Tous les articles par vincentduquennoy

Tout change…

Tout change...(cc) Vincent Duquennoy (16/03/14)
Tout change … (cc) Vincent Duquennoy (16/03/14)

Cette référence à la chanson des Doors ne peut signifier qu’une chose : c’est triste à dire mais c’est déjà la fin de l’année ! Et ça en fait des souvenirs à se remémorer, d’où l’idée de ce collage en forme de mosaïque. Il s’agit là d’une sorte de bilan de cette première moitié de master avec tout ce qui a été accompli. Le rapport de la chanson du groupe de Los Angeles avec la mosaïque pourrait résider dans le fait qu’à la fin de la formation, l’âge adulte commencera réellement, signifiant également la fin de la vie paisible d’étudiant, pour entrer dans le monde du travail. Il s’agira là d’une des étapes les plus importantes de notre vie, à travers les choix de carrière que nous ferons.

Pour réaliser cette image, le paysage d’apocalypse est utilisé en arrière-plan, afin d’appuyer cette idée de fin. Les petites images font toutes références à des événements qui se sont produits dans l’année avec l’ensemble des personnes de la promotion, entre les soirées, les projets de courts-métrages et les examens avec notamment les différents billets. Même le portrait me représentant a été pris lors d’un TP sur la capture de photos. Le fait qu’on ne puisse pas les distinguer est un effet voulu, car les souvenirs ne sont que des bribes de notre mémoire, mais également quelque chose de privé.  Ce collage en forme de mosaïque représente donc la mémoire qui se remplit au fur et à mesure que le cours de notre existence avance, tout en espérant que la suite des événements sera tout aussi fructueuse que ce qui a été déjà accompli.

Vincent DUQUENNOY

Quel bazar ce cerveau !

Quel bazar, ce cerveau
Quel bazar ce cerveau !(cc) Vincent Duquennoy (02/03/14)

Lorsque l’on nous a annoncé le sujet de ce billet, en l’occurrence de réaliser une sorte de montage avec nos trois précédents billets photos, il y eu comme une sorte de blocage, car je n’avais absolument pas d’idées. La raison à cela est que le montage photo n’est pas quelque chose que j’affectionne particulièrement, étant donné qu’aucun traitement n’avait été appliqué sur les autres photos. Assis devant ces dernières se posait alors un problème. Mais soudain me vint une idée. Après avoir placé les photos dans un simple filtre pour éclaircir les bords afin de rendre les contours fluo, un simple travail de découpage, de collage et de chiffonnage a suffi pour illustrer ma pensée.

Et cette pensée est la suivante : Notre cerveau est rempli de souvenirs que nous seul pouvons déchiffrer et apprécier à leurs justes valeurs. C’est également de cette manière que nous protégeons les secrets que nous ne voulons révéler à personne, car il pourrait y avoir quelque chose de « caché » sous les collages. Mais le découpage effectué représente surtout des souvenirs d’enfance comme l’image du parc ou le drapeau du Frioul, car ceux-ci sont les meilleurs que j’ai pu avoir jusqu’à présent, et comme dirait l’écrivain hongrois Ferenc Móra : « Les souvenirs sont plus fidèles que les amis et les amants : ils reviennent nous voir lorsque notre âme grelotte toute seule.  ». Pour finir, les quelques espaces blancs symbolisent le fait que la vie n’étant pas terminé, il y a encore de la place pour créer de nouvelles histoires, quelles qu’elles soient…

Vincent DUQUENNOY

« Satisfaction garantie » – séquence 3a : L’arrivée de l’humanoïde

Résumé de la séquence :

L’instant choisi dans la nouvelle d’Isaac Asimov correspond à l’arrivée du robot, Tony, chez Monsieur et Madame Belmont. Le Docteur Calvin explique alors le but de l’expérience, décrivant notamment toutes les caractéristiques de cette machine aux traits humains. La séquence est surtout marquée par le mécontentement de Claire Belmont, n’ayant pas vraiment envie de voir ce robot « débarquer » dans sa vie. Cet aspect doit donc ressortir de manière évidente à travers les vignettes, sur les conversations impliquant le docteur Calvin et son mari Larry Belmont. La description du robot occupe également une bonne partie de l’extrait, notamment via le fonctionnement de son cerveau.

L'arrivée de l'humanoïde (cc) Vincent Duquennoy (09/02/14)
L’arrivée de l’humanoïde (cc) Vincent Duquennoy (09/02/14)

Les vignettes ont donc été organisées de la manière suivante : tout d’abord, la conversation entre le Docteur et Claire, qui détourne le regard avec les lèvres pincées, pour exprimer sa frustration.

Ensuite, nous avons le robot seul, ce qui correspond à sa caractérisation, illustrée par toute une série de ligne en arrière – le plan rappelle ainsi graphiquement des circuits imprimés. Le schéma en haut à droite représente son cerveau, illustré par des pièces et les chiffres 0 et 1, pour le système binaire. Pour son visage, l’inspiration provient du personnage de Jude Law dans le film « A.I. Intelligence Artificielle », dans lequel il interprète un androïde. Le dessin évoque « ses cheveux noirs, lisses et polis » et « sa peau olivâtre ».

Enfin, pour la dernière vignette, il fallait représenter le même visage pour Claire, écoutant son mari lui parler, avec le robot en arrière-plan, afin de symboliser le fait que ce dernier fasse désormais partie intégrante de la maison.

Vincent DUQUENNOY

Cette enfance qui nous retient…

Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)
Cette enfance qui nous retient. (cc) Vincent Duquennoy (25/01/14)

Ce sont nos souvenirs qui nous maintiennent en enfance, telle est l’idée que veut montrer cette photo, donnant l’illusion de me faire étrangler par le cowboy Woody. Ce personnage n’a pas été utilisé au hasard, car le film « Toy Story » des studios Pixar représente bien cette idée à travers cette bande de jouets qui ne veulent pas être oublié par leur propriétaire. Personnellement, ce jouet compte beaucoup pour moi car il m’a été offert lorsque j’étais enfant et j’ai tout fait pour le conserver afin de me souvenir de cette époque. Même le tee-shirt représentant le logo du groupe de rock The Who illustre cette époque, car mon père les écoutait souvent avec plaisir, même encore aujourd’hui.

Pour réaliser ce montage, il s’agit là d’une simple illusion d’optique de taille, donnant l’impression que Woody est plus grand et me surplombe pour renforcer un côté dominateur. Pour cela, le jouet a simplement été surélevé par rapport à moi-même, et un fil a servi à lui tendre le bras, pour donner cette impression d’étranglement. Même la taille des ombres sur le mur sont là afin de renforcer cet aspect. Aucun effet ou filtre particulier n’a été utilisé sur cette photo, et pour finir, le drap bleu du fond peut faire penser à une sorte de cabane, afin d’appuyer l’aspect désordre que peut avoir une chambre d’enfants.

Si on devait caractériser cette image, on pourrait faire référence au syndrome de Peter Pan, cette expression utilisée pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir un adulte, ainsi que le désir associé de rester enfant, en référence au personnage éponyme du garçon qui ne voulait pas grandir. Nous avons tous peur du temps qui passe, et donc de vieillir, et les jouets que nous avons conservés nous rappellent qui nous étions. Il s’agit d’une peur que nous devons accepter et avec laquelle nous devons apprendre à vivre , même si certains jours, on aurait bien envie de se glisser à nouveau dans la peau de l’enfant que nous étions, afin de profiter à nouveau de tous nos anciens jeux en toute insouciance.

Vincent DUQUENNOY

C’est quoi l’amour ?

Au travers de cette question rhétorique, je souhaitais créer une musique légère et aérienne afin d’aborder le thème de l’amour d’une manière douce et infantile. Cette composition est inspirée par les voix de ces enfants, ainsi que leur institutrice qui les a interrogés sur le sujet. Lorsque l’on associe les mots « enfants » et « amour », on pense forcément à quelque chose de mignon, et il serait incohérent de vouloir associer des sons violents à ces termes. Il est également intéressant de questionner, mais surtout d’écouter ces chers chérubins sur ce genre de sujets car comme on dit toujours « la vérité sort de la bouche des enfants ».

Lors du montage, j’aspirais à ce que le morceau corresponde à un univers teinté d’électro. C’est pourquoi la plupart des voix ont été modifiées, afin de les rendre plus graves, plus aigües, voire plus électroniques pour coller à la musique. Certains mots ont même été dupliqués pour qu’on les compare presque à une sorte de rythmique. Afin d’appuyer le côté léger, des références culturelles ont été ajoutées comme la voix d’Homer Simpson, ou encore un extrait de la chanson du groupe Léopold Nord & Vous « C’est l’amour ». Le personnage de Yoda qui vient conclure, résume bien avec son message ce que je souhaite véhiculer à travers cette composition, de manière ironique : un enfant peut parler de choses vraies, mais il faut s’attendre à ce qu’ils répondent de manière inattendue, ce qui peut souvent amener à nous faire sourire.

                                  Vincent DUQUENNOY