Archives de catégorie : Série 5

Vacarme sur le track

Un gymnase, une simulation de match, un public, des joueuses, des patins. Je ferme les yeux et écoute ce qui se trouve autour de moi. Vacarme sur le track ! Le roller derby est un sport où la concentration règne. Etant moi-même une joueuse débutante, j’admire le mental de mes aînées qui arrivent à garder leur attention sur le jeu, malgré toute l’agitation et le brouhaha qui les entourent. Car oui, c’est un sport « mélodieux » : le bruit des patins, les cris répétés des coachs et des joueuses, les encouragements de la foule, les coups de sifflet des arbitres, sans oublier les sons parasites qui alimentent la cohue. Ce qui m’a marqué dans ce paysage sonore, c’est le bruit constant de la ventilation du gymnase qui fait office de bruit de fond. Bien évidemment toute personne présente dans la salle entendait son bruit mais sa présence semble être renforcée par l’enregistrement. Il dévoile ce que à quoi l’oreille s’habitue. J’ai voulu retranscrire une ambiance typique d’un entrainement de roller derby, dans un ordre chronologique, et de m’attarder sur les sons qui en résultent.  Les bruits de pas, les respirations, les voix, les roues sur le planché, la résonance du lieu donnent du caractère à la situation.

Peu de pistes ont été retouchées pour ce paysage sonore. J’ai joué avec les volumes, un peu maladroitement, car je ne maîtrise pas encore les astuces du montage sonore. Au départ je voulais filtrer la ventilation du gymnase sur toutes les pistes pour dégager les autres sons. À l’exception d’une piste, j’ai décidé de la laisser telle quelle car elle contribue à cette ambiance et je souhaitais retranscrire les conditions dans lesquels j’avais capté les sons. J’ai enregistré avec mon réflex ce qui n’offre pas le meilleur dispositif pour reproduire une atmosphère. Effectuer cette captation sonore m’a permis d’être plus attentive à ce qui m’entoure et me pousse à réitéré l’exercice pour traduire d’autres environnements.

Chloé Hernandez

Courage… fuyons !

Photo Sergio

La réalisation de ce son s’est imposée à moi parce que la photo représente une rue où la circulation est peu dense, chose qui est recherchée par le personnage de mon histoire. Elle est au cœur de la ville, mais cherche avec ferveur une rue de ce genre, où aucune voiture ne passerait, et où l’on entendrait au loin des bruits de gens, d’enfants, et puis, surtout, le silence. C’est une rue où l’on pourrait aisément courir, et le journal m’inspire la recherche d’une certaine forme d’intimité, de tranquillité.

En marchant dans la rue, en courant, en froissant des feuilles, en m’attardant à des bruits de rue plus improbables les uns que les autres. Des bruits à la fois électriques, contemporains, mais aussi naturels. J’ai d’abord enregistré les sons, et ce sont eux qui m’ont révélé l’histoire à raconter. J’ai d’abord enregistré un peu au hasard, chaque fois que j’y pensais, et puis s’est dessiné quelque chose, chuchoté par tous ces sons.

Sarah Vasseur

Aux portes de mon intimité

(cc) Elodie Chalumeau (08/12/2013)
(cc) Elodie Chalumeau (08/12/2013)

Ne vous fiez pas aux apparences. Si je consens à vous ouvrir les portes de mon intimité, ce n’est que de façon détournée. Ne souhaitant pas vous dévoiler le plus profond de mon âme, je vais vous révéler les clefs de ma surface. Car en réalité l’identité que vous me connaissez, est seulement celle que je me construis chaque matin devant mon miroir, selon mon humeur et mes envies, à l’aide du contenu de mon placard. Colorée ou sombre, habillée ou décontractée, tel un caméléon je choisi une peau que j’endosse pour la journée et qui ne sera pas la même que demain, car chaque jour selon les situations, je me réserve le droit d’être différente.

Cette photo est prise en plongée, de façon à recréer au mieux la vision que j’ai tous les matins en ouvrant les portes de mon placard pour m’immerger dans le choix de mon apparence du jour. Le temps limité que j’ai pour faire ce choix dans la précipitation matinale est symbolisé par la montre, posée sur le haut du meuble et floue car je n’ai jamais clairement conscience de l’heure à ce moment de la journée. De même, la surexposition sur la droite de l’image représente l’effet de la lumière éblouissante d’une lampe ou du soleil qui attaque immanquablement mes yeux mal réveillés à cet instant. Les couleurs sont saturées, démontrant le contraste entre les vêtements colorés des jours heureux et ceux, noirs et blancs, des matins plus mornes. L’armoire est au centre du cadre et l’occupe presque complètement pour en souligner  l’importance.

Elodie CHALUMEAU

Ondes culinaires

Alison Goizet cc 08/12/2013
(cc) Alison Goizet (08/12/2013)

Je crois qu’un des plus grands drames de ma vie est ma totale incapacité à cuisiner. Je profite donc de ce billet pour vous faire part de ce que je me fais subir depuis maintenant trois ans ! Pour ce faire, je vous présente mon meilleur ami, le micro ondes. Je vous laisse imaginer à quel point j’idolâtre cet appareil ! Il est témoin de tellement de choses me concernant : mon penchant pour les féculents, les sucres lents sont importants ; ma tentative de début de semaine de manger équilibré, avec des légumes et des aromates ; ma tête fatiguée qui rentre des cours et qui s’apprête à aller au travail. Puis rien, le frigo est vide et je n’ai pas le temps d’aller faire les courses. « Je n’ai pas le temps », c’est devenue mon expression cette année ! Enfin, mon lapin, qui est traumatisé depuis qu’il a vu le seul endroit de mon appartement où il ne s’était jamais trouvé !

Mon billet est composé de sept photos qui représentent chacune un jour de la semaine. Un trait noir les sépare afin de le montrer. Pour des raisons esthétiques j’ai décidé de les positionner de la façon suivante : 2/3/2. Le cadre est fixe, il reste le même pour toutes les photos. Le plan reste également le même. La lumière du micro ondes forme un spot lumineux sur les éléments intérieurs et focalise notre regard.

Goizet Alison

Piles de vêtements.

(cc) 08/12/2013 - Julie T.
(cc) Julie T. (08/12/2013)

J’ai choisi de prendre cette photographie pour illustrer l’intimité et l’identité. Quoi de plus intime que le contenu d’un placard ? Il contient des vêtements personnels, plus ou moins bien rangés. Cela révèle l’identité de la personne. L’intention est de retranscrire le goût pour les couleurs. Bleu, rouge, rose, doré et noir. J’ai hésité entre prendre le photographie de l’intérieur d’un placard ou une collection. Le placard me semblait plus pertinent par rapport au thème de l’intimité. Personne n’ouvre vos placards quand il rentre chez vous. Ce qu’il y a à l’intérieur est caché par une porte. Cela fait partie des choses secrètes. Les vêtements sont personnels.

La photographie a été prise de face. J’ai volontairement choisi de ne pas ajouter de lumière pour conserver la réalité de la scène. La photographie est prise de près et on a envie de savoir ce qu’il y a autour en la voyant. Rentrer dans une intimité suscite de la curiosité. Presque un regard voyeuriste. Comme si l’on regardait l’intérieur d’un réfrigérateur pour savoir ce que la personne mange. Ou comme si l’on regardait l’intérieur d’une chambre pour voir où la personne dort. J’ai légèrement retouché la photographie sur le logiciel Photofiltre en rehaussant la luminosité et en forçant le contraste pour accentuer les couleurs.

Julie T.