Archives de catégorie : Série dernière

Quatre années découpées

Quatre années passées… 2009 rappelant mon voyage à Londres où je n’étais encore que lycéenne. Fin 2013, portrait d’une étudiante presque en fin de ses études. A partir de ces portraits de quatre années d’intervalles, j’ai réalisé ce collage numérique. Celui-ci permet de regarder deux photos simultanément comme pour voir ces moments distancés par le temps mais réunis le temps d’un collage. Le découpage par bande des portraits, permet cette rencontre entre les deux années. Aucune des photos ne ressort pour laisser l’oeil se déplacer dans le collage. Les bandes de couleurs permettent d’harmoniser la lecture qui ne reste plus seulement verticale.

Les deux photos ont été désaturées afin de les mettre au même niveau d’intensité, sans qu’une photo attire l’œil plus qu’une autre par ses couleurs. Ensuite, elles ont été coupées verticalement : une bande sur deux provient de la même photo. Ce découpage rend uniquement verticale la lecture du collage. C’est pourquoi des bandes horizontales de couleurs permettent d’équilibrer l’ensemble. Ces bandes aux couleurs primaires contrastent avec le reste du collage, en niveau de gris, mais par la transparence, laissent apparaître les deux portraits pour que tout reste visible et lisible.

L.

Une pensée révolue

Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier
Une pensée révolue. (cc) Jonathan Rochier (16/03/2014)

Grandiose et terrifiante.
J’étais face à elle, ne pouvant plus bouger, respirant de grandes bouffées d’air pour calmer mon cœur qui cognait mes entrailles.
Il m’assourdissait, se mêlant aux violons, créant une arythmie propre aux plus horribles désordres.
Alors que je hissais un mot au-dessus de ce vacarme,
le ciel s’affaissa et se déchira dans son divin craquement.
La seconde me parût appropriée.
L’explosion.
La douce et tétanisante.

Puis tout se mélangea.
Comme si.
Comme si le soleil avait disparu,
découpant en lamelles régulières le plus parfait des décors.
Et puis, le rouge et le noir se croisèrent.
Le noir des mauvais jours.
Et ce rouge qui fait mal aux yeux.
J’entendis le claquement des ciseaux.
Sibilances acérées.
Déchiré.
Fragmenté.
Mes doigts se posèrent sur mon visage,
et je grattai, grattai jusqu’à trouver
ce qui avait pu, caché sous ma peau,
susciter une telle apocalypse.

Mais rien.
Seulement l’eau qui coule et qui sèche.
Bien trop lentement.
Probablement.

Jonathan ROCHIER

Quelqu’un qui me ressemble

(cc) Tiphaine Robion (16/03/2014)
Quelqu’un qui me ressemble. (cc) Tiphaine Robion (16/03/2014)

Malgré nos huit années de différence, je ne compte plus le nombre de fois où ma sœur et moi avons entendu : « vous vous ressemblez beaucoup ». Il est toujours difficile d’avoir le recul nécessaire pour le confirmer ou l’infirmer. J’ai donc voulu en avoir le cœur net après avoir découvert les travaux de l’artiste américain Bobby Neel Adams qui joue sur la transformation des visages en superposant par exemple des photographies de pères et de fils ou de mères et de filles. Après réflexion, il semblerait que ma soeur et moi partagions effectivement le même patrimoine génétique…

Afin de réaliser ce collage numérique, j’ai tout d’abord sélectionné une photographie de moi-même, puis j’ai demandé à ma petite soeur de faire à son tour un autoportrait en ayant une posture et un visage à peu près similaires à la photographie de départ.  J’ai ensuite assemblé le résultat sur Photoshop puis utilisé une ombre portée pour donner un effet de vieille photographie déchirée. J’ai également légèrement joué sur les contrastes et la luminosité pour que les deux parties du collage se ressemblent un peu plus, tout en gardant volontairement une petite différence de couleur pour permettre de distinguer les deux bouts.

Tiphaine ROBION

Désordre ordonné

Désordre ordonné. (cc) Sylvestre (13/03/2014)

On observant les collages de différents artistes, mon regard s’est arrêté sur les travaux de Jordan Clark. Sa façon de déconstruire des visages en les découpant par des formes géométriques m’a attiré, comme si les visages devenaient neutralisés, sans identité. Le portrait devient un puzzle que l’on doit tenter de recomposer pour mieux identifier la personne. En découpant un visage de la sorte on a l’impression de mettre le visage au rang de produit banal, malléable, de le rompre en cherchant à le faire entrer dans des cases. C’est avec cette approche que j’ai voulu créer un collage avec mon portrait, pour « briser » mon apparence.

Pour réaliser ce collage numérique j’ai choisi d’utiliser Photoshop. Avec des repères j’ai délimité la zone que je voulais découper. À l’aide de grilles j’ai utilisé l’outil plume pour sélectionner et copier les formes géométriques pour les coller sur de nouveaux calques. J’ai ensuite pu déplacer les formes à des endroits différents pour déconstruire le visage. J’ai cherché à garder l’alignement des formes afin que l’ensemble forme un carré, pour que ce visage en désordre soit tout de même « organisé ».

Sylvestre

Foetus

(cc)Moyano Lucile(16/03/14)
Foetus. (cc) Moyano Lucile (16/03/14)

La femme est être si changeant qu’elle se fait et se défait sans logique. Couche par couche, elle s’éparpille et se réassemble comme un patchwork constitué de minces pellicules éphémères, en perpétuelle régénérescence. Mais, si multiple qu’elle soit, ici il n’y a rien ou pas grand-chose. C’est un retour à l’épuré, traversé d’une bande qui symbolise la fissure. A côté d’elle se superpose l’image d’un homme renversé. Il masque et obscurcit le regard, tout en mettant en abîme la nudité du sujet. Deux corps collés, pourtant enfermés chacun dans leur espace, si lointains que toute fusion est impossible. Réduit et vulnérable, ici l’homme-fœtus est sans matière, comme un souvenir.

Pour ce collage autour du thème du portrait, je souhaitais exploiter un autre type de support. Il m’est alors venu à l’idée que je pouvais coller directement sur mon propre visage, afin de bénéficier du relief que celui-ci offrirait aux pièces de papier. L’aluminium semblait être le matériau le plus approprié pour épouser les contours, et la bande collée sur le coté droit de mon visage devient alors une sorte de maquillage futuriste en surimpression. Pour compléter ma composition, j’ai utilisé un cliché de Robert Mapplethorpe  intitulé Ajito. J’apprécie cette photo entre autres pour l’unité graphique qui s’en dégage, et l’opposition qu’elle crée par rapport à la bande blanche qui lui fait face. Le fait de renverser ce nu masculin renforce la vulnérabilité du modèle, tenu entre deux doigts par le sujet féminin.

Lucile MOYANO