Tous les articles par tristanleyri

Avec Domicile Fixe

Avec Domicile Fixe. (cc) Tristan Leyri. (08/12/2013)
(cc) Tristan Leyri (08/12/2013)

«D’où viens-tu?». C’est généralement l’une des premières choses que l’on demande lors d’une rencontre.  Cela permet de se faire une idée de la personne qui est en face de nous. C’est un moyen de la définir, de lui attribuer une identité ou bien simplement d’engager la conversation. Quoi qu’il en soit, je déteste cette question.  Est-ce que ça signifie : où as-tu passé ton enfance ?  Où vis-tu en ce moment ? Où as-tu passé le plus de temps ? Moi je me considère comme étant une sorte de clochard ambigu, un vagabond sédentaire, un nomade enfermé. J’ai toujours eu un domicile fixe et je ne me souviens pas avoir dormi sur les trottoirs;  mais ce domicile n’arrête pas de changer, à un tel point que je ne me sens chez moi nulle part. Il s’agit là d’un ressenti personnel, une idée qui me trotte dans la tête chaque fois que l’on me demande si je suis d’ici ou d’ailleurs. Je n’en sais rien.

Pour jouer avec ce sentiment d’errance, j’ai décidé d’entrer dans la peau d’un hobo, d’où la guitare et le chat, en référence au film Inside Llewyn Davis. J’ai aussi cherché à tromper le spectateur, à la manière d’un trompe l’œil, en lui donnant l’impression que la photo fut prise à l’extérieur et non dans ma chambre, ce qui est pourtant le cas. Je suis donc allé récupérer des éléments de la rue : des palettes en bois et le chat. Je me suis habillé chaudement et j’ai placé un morceau de carton sur lequel il est écrit « j’ai faim ». Cette pancarte renforce le fait que le personnage vagabonde, il n’est pas dans une situation fixe et doit se nourrir de mendicité. Techniquement, j’ai installé une petite lampe, imitant ainsi un éclairage extérieur de nuit : les phares d’une voiture par exemple. La chambre étant donc peu éclairée, j’ai privilégié une grande ouverture du diaphragme (F2.8) et un temps d’exposition suffisant pour faire ressortir les ombres (1/1.3).  J’ai aussi choisi de prendre un angle en légère contre plongée afin de donner de la valeur au sujet. L’inverse aurait dévalorisé sa condition, condition que je ne souhaite ici pas dénigrer. Enfin, le décor et le cadre confirment l’ambiguïté de ce voyageur emmuré.

Tristan Leyri.

70°26’ Sud, 24°19’ Est

70°26’ Sud, 24°19’ Est (cc) Tristan Leyri (23/11/2013)
70°26’ Sud, 24°19’ Est (cc) Tristan Leyri (23/11/2013)

« Ma chère Louisa,

Je t’écris cette lettre, les mains gelées par la glace, sans même savoir si elle te parviendra. Ce 27 septembre 1897 est un jour particulier : ce grand continent qu’est l’Antarctique est enfin là, sous nos yeux ! Bien des difficultés nous mettent à mal ici : la fatigue, le froid, la peur… Il règne une pression parfois insoutenable à bord de la Belgica. Mais aujourd’hui, des sourires se lisent sur chaque visage crispé de l’équipage. Si tu étais là pour voir cet horizon : des icebergs à perte de vue, dans ce calme déroutant, et ce ciel rosé se reflétant sur l’océan… Ce rival de ta beauté restera gravé dans ma mémoire. Un scientifique de l’équipage m’a apprit que celle-ci est héréditaire, donc, à défaut de ne pas pouvoir t’en faire profiter, nos enfants pourront peut-être vivre à leur tour cet instant…»  Je ne sais pas si je suis cet enfant dont il parle, mais depuis tout jeune, j’ai ce paysage en tête : un bateau face à l’immensité glaciaire. Cette vision me donne envie d’imaginer ce que pouvait être le ressenti de ces hommes, découvrant le Pôle Sud pour la première fois.

J’ai décidé d’utiliser de l’aquarelle afin d’obtenir une teinte uniforme. Une première couche de rose pour donner un aspect irréel à la scène. Ensuite, des traits grossiers au crayon pour définir les formes du paysage et le bateau. Enfin, une seconde couche de couleurs pour apporter les détails. Le rose et le violet retranscrivent une certaine sérénité, une contemplation : la mienne et celle de l’équipage. La partie peinte ne remplit pas entièrement le cadre, me permettant ainsi d’accentuer l’effet d’un paysage rêvé, ou encore imaginé.

Tristan Leyri

Extirpation

Le rêve, monde inconscient où nous nous cachons la moitié de notre vie. Il s’y passe des choses que nous finissons par oublier et qui nous sembleraient complètement fantasques. Le rêve est une bulle en oscillation dans laquelle notre esprit construit sa propre architecture, des personnages abstraits et des dialogues souvent insensés (ou peut-être serait-ce seulement mon cas ?). Une longue grasse matinée permet de nous souvenir des derniers rêves du sommeil, mais lorsque le réveil sonne, nous sommes comme extirpés de celui-ci d’un coup sec ! Alors nous oublions tout. La musique que nous nous imaginions se volatilise comme si elle n’avait jamais existé et les images disparaissent une à une. C’est comme l’éclairage d’une salle de cinéma indiquant la fin du film, nous obligeant à nous lever du fauteuil.

Je ne désirais pas raconter une histoire m’évoquant le matin, seulement  donner l’impression d’être dans un rêve toute la durée du son, finissant par l’agression d’une sonnerie d’alarme pour évoquer le réveil. Afin de donner ce sentiment, j’ai enregistré un couvercle de casserole que je levais et rabaissais devant les micros afin de donner un effet d’ondulation. J’ai aussi enregistré la guitare, un rythme simple et lent en tapant sur le bois ainsi que sur la corde grave, couplé à un blues mineur joué au bottleneck. A ceci est rajouté une voix (avec un effet « reverse » permettant de ne pas comprendre les propos car souvent insensés dans un rêve.) Le tout rend l’effet d’une bulle décrite plus haut, quelque chose d’abstrait et planant. L’alarme du réveil, elle, arrive progressivement tout le long de la bande sonore, de plus en plus accélérée. Il s’agit d’un son extérieur venant interférer le rêve. Puis, à son apogée, nous n’entendons plus qu’elle, nous amenant à sursauter.

Tristan Leyri

L’union fait le monde

L'union fait le monde. (cc) Tristan Leyri (20/10/2013)
L’union fait le monde. (cc) Tristan Leyri (20/10/2013)

Faisons un bilan du nombre de fois où l’on a pris le temps de discuter avec quelqu’un dans le  train, où l’on s’est arrêté pour aider un sdf… L’Homme est un animal social, vit en communauté. Nous dépendons des autres qui eux-mêmes dépendent de nous. Mais l’Homme est malin, il a l’esprit vicieux, il pense à son avenir et ne désire pas qu’un élément extérieur  vienne brouiller ses prévisions. Un animal défendant ses provisions. Aux dépens des siens, hélas…  Aujourd’hui encore je m’étonne de voir que la notion de fraternité est tant pris à la légère. Mais je suis surpris aussi de voir certains hommes s’entraider dans toutes sortes de circonstances (dans le cadre de grandes luttes sociales, mais également dans les situations les plus communes), tels des pères tenant la main à leurs enfants.

Je suis sur la terrasse d’un bar, un homme passe et me demande :

— Bonjour, je peux m’assoir là ?

— Heu… Oui allez-y !

Le lendemain je le croise dans un parc, par hasard :

— Bonjour, je peux vous photographier ? Il me reconnait.

— Heu…  Oui, vas-y, pas de problème.

A très petite échelle, cet exemple donne à penser qu’un geste envers autrui est toujours récompensé, d’une manière ou d’une autre. J’ai donc pu prendre ma photo : une sculpture en bois où il est écrit « l’union fait le monde » avec en arrière-plan ce père s’apprêtant à rattraper son fils sur un toboggan.  Contrastes augmentés pour faire ressortir la phrase. Noir et blanc car les couleurs ne collaient pas du tout : Toboggan bleu, phrase couleur bois, l’enfant en rouge…  Franchement laid ! Enfin, des différentes photographies produites, j’ai choisi celle où le garçon commençait la glissade, sourire aux lèvres.

                                                                                                                                                                                                                                                Tristan Leyri

Tristes temps…

Tristes temps. (cc) Tristan Leyri (06/10/2013)
Tristes temps… (cc) Tristan Leyri (06/10/2013)

Tristan, ce nom que je porte m’a toujours évoqué quelque chose d’inconnu, de lointain, un nom n’existant même pas dans le calendrier ! Quelque chose de triste, aussi… Quel triste temps m’a-t-on souvent dit. En effet, étymologiquement, Tristan voudrait dire tonnerre, vacarme en gaélique (même druide en picte !). C’est aussi le nom d’un personnage célèbre, celui qui est à Iseult ce que Romeo est à Juliette, un des chevaliers de la table ronde. Encore une de ces histoires tristes et à l’eau de rose. On m’appelait donc le chevalier quand j’étais enfant, j’aimais mieux ça !  Finalement, les éclairs, les histoires de chevaliers, de druides, l’univers celtique, ça colle plutôt bien, non ?

J’ai choisi de mettre les éclairs en fond pour rappeler l’étymologie, le sens profond du nom, sa forme. Ensuite  j’y ai mis un disque au centre  pour évoquer la musique et le cinéma, deux passions que je tenais à rappeler. Sur ce disque sont enchevêtrés différentes images où l’on peut voir des druides, une table ronde, Tristan et Iseult, celui-ci combattant un dragon et enfin une sphère et un visage, œuvres d’un peintre que j’ai rencontré peignant des tableaux en rapport avec la quête du Graal. Ces images sont le fond du prénom, son histoire, les légendes qui lui sont attribuées. Un dégradé du violet à l’orange permet d’unifier un peu plus ces éléments. Enfin, l’élément principal : un signe celtique, source de toutes ces légendes et nommé le triskèle, rappelant un peu le nom de Tristan. Il est au centre de tout, représentant les trois dieux à l’origine du monde, les trois éléments, ainsi que la continuité du temps qui passe… Passé. Présent. Avenir.

Tristan LEYRI