Archives de catégorie : Série 7

Le troisième œil

Le troisième œil. (cc) Julie Morales (27/01/2014)

La contrainte du temps est à prendre en compte dans ce collage : travaillant tous les soirs et le week-end, je n’avais pas le temps d’y passer des heures mais seulement deux. Donc, à la question « comment faire simple ? », j’y ai d’abord répondu par « mettons une couronne de fruits  à la place de mes cheveux », à la manière du peintre Arcimboldo. Puis, j’ai très vite pensé que ça allait faire kitch. Par hasard, j’ai croisé le travail de Michael Reedy qui crée ses illustrations à partir de photos de corps nus: il les mélange, ensuite et entre autres, aux illustrations anatomiques de ces mêmes corps. Le résultat est impressionnant et très créatif.  J’ai décidé de m’en inspirer.

En tapant dans le moteur de recherche Google image « visage anatomie », un tas d’illustrations de visages sont apparues. J’en ai sélectionné une qui m’a particulièrement plue pour ses yeux bleus et sa belle bouche. J’ai ensuite fouillé dans mes photos numériques pour en trouver une de moi, de face et en gros plan s’il vous plaît ! Mon idée première était de coller un morceau de « muscles » sur une moitié de mon visage et de laisser l’autre intacte mais c’était trop complexe de faire coïncider le tout au niveau de l’échelle de chaque visage. En essayant plusieurs formules, j’ai décidé de jouer avec le regard, puisque que l’on me parle souvent de mes yeux et j’ai recouvert cette partie de mon visage tel un masque. Comme j’avais imprimé plusieurs visages anatomiques à différentes échelles, je me suis ensuite amusée avec tous les yeux que j’avais sous la main et je me suis créée un troisième œil intersidéral ! Comme je souhaitais que le tout soit un peu esthétique, j’ai cherché ce que j’avais autour de moi pour créer un fond bleu et je suis tombée sur une carte du monde ! Parfait ! Cette chose est l’une des créations qui me ressemblent le moins alors même que ma photo se trouve en son centre. Etrange.

                                                                                                                     Julie MORALES

Emanation

Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)
Emanation (cc) Émilie Donès (26/01/2014)

A la tombée du jour. Le temps est maussade, la pluie ne cesse de tomber et l’air est froid. C’est un soir d’hiver, un de ceux que l’on ne préfèrerait pas vivre, un de ceux qui nous rappellent que les beaux jours ne sont pas prêts de faire leur apparition. Appuyée à la rambarde, elle se retrouve face à sa vie. Elle l’imagine comme elle la voit, grise et pluvieuse. Face à elle, un mur. Elle ne voit pas d’issue possible. Dans cette atmosphère étouffante et glaciale, elle se remémore quelques instants particuliers de sa vie et broie du noir, les choses négatives la tirent vers le bas, les choses positives l’emplissent de nostalgie. Elle sait que ce n’est qu’une passade, détourne le regard, ferme les yeux et pense aux meilleurs moments de sa vie, ceux qui lui redonnent le sourire, ceux qui, comme par magie, lui apportent la lumière dont elle a besoin.

Afin d’illustrer au mieux le scénario que j’avais dessiné dans mon esprit, j’ai réalisé le cliché au bout de ma terrasse. Ainsi, la sensation de contemplation est ressentie. Le mur face à moi est recouvert d’arbres noircis par la pluie et l’humidité et figés par le froid. Les branches entremêlées les unes aux autres renvoient à l’aspect brouillé et négatif de l’esprit. Au milieu de cette atmosphère pluvieuse, je me tiens de dos afin que l’on ne me reconnaisse pas, le but étant de laisser chacune des personnes s’identifier au scénario. La tête inclinée sur le côté, je ferme les yeux et emporte mon esprit vers d’autres pensées, des pensées positives, qui représentées par les boules de lumière, vont me tirer vers le haut.

Un fois l’instant immortalisé, je me rends compte que sans l’avoir prévu, j’ai utilisé comme support une échelle de bois. Celle ci symbolise parfaitement le sentiment que je voulais intégrer à ma photographie, l’élévation, l’évasion. Mais en y regardant de plus près, je me rends compte qu’il est possible d’interpréter l’image différemment en imaginant que justement la personne est porteuse de lumière et de bonheur dans un monde maussade. Après la mise en commun des divers travaux réalisés, je me suis aperçue que l’image pouvait être interprétée tout simplement comme représentative d’une part de soleil et de gaieté dans un environnement froid et hivernal, ce dernier aspect étant clairement perçu et laissant certains penser que le cliché avait été réalisé en Norvège.

Emilie Donès.