Archives de catégorie : Atelier Collage

Quelqu’un qui me ressemble

(cc) Tiphaine Robion (16/03/2014)
Quelqu’un qui me ressemble. (cc) Tiphaine Robion (16/03/2014)

Malgré nos huit années de différence, je ne compte plus le nombre de fois où ma sœur et moi avons entendu : « vous vous ressemblez beaucoup ». Il est toujours difficile d’avoir le recul nécessaire pour le confirmer ou l’infirmer. J’ai donc voulu en avoir le cœur net après avoir découvert les travaux de l’artiste américain Bobby Neel Adams qui joue sur la transformation des visages en superposant par exemple des photographies de pères et de fils ou de mères et de filles. Après réflexion, il semblerait que ma soeur et moi partagions effectivement le même patrimoine génétique…

Afin de réaliser ce collage numérique, j’ai tout d’abord sélectionné une photographie de moi-même, puis j’ai demandé à ma petite soeur de faire à son tour un autoportrait en ayant une posture et un visage à peu près similaires à la photographie de départ.  J’ai ensuite assemblé le résultat sur Photoshop puis utilisé une ombre portée pour donner un effet de vieille photographie déchirée. J’ai également légèrement joué sur les contrastes et la luminosité pour que les deux parties du collage se ressemblent un peu plus, tout en gardant volontairement une petite différence de couleur pour permettre de distinguer les deux bouts.

Tiphaine ROBION

Désordre ordonné

Désordre ordonné. (cc) Sylvestre (13/03/2014)

On observant les collages de différents artistes, mon regard s’est arrêté sur les travaux de Jordan Clark. Sa façon de déconstruire des visages en les découpant par des formes géométriques m’a attiré, comme si les visages devenaient neutralisés, sans identité. Le portrait devient un puzzle que l’on doit tenter de recomposer pour mieux identifier la personne. En découpant un visage de la sorte on a l’impression de mettre le visage au rang de produit banal, malléable, de le rompre en cherchant à le faire entrer dans des cases. C’est avec cette approche que j’ai voulu créer un collage avec mon portrait, pour « briser » mon apparence.

Pour réaliser ce collage numérique j’ai choisi d’utiliser Photoshop. Avec des repères j’ai délimité la zone que je voulais découper. À l’aide de grilles j’ai utilisé l’outil plume pour sélectionner et copier les formes géométriques pour les coller sur de nouveaux calques. J’ai ensuite pu déplacer les formes à des endroits différents pour déconstruire le visage. J’ai cherché à garder l’alignement des formes afin que l’ensemble forme un carré, pour que ce visage en désordre soit tout de même « organisé ».

Sylvestre

Foetus

(cc)Moyano Lucile(16/03/14)
Foetus. (cc) Moyano Lucile (16/03/14)

La femme est être si changeant qu’elle se fait et se défait sans logique. Couche par couche, elle s’éparpille et se réassemble comme un patchwork constitué de minces pellicules éphémères, en perpétuelle régénérescence. Mais, si multiple qu’elle soit, ici il n’y a rien ou pas grand-chose. C’est un retour à l’épuré, traversé d’une bande qui symbolise la fissure. A côté d’elle se superpose l’image d’un homme renversé. Il masque et obscurcit le regard, tout en mettant en abîme la nudité du sujet. Deux corps collés, pourtant enfermés chacun dans leur espace, si lointains que toute fusion est impossible. Réduit et vulnérable, ici l’homme-fœtus est sans matière, comme un souvenir.

Pour ce collage autour du thème du portrait, je souhaitais exploiter un autre type de support. Il m’est alors venu à l’idée que je pouvais coller directement sur mon propre visage, afin de bénéficier du relief que celui-ci offrirait aux pièces de papier. L’aluminium semblait être le matériau le plus approprié pour épouser les contours, et la bande collée sur le coté droit de mon visage devient alors une sorte de maquillage futuriste en surimpression. Pour compléter ma composition, j’ai utilisé un cliché de Robert Mapplethorpe  intitulé Ajito. J’apprécie cette photo entre autres pour l’unité graphique qui s’en dégage, et l’opposition qu’elle crée par rapport à la bande blanche qui lui fait face. Le fait de renverser ce nu masculin renforce la vulnérabilité du modèle, tenu entre deux doigts par le sujet féminin.

Lucile MOYANO

Esprit tribal

Au bout du monde dans une région désertique de l’Australie vivait une tribu, les Aborigènes qui habitaient en osmose avec la nature. Je décide de voyager et d’explorer cette part sauvage et primitive enfouie en chacun de nous ; c’est l’histoire de ce portrait. Je m’aventure en terre inconnue, me voici en immersion chez les Aborigènes. Un peuple mystique qui partage ses croyances entre la nature, la terre sauvage et l’art primitif. Pour garder en mémoire, cette expérience envoûtante, je puise dans cette culture tribale et me représente tel un totem. Le portrait est entre deux univers : la terre et la nature. Je me définis tel un membre faisant partie d’une tribu Aborigène en réalisant un portrait totémique. Mais malgré cette expérience, mon vrai visage et celui d’un homme citadin, même dans une jungle sauvage, l’urbain refait surface…

Mon visage, grimé de peinture accentue l’idée d’une représentation primitive et sauvage. De plus, dans ce portrait, on distingue sur la gauche du collage des paysages qui représentent l’Australie dans son aspect désertique : fait de terres brûlées, de sables et de roches. Puis une seconde partie à droite représente la nature verte et sauvage. Cette nature est symbolisée par un art graphique : les graffitis. En effet, ces graffitis sont là, tout abord pour rappeler mon côté citadin, mais ils sont parfaitement intégrés dans la nature sauvage. De plus, cela permet de faire un « clin d’œil » à mon premier collage lui aussi fait de graffitis. Ainsi, d’une certaine manière utilisée les graffitis pour ces deux collages marque un peu plus mon style. J’ajoute que cet art aide tout simplement à donner un sens et de lier ces deux billets : le « prénom » et le « portrait ».

 

Son carrosse est tout rouillé

Son carrosse est tout rouillé (cc) Tristan Leyri (15/03/2014)
Son carrosse est tout rouillé. (cc) Tristan Leyri (15/03/2014)

Avec ce dernier billet, j’ai décidé de rester sur le thème du moyen âge, mais cette fois avec la description d’un personnage. Connaissez-vous le Tom Bonbadilom chanté par Jacques Higelin ? Connaissez vous ses bottes trouées et les asticots dans le tuyau de son shilom ? En fait, c’est un homme qui semble être complètement  anesthésié par les problèmes de la vie courante. Voguant dans son univers intime, bercé par les remous de son inconscience malade, il fait abstraction de tout, car tout est prétexte à l’essoufflement. Bon, et pourquoi parler de lui ? Ce dernier exercice était en fait une manière de lui rendre hommage, car par sa faute, j’ai aussi tendance à devoir rouler dans un carrosse rouillé.

L’idée m’est venue au fur et à mesure  que je m’essayais à Gimp. En retournant mon visage, je l’ai vu apparaître. Les sourcils formaient une moustache et les cheveux une barbe. Afin de ne pas se rendre compte qu’il s’agissait d’une tête renversée, il n’y avait plus qu’à rajouter des éléments créant un personnage plus réaliste tel qu’une bouche. Enfin, un chapeau pittoresque lui donnait l’air d’un troubadour et associé à cela, une tapisserie moyenâgeuse pour situer notre homme dans son contexte.  Le résultat est là : il suffit de se retourner la tête (à prendre au sens que vous voulez) pour ressembler à notre cher Tom Bonbadilom.

Tristan LEYRI