Archives de catégorie : Série 7

Peinture angélique et lumière démoniaque

Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14
Peinture angélique et lumière démoniaque (cc) Coline Cesbron 26/01/14

Cette semaine, nous avons eu l’occasion de découvrir la manière dont Alain Fleischer utilise le miroir pour créer « l’illusion de l’identité », et celle dont Georges Rousse exploite l’anamorphose  afin de tromper l’œil. C’est en partant de la citation de Georges Méliès – « ce n’est peut être pas un hasard si image est l’anagramme de magie » – que l’objectif de ce billet a été défini : façonner et raconter une histoire de façon magique et onirique. En songeant aux photographies d’Alain Fleischer, j’ai commencé à penser au reflet, à la transparence et à l’illusion. Mais le travail de construction et de sculpture de Georges Rousse me paraissait tout aussi intéressant. J’ai donc choisi de m’inspirer des deux artistes dans leur rapport à l’illusion, l’identité (pour Fleischer), ainsi qu’à la construction et la couleur (pour Rousse). Dans un souci de modernité – et parce que cette technique a toujours suscité ma curiosité – j’ai eu envie d’effectuer une photo en light painting.

Pour cette photo, j’ai plongé mon appartement dans le noir quasi complet. J’ai posé l’appareil sur un trépied avant d’effectuer la mise au point. Il a fallu régler le cadre, je me suis donc positionnée devant l’objectif dans la peau des deux personnages afin de savoir exactement où je devais me placer entre deux intervalles de prise de vue. Les paramètres ont été définis à 30 secondes pour la vitesse d’obturation – je changeais de position à partir de 15 secondes afin que les deux personnages aient le même temps d’exposition – et le diaphragme a été ouvert à 5.6 afin de ne pas laisser rentrer trop de lumière dans le boitier, l’objectif étant que les deux lumières (blanche et rouge) autour des corps ressortent plus que le reste. Sylvain m’a aidée en utilisant la moitié du temps d’obturation pour chacune des deux positions afin de redessiner les contours de mon corps grâce à la lumière de son téléphone.

Cet exercice de light painting a été un moyen de m’essayer à cette technique mais surtout d’aborder le thème de l’identité – sujet qui me tient à cœur. Nous pouvons apercevoir sur cette image un ange et un démon. L’un souriant, en position de prière et portant des ailes blanches. L’autre, se tenant en face, en position agressive et portant une queue de diable rouge. Ces deux « personnages » représentent les multiples personnalités – parfois contradictoires – que nous portons en chacun de nous. Ils peuvent également être l’allégorie du Bien et du Mal, souvent personnifiés au cinéma ou plus largement être les symboles de l’humanité – constamment portée par de multiples débats ou guerres entre des groupes divergents. Cette image marque l’opposition, la contradiction de ce monde et de chacun des éléments qui le composent. De manière plus subjective, on remarquera que sur cette photo le Bien écrase le Mal de par sa taille, reflétant probablement le trait de ma personnalité qui l’emporte le plus sur l’autre.

Coline Cesbron

 

Détours de magie.

(cc) Julie T. (26/01/14)
(cc) Julie T. (26/01/14)

« Ce n’est pas un hasard si le mot image est l’anagramme du mot magie. » (Méliès). La magie est un art fondé sur la croyance en l’existence d’êtres ou de pouvoirs surnaturels et de lois naturelles permettant d’agir sur le monde matériel par le biais de rituels spécifiques. On parle souvent de tour de magie. C’est un émerveillement pour petits et grands. Mystères et secrets font partie de la magie. Quelque chose de magique est quelque chose devant lequel on reste étonné, surpris. C’est comme l’image, il y a quelque chose de fascinant et d’intrigant. Ce sapin de fêtes de fin d’années représente la magie des fêtes de Noël. La magie de se retrouver en famille, les lumières des guirlandes.

Je voulais choisir une photographie très colorée, avec des scintillements, des objets brillants. Pour moi la magie est synonyme de paillettes, ampoules lumineuses et strass. Les boules et les guirlandes de Noël qui décorent un sapin reflètent bien pour moi cette idée. C’est aussi l’univers des enfants. Bien que cela intéresse les grandes personnes, la magie est avant tout liée à l’enfance et à l’innocence. L’esprit féerique de la magie nous envoûte et nous ensorcelle.

L’étoile en haut du sapin reflète l’apparition d’une essence divine. Insaisissable, lointaine, elle est hors de notre portée et pourtant on s’y intéresse de près. L’étoile à cinq branches, au sommet du sapin, est un astre qui représente pour les chrétiens l’étoile de Bethléem qui guida les rois mages vers le lieu de naissance de Jésus, le 25 décembre. Quoi qu’il en soit, l’image, quelle qu’elle soit, nous évoque un souvenir, une bribe de vie, en cela, elle est magique. Nous avons tous des albums photos remplis de souvenirs, cachés au fond d’un grand tiroir ou d’une armoire. Quand on les ouvre, on peut passer une après-midi entière à les regarder. La photographie a révolutionné nos vies, les images que nous conservons sont pourtant des moments insaisissables comme l’est l’instant présent. L’image est une marque, une empreinte qui reste dans nos mémoires.

Julie T.

La muse

(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)(cc) Lisa Delpech (27/01/2014)

Pour un artiste le processus de création est parfois semé d’embûches. Il suffit pourtant d’une idée, d’une étincelle ou d’un murmure pour avoir le déclic. Celui-ci arrive de nulle part comme si il avait été soufflé à notre oreille par quelqu’un d’autre. Cela nous laisse penser que l’on serait inspiré par une muse qui nous suivrait partout. Celle-ci apparaîtrait comme par enchantement, de manière furtive. Pour moi elle se manifeste quand je ne m’y attends pas, elle est un esprit reflet de mon subconscient.

Tout d’abord j’ai voulu mettre en scène un bureau d’artiste. J’ai disposé différents accessoires de dessin et peinture de manière désordonnée. Le bureau est éclairé par une seule lampe pour mettre en avant l’espace de travail. Pour faire apparaître ma « muse », j’ai utilisé un miroir qui reflétait le modèle positionné en face, donnant l’impression qu’elle est posée sur le bureau. Pour donner l’effet de transparence j’ai utilisé un temps de pose de 4 secondes, le miroir étant positionné pendant 2 secondes reflétait le modèle. Enfin il est retiré rapidement pour laisser place au décor. L’appareil photo était posé sur une surface plane afin d’avoir une image nette et laisser se manifester la magie.

J’ai voulu traduire une ambiance particulière sur ce cliché. La lumière joue un rôle particulier pour poser l’atmosphère. En effet je voulais donner l’impression qu’un artiste, lors d’une soirée aurait laissé ses travaux en suspens. Sa muse est toujours là à l’attendre sur son bureau. Nous nous trouvons entre rêve et illusion.

Lisa Delpech

Que la lumière soit !

(cc) Soline Testard (26/01/2014)
(cc) Soline Testard (26/01/2014)

Lorsque j’ai entendu la phrase de Méliès, le light painting s’est avéré aussitôt être une évidence. C’était là l’occasion d’utiliser cette technique que je rêvais d’appliquer sans jamais prendre le temps de tester mes idées. Reproduire sur une image fixe la décomposition d’un mouvement offrant ainsi une toute autre vision de la réalité… de la vraie magie !

Pour réaliser cette photo j’ai attendu la nuit pour être dans l’obscurité, puis j’ai éteint toutes les lumières à l’exception de mes rideaux de leds que j’ai mis en boule pour créer cet effet de faisceaux lumineux. Très vite je me suis rendue compte que mes photos étaient floues, alors j’ai rajouté une lumière de fond et j’ai dirigé une lampe en direction de mon visage et une autre sur mon bras pour que ces zones soient nettes. Ma focale était courte, mon diaphragme fermée, la sensibilité à 100 iso et ma vitesse d’obturation à 20 secondes. Pour m’aider, un ami tenait le câble d’alimentation du rideau de leds au dessus de moi et le faisait tournoyer pour créer ce tourbillon lumineux.

L’objectif premier de cette photographie était de créer une forme floue et ronde avec les leds mais j’ai décidé de garder celle-ci car je trouve cet effet bien plus intéressant. Partant de mes mains pour mourir dans l’air, on dirait une petite tornade qui prend de l’ampleur, et on l’imagine continuer de grossir pour imposer de son éclatante beauté. Aussi, le fait d’avoir orienté la lumière de manière précise offre un résultat étonnant mettant en avant les zones éclairées, permettant de ne pas être totalement éclipsée par ma création illuminée.

Soline TESTARD

Asymétrique

Alison Goizet cc (27/01/2014)
Alison Goizet cc (27/01/2014)

Un œil plus bas que l’autre, une narine plus gonflée que l’autre, une lèvre plus pulpeuse, des cheveux courts, des cheveux longs… Il s’agit de mon visage mais il pourrait s’agir de n’importe lequel. Nous avons tous des petits défauts qui nous obsèdent tant, qu’on tente de les masquer. Est-ce que si je penche légèrement la tête, cela se verra moins ? Ils passent pourtant inaperçu chez la plupart des gens. Sauf que de nos jours la beauté se calcule, comme on calculerait une figure géométrique. L’écart entre les yeux et la bouche doit être supérieur à un tiers de celui entre le haut du front et le menton… J’ai voulu à travers cette photo conceptualiser et revendiquer son asymétrie.

Pour ce faire, j’ai décidé de tracer trois lignes de fuite horizontales, une verticale et un bandeau horizontal en bas sur mon visage, ainsi que sur un support derrière moi. Je les ai faite se rejoindre comme si mon visage était incrusté dedans. Ainsi elles forment un trompe l’œil et donnent un effet de continuité. Je voulais faire un parallèle avec ces quadrillages que l’on met sur Photoshop lorsqu’on veut obtenir une symétrie parfaite. La photo est prise en gros plan afin de concentrer le regard sur le visage. De plus, une de mes lèvres est volontairement déviée afin de dénoncer cette asymétrie que je revendique.

Cette photo me fait également penser aux tracés que les chirurgiens esthétiques font sur leurs patients avant de les opérer. Ils peuvent ainsi mettre en évidence chaque défauts qu’il y a à changer. Le visage est réduit à un support où s’exprime la superficialité humaine. Les traits formaient sur mon visage, ainsi que la continuité que ces derniers forment sur le fond, derrière moi, rappellent également les lignes de vie que les aztèques se peignaient sur eux. Le maquillage prend alors une place symbolique et culturelle.

Goizet Alison

« En ligne : http://www.lemonde.fr/style/article/2012/05/14/la-beaute-une-simple-question-de-mathematiques_1700661_1575563.html (dernière consultation : 27/01/2014) »