l’envie de me faire plaisir.

Pour cet exercice j’ai cherché un portrait de moi afin de répondre au sujet. Je me suis aperçue que les portraits de moi seule et surtout sérieuse étaient très rares, voir même inexistants. J’ai retrouvé cette photo de moi en train de faire une bouche de canard avec des chips. J’ai donc toute suite fait le lien avec mon amour débordant pour la nourriture, ma vaine tentative du moment de tenter d’avoir une vie saine en faisant du sport et en mangeant mieux. Afin de retranscrire cela, j’ai choisi de découper cette photo, puis de mettre en arrière plan de la soupe et une boisson aux algues qui ne donne pas du tout envie. Je me suis fait une robe et des bijoux en chocolat, au bout de la paille j’ai mis un verre d’alcool car lorsque que je vois l’aspect de cette chose, mon esprit à plus envie d’un boire un bon cocktail à la place. La position de ma tête donne aussi l’impression que je vais vomir, à cause toute cette pression de la perfection qui pèse sur moi.

Alexia DI CIOCCIO

Dissimulation

(cc) Lisa Delpech (15/03/2014)
Dissimulation. (cc) Lisa Delpech (15/03/2014)

Tout d’abord je me suis inspiré des travaux d’Andy Warhol. Andy Warhol est un artiste pionnier du Pop art qui déclinait en série de portrait des artistes et personnalités célèbres des années 60. Ces déclinaisons étaient à la fois le reflet de la société de consommation naissante et aussi une critique de la célébrité. En m’inspirant alors de ces portraits, j’ai moi aussi dupliqué en plusieurs images colorées, par Photoshop, un premier portrait. Mais ce collage n’était pas assez parlant. Je me suis alors rappelé du travail de Jordan Clarck qui me plaisait beaucoup. Jordan Clarck est un artiste contemporain connu pour son travail sur les portraits, dans lesquels il découpe et recompose le visage. Comme lui, j’ai choisi un second portrait sur lequel j’ai décomposé le visage puis j’ai remonté les pièces en désordre sans signification.

Comme pour mon premier billet, je n’ai jamais été très à l’aise avec mon image. Dès que je me trouve devant l’objectif, je me cache derrière des poses idiotes et un sourire forcé. Malgré moi, mon manque d’assurance transparaît. Voilà pourquoi, lorsque je dois présenter un collage avec mon portrait, je ne peux pas l’exploiter tel quel mais plutôt le détourner. Un portrait se moquant de la superficialité de mon image et un second portrait représentant la dissimulation.

Lisa DELPECH

Mélange artistique

 

(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
Mélange artistique. (cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (16/03/2014)

Entre collage et mosaïque, pop’art et Mondrian, rêve et réalité ou encore entre Petite Sirène et Avatar, j’ai voulu et pensé cette œuvre comme un condensé d’inspirations artistiques au croisement des possibilités. Si le collage est le maître mot de la composition, je souhaitais un résultat concret, propre et soigné mais pas trop plat, vivant et coloré. Ce collage est également le fruit d’un travail sur le parallèle entre la déformation de la réalité et la ressemblance avec l’image originale.

J’ai donc choisi de conserver les couleurs originales de la photo, mais de les accentuer et surtout de les réorganiser à mon goût. Ainsi le bijou devient peau et la peau devient bijou, tandis que la bouche devient cheveux, les cheveux deviennent t-shirt, le t-shirt devient bouche. Seul le jaune est absent de l’image initiale, mais son ajout me semblait nécessaire pour rendre le collage complet, illuminer le la composition et faire ressortir la silhouette. Les plages de couleurs constituées d’images de magazines déchirées et superposées, sont cernées de noir afin de rendre le personnage plus présent et défini.

Elodie CHALUMEAU

Monsieur Patate

Monsieur Patate (cc) Coline Cesbron 16/03/14
Monsieur Patate. (cc) Coline Cesbron (16/03/14)

Monsieur Patate est un jouet pour enfant constitué d’une tête plastique en forme de pomme de terre et de plusieurs éléments pouvant la décorer. Ce jouet, provenant des Etats-Unis, fait le bonheur des enfants depuis 1952. J’y ai beaucoup joué étant petite et je crois que, même aujourd’hui, si je croisais un Monsieur Patate je m’amuserais avec. Il paraît que l’on appelle ça le syndrome de Peter Pan… Monsieur Patate est effectivement personnalisable à volonté, c’est ce qui m’a plu et me plait dans ce jouet : pouvoir créer et recréer une multitude de visages par le biais de combinaisons tantôt réalistes, tantôt loufoques : qui ne s’est jamais essayé à placer les yeux à la place du nez et les oreilles à la place de la bouche ?

Pour ce collage, j’ai choisi de représenter l’univers enfantin à travers le Moi actuel. Ce choix reposait sur l’idée d’illustrer la barrière parfois floue entre l’enfance et l’âge adulte. Quelle part d’enfance y-a-t-il en chacun de nous ? J’ai ainsi utilisé Photoshop afin de détourer quelques éléments constituant le visage de Monsieur Patate. J’ai ensuite insérer ces éléments sur mon portrait en les agrandissant ou les rétrécissant si besoin. Le résultat donne le sentiment que mon visage a été utilisé de la même façon que le célèbre jouet. Ainsi, la photo actuelle contraste avec l’aspect plastique des éléments liés à l’enfance, s’intégrant pourtant dans un tout cohérent. L’image illustre donc à la fois la contradiction et le naturel du retour à l’enfance chez l’adulte.

Coline CESBRON