Archives de catégorie : Série 5

Dansez, sinon nous sommes perdus

Dansez, sinon nous sommes perdus (cc) Émilie Donès (08/12/2013)
(cc) Émilie Donès (08/12/2013)

La danse est une partie de moi. Je danse dès que l’occasion se présente, sans jamais réfléchir, simplement car j’aime être bercée tout au long de la journée. J’ai voulu dans mon billet faire passer un message. Ce dernier est en rapport direct avec le titre « Dansez, sinon nous sommes perdus », citation de la célèbre chorégraphe allemande Pina Bausch. Ce moyen d’expression est la plus simple façon pour moi d’exprimer ce que je ressens, de me défouler mais également de m’évader. Ainsi, afin de me représenter, j’ai choisi de danser, comme à mon habitude, dans mon appartement, en accompagnant chacun de mes gestes quotidiens. Au milieu de mon environnement habituel, dimanche 20h, je décide d’écouter « Rayuela » de Gotan Project tout en mettant de l’ordre dans mon salon.

Je décide afin de représenter au mieux possible la vision de mon intimité, d’évoluer dans mon appartement, sans modifier quoi que ce soit à la disposition du mobilier et de mes effets personnels. Les lumières sont disposées de façon à représenter au mieux le sentiment chaleureux que je souhaite partager en dansant. Au premier plan, la table basse permet aux personnes visualisant la photo de se positionner en tant que spectateur.  La photographie a été prise avec un Sony Nex 5n équipé d’un objectif 18-55mm que j’ai posé sur un support stable. Après avoir défini l’angle de prise de vue, j’ai utilisé le retardateur afin de me prendre tout seule. Il ne me restait plus qu’à me positionner dans le champ et à danser de manière naturelle en oubliant l’exercice. Par choix esthétique, j’ai choisi de sous-exposer légèrement ma photographie. Parallèlement à cela, j’ai souhaité obtenir un rendu flou permettant d’accentuer l’effet de mouvement. Ainsi, j’ai choisi de travailler avec une lumière de base tamisée tout en tentant de jouer sur le couple vitesse/diaphragme. Un diaphragme plus fermé a permis au capteur de recevoir moins de lumière dans le temps imparti de la prise de vue et une vitesse réduite a permis d’accroitre l’effet de flou que je souhaitais mettre en avant.

Emilie DONES.

Identité Multiple

Identité Multiple. (cc) Laetitia Stoffel (7/12/2013)
(cc) Laetitia Stoffel (7/12/2013)

Notre identité personnelle est riche de multiples aspects qui nous façonnent et varient en fonction de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Pour ce cinquième billet axé sur la photographie contemporaine, je voulais refléter les différents traits de caractère qui composent mon identité. Ceux qui me connaissent intimement n’auront aucune difficulté à m’identifier du premier regard dans cet autoportrait. Sans être lunatique, je peux aussi bien être colérique, heureuse, hystérique, que malheureuse. Cet autoportrait présente tous les états dans lesquels je peux me mettre, c’est pourquoi en regardant attentivement la photographie on peut voir que je ris, je cris, me tire les cheveux et jette un regard noir à l’objectif.

Pour réaliser cette photo, j’ai utilisé un Réflex équipé d’un 17-85mm, en réglant la focale sur 50mm pour ne pas déformer mon visage. Pour avoir le temps de poser, j’ai fixé la vitesse de mon appareil à 13 secondes et j’ai réglé les ISO à 400, pour que ma photo ne soit pas surexposée avec un temps d’exposition aussi long. J’ai mis la balance des blancs en lumière tungstène pour donner une couleur bleutée fantomatique et je me suis placée devant un mur blanc pour faire ressortir chacune de mes poses. Vivant seule, j’ai utilisé le retardateur de mon appareil pour avoir le temps de me positionner, ainsi qu’un trépied pour pouvoir cadrer comme je le souhaitais, et pour que le flou de la photo provienne uniquement de mes gestes. Au cours de la prise de vue, j’ai essayé de garder la tête fixe pour qu’elle soit la plus nette possible, et j’ai tenu chacune de mes poses environ 4 secondes pour qu’elles soient identifiables sur la photo.

Laetitia STOFFEL

Sunday morning

 Sunday Morning (cc) Alexia DI CIOCCIO (8/12/13)
(cc) Alexia DI CIOCCIO (8/12/13) 

Un dimanche matin, baigné par la lumière pâle et la chaleur timide d’un soleil d’hiver s’immisçant par une fenêtre pour éclairer notre intimité, encore ensommeillée. Bien que la pendule indique midi passé, la journée ne fait que commencer pour les habitantes à peine réveillées. Un petit déjeuner pas encore avalé, la journée est placée sous le signe de la détente et du repos. Les jambes lourdes et fatiguées par leur samedi soir gisent sur le canapé. Elles auront bien du mal à le quitter aujourd’hui. Les quelques pas effectués seront pénibles et lourds. L’intérieur d’un nid chaleureux et coloré, marqué par des fragments d’identité semés à droite à gauche dans cet espace. Des livres, une couverture, un cendrier, du sirop autant de vestiges de la semaine écoulée. Le temps a filé jusqu’à ce dimanche matin, pour se retrouver figé par ce soleil hivernal.

Pour cette photographie, je n’ai pas utilisé de lumière artificielle. C’était un souhait de n’utiliser que celle qui entrait par la fenêtre à ce moment là car elle mettait en valeur les couleurs de la pièce. L’invasion du soleil dans l’appartement a été le moyen de traduire l’entrée de quelqu’un dans cette intimité, de mettre en lumière pour dévoiler. Les objets qui composent la scène suggèrent le passé (la soirée de la vieille) comme le présent : un dimanche sacré, celui du repos. L’ensemble de la scène est net grâce à une vitesse de prise rapide de 1/200s, une ouverture de diaphragme de 4 et l’utilisation d’un objectif grand angle. La multitude d’objets oblige l’œil à analyser l’image plus longuement, à faire une recherche, comme lorsque que l’on découvre petit à petit l’identité et la personnalité d’une personne.

 Alexia DI CIOCCIO

L’ombre qui nous porte

contenu indisponible

En observant les rayons du soleil décalquer les barreaux de la fenêtre sur ma porte en fin de journée, une histoire m’est venue à l’esprit. Quand on est chez soi, on s’enferme dans notre bulle, on se sent protégé. La porte, fermée à clé, nous sépare du reste du monde. En face de la porte se trouve une autre ouverture : la fenêtre. Étant surmontée de barreaux, cette fenêtre protège elle aussi de toute intrusion extérieure, mais ces barreaux viennent également briser le rapport au monde. Le judas de la porte, mise en abîme d’une ouverture dans l’ouverture, vient nous donner une image révélant l’identité de toute personne se trouvant de l’autre côté. Voulant voir sans être vu, le personnage solitaire n’en est pas moins voyeur…

Le soleil, rasant l’horizon, n’allait pas tarder à se cacher. La porte allait rapidement être dépourvue de cette peinture éphémère. J’avais environ cinq minutes pour mettre en place cette scène. J’ai alors hésité entre surexposer le carré de lumière sur la porte ou sous-exposer le reste de la photographie. J’ai choisi la deuxième solution, en réduisant l’ouverture du diaphragme, car mon intention était de montrer un personnage tourmenté, craintif, évoluant dans un univers plutôt sombre. En tenant l’appareil photo d’une main et en le plaçant dans mon ombre, j’ai pu le rendre invisible. Je me suis placé de façon à pouvoir cadrer la porte entièrement, tout en cherchant à ce que ma tête soit au niveau du judas. Une fois la position trouvée, j’ai tourné la tête de profil pour saisir la projection.

Sylvestre