Archives de catégorie : Série dernière

« Satisfaction garantie » – séquence 23

 

(cc) Manon Harsigny (23/03/2014)
(cc) Manon Harsigny (23/03/2014)

Afin de rendre compte au mieux des plans pour cette adaptation de nouvelle, j’ai choisi la sobriété du noir et blanc et me suis peu attardée sur les décors et accessoires. Endossant ambitieusement le rôle de future réalisatrice, j’ai ainsi fait le choix de focaliser mon attention sur les plans, leur cadrage, leur composition, les profondeurs de champ et le mouvement des personnages. Il m’a en effet semblé plus probant de définir par la suite le style des décors, accessoires et personnages, dans des planches de tendances annexes élaborées avec le chef déco et le directeur photo de cette future production. Il m’est également paru intéressant de juxtaposer à ces vignettes la scénarisation de « Satisfaction garantie », avec les répliques associées à l’image et les précisions de cadrages.

Mes intentions pour la décoration se limitent donc à un laboratoire aseptisé, clair et froid, pour les 4 premières cases, et une chambre chaleureuse, aux couleurs chaudes et matières molletonnées, pour la dernière. Il s’agit de la chambre de Claire. Mes premières propositions de cadre restent « traditionnelles », un gros plan et une vue semi-subjective de Susan lorsque la porte claque, puis un plan moyen sur Peter, lié au contre-champ suivant par un rapprochement de celui-ci vers Susan. Le plan suivant s’éloigne, quant à lui, de la discussion en masquant partiellement les interlocuteurs derrière un large bureau, il prépare à un changement de lieu progressif. Ainsi donc, le bureau du scientifique laisse place à un lit coloré et les jambes de Claire remplacent celles de Susan et Peter. Le son fait ici office de liant entre les plans puisque la discussion entre les deux chercheurs se prolonge d’un plan à l’autre, pour finir en off. On fuit du laboratoire comme Claire fuit son foyer, laissant dès lors entrevoir une fin « satisfaisante » en écho au titre. Le fait de ne dévoiler le visage de Claire qu’après plusieurs plans montrant son départ, accentue par ailleurs l’effet de suspense vers le dénouement du film. Le changement de lieu et de personnage est également facilité par cette dissimulation des identités (du plan 4 au plan 5). Concernant les personnages, j’ai opté pour une Susan ferme et soignée, en la coiffant d’un chignon lisse et pour un Bogert aux traits durs mais séduisants pour créer une ambiguité intéressante entre les deux chercheurs. La Claire de la fin sera quant à elle plus désinvolte et décoiffée, ce qui se ressentira dans la fermeture de sa chemise, sa coiffure et sa gestuelle. Histoire à suivre donc…

Légende :

[PR] = plan rapproché
[PA] = plan américain
[PM] = plan moyen
[PSE] = plan de semi-ensemble

Travail de recherche en amont du storyboard finalisé :

(cc) Manon Harsigny (17/03/2014)
(cc) Manon Harsigny (17/03/2014)

Manon H.

« Satisfaction garantie » – séquence 21

« Et en reconduisant ses invités, elle surprit un dernier murmure anonyme et entrecoupé : -…jamais vu un être… d’une telle beauté… »Elle sut alors ce qu’il l’avait permis de les traiter avec  autant de dédaigneux détachement. Quel les loups hurlent donc ! Mais qu’elles sachent, ces péronnelles, qu’elles pouvaient bien être plus jolies que Claire Belmont, et plus riches, et plus imposantes…mais pas une seule d’entre elles -pas une seule-n’avaient une amoureux aussi beau ! Et puis elle se souvint, une fois de plus, que Tony n’était qu’une machine, et elle sentit sa peau se hérisser. – Allez vous en ! Laissez moi ! s’écria-t-elle à l’adresse de sa chambre. Puis elle se jeta sur son lit. Elle ne cessa de pleurer durant toute la nuit. Le lendemain, un peu avant l’aube, alors que les rues étaient désertes, une voiture vint s’arrêter devant la maison et emporta Tony ».

(cc) Florence Delavaud (23/03/2014)
(cc) Florence Delavaud (23/03/2014)

Adapter une nouvelle en images et plus précisément en Storyboard, voici un travail qui me plaît. Cela permet d’imaginer le film, le penser et le concevoir à l’avance. Quel plan vais je utiliser pour matérialiser telle situation, telle expression ? Je deviens un réalisateur dont l’outil n’est pas la caméra mais le crayon et l’imagination. Isaac Asimov est, de plus, un maître de la science fiction, écrivain prolifique et visionnaire. Qu’a t’il vu, lui en tant qu’auteur ?

Le travail d’écriture est finalement le même que celui de ce billet : il s’agit d’esquisser les pièces, les paysages, les personnages, tout est à créer. Je ne sais pas quel matériel utiliser. Plusieurs techniques sont possibles, à condition d’être clair et lisible. J’opte pour le crayon papier, un contour encre noire, un feutre gris, et des crayons de couleurs. Quelques gribouillages plus tard, et plusieurs feuilles arrachées, les idées se mettent finalement en place et le storyboard prend forme.

Florence Delavaud

Ariptrot

Ariptrot
Ariptrot. (cc) Soline Testard (13/03/2014)

Le portrait d’une personne permet son identification. En manipulant des parties disproportionnées du visage, il est possible de créer quelque chose de nouveau, d’inattendu. La bouche posée sur l’épaule permet de déformer, de transformer le corps pour atteindre une hybridation entre la photo de base et le corps d’un autre individu. « Ariptrot », est d’ailleurs un anagramme du mot « Portrait ». A travers cette photo, on retrouve la bouche pulpeuse d’une femme mais aussi une main d’enfant, une moustache au niveau de la bouche et un œil posé sur la poitrine. Tant d’éléments qui parlent d’eux même d’une personnalité recomposée à partir des personnes croisés dans une vie.

Pour mon collage, j’ai décidé de le traiter sous Photoshop qui est un logiciel qui me permet de donner libre cours à mon imagination. Je suis donc allée cherché des images sur internet que j’ai découpé et incrusté sur mon visage. Pour cela, j’ai traité l’œil en l’incrustant et j’ai redessiné la moustache pour la rendre plus poilue que la photo de base tout en m’effaçant la bouche. J’ai également appliqué une ombre au bras d’enfant pour créer un effet de profondeur et j’ai découpé mon propre bras en recomposant le fond pour y intégrer la bouche pulpeuse. Au final, nous sommes le fruit d’une multitude d’expériences.

Soline TESTARD

Debout, traits verticaux!

(cc) Julie T. 15/03/2014
Debout, traits verticaux! (cc) Julie T. (15/03/2014)

Pour ce collage, je souhaitais prendre un portrait déjà coloré à la base, pour en faire ressortir les couleurs. Après avoir observé différentes techniques de collage d’artistes, j’ai essayé de trouver une technique inexistante, ou plutôt que je n’ai pas trouvée chez ces artistes. Le but n’était donc pas de tenter de faire la même chose, mais plutôt de créer une « nouveauté ». Une fois le travail terminé, j’ai recherché des collages qui auraient été faits ainsi : cela est confirmé, je n’ai donc rien inventé ! Outre l’idée que cela rappelle des portraits découpés de façon verticale en prenant différents visages de personnes pour n’en constituer qu’un (ce qui m’a sans doute inspirée inconsciemment), il existe bien des collages d’artistes qui utilisent la verticalité, pour autre chose que la recomposition de visage. Jelly Roll Race a opté pour cette technique dans une de ses œuvres abstraites. Cette technique verticale peut également rappeler les tableaux triptyques, développés aux XIIème et XIIIème siècles.

Le collage a alors été fait avec une « charte graphique » de lignes verticales. Après avoir trouvé une demi-douzaine de magazines, j’ai sélectionné des pages avec des couleurs dont j’allais avoir besoin. Les couleurs ont été respectées hormis la jupe, pour laquelle j’ai utilisé des bouts de magazines désunis. La quasi totalité du reste du collage comporte des morceaux de papier unis. Pour chaque élément (les cheveux, le visage, le tee-shirt, la verdure, les pierres), j’ai utilisé deux à trois couleurs différentes et proches de façon à créer un dégradé de couleurs. Alors, debout traits verticaux!

Julie T.

Chirurgie photographique

Chirurgie photographique (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)
Chirurgie photographique. (cc) Laetitia Stoffel (16/03/2014)

Pour ce dixième billet, j’ai choisi de réaliser un collage numérique, car je suis plus créative et plus à l’aise avec un logiciel informatique, qu’avec une paire de ciseaux et de la colle. Je me suis inspirée des travaux « Age Maps » de Bobby Neel Adams qui consistent en la superposition de deux portraits d’une même personne. Ce photographe américain a centré une grande partie de son travail sur la transformation du corps humain causée par le temps et la vie. Dans les années 1980, il utilisait une technique de photomontage qu’il appelle « photo-surgery », qui consiste à modifier des portraits au travers du découpage et du collage. Le résultat est original et particulièrement bluffant dans la mesure où deux différentes périodes temporelles sont figées dans une même image, grâce à l’association de deux photographies d’une même personne, prises à deux époques différentes. C’est cette sorte de saut dans le temps immortalisé que je voulais recréer avec mon propre portrait.

Pour cela j’ai sélectionné deux photos de moi : une première très récente, et une seconde datant de mes six ans. J’ai ensuite utilisé le logiciel Photoshop pour superposer mes deux photos ; j’ai placé la seconde sur la première avant de la gommer pour ne laisser qu’une partie du visage apparente. J’ai utilisé divers outils pour incruster mon visage d’enfant dans mon visage d’aujourd’hui tout en essayant de rendre le portrait global uniforme. Le résultat donne un portrait dont le visage est constitué de deux faces temporellement différenciées. On retrouve mon visage d’enfant sur la partie gauche du portrait, et mon visage présent sur la droite. Ce portrait immortalise la transformation de mon visage au cours des 16 dernières années.

Laetitia STOFFEL