Tous les articles par tristanleyri

Son carrosse est tout rouillé

Son carrosse est tout rouillé (cc) Tristan Leyri (15/03/2014)
Son carrosse est tout rouillé. (cc) Tristan Leyri (15/03/2014)

Avec ce dernier billet, j’ai décidé de rester sur le thème du moyen âge, mais cette fois avec la description d’un personnage. Connaissez-vous le Tom Bonbadilom chanté par Jacques Higelin ? Connaissez vous ses bottes trouées et les asticots dans le tuyau de son shilom ? En fait, c’est un homme qui semble être complètement  anesthésié par les problèmes de la vie courante. Voguant dans son univers intime, bercé par les remous de son inconscience malade, il fait abstraction de tout, car tout est prétexte à l’essoufflement. Bon, et pourquoi parler de lui ? Ce dernier exercice était en fait une manière de lui rendre hommage, car par sa faute, j’ai aussi tendance à devoir rouler dans un carrosse rouillé.

L’idée m’est venue au fur et à mesure  que je m’essayais à Gimp. En retournant mon visage, je l’ai vu apparaître. Les sourcils formaient une moustache et les cheveux une barbe. Afin de ne pas se rendre compte qu’il s’agissait d’une tête renversée, il n’y avait plus qu’à rajouter des éléments créant un personnage plus réaliste tel qu’une bouche. Enfin, un chapeau pittoresque lui donnait l’air d’un troubadour et associé à cela, une tapisserie moyenâgeuse pour situer notre homme dans son contexte.  Le résultat est là : il suffit de se retourner la tête (à prendre au sens que vous voulez) pour ressembler à notre cher Tom Bonbadilom.

Tristan LEYRI

 

 

La vase à mille temps

Il fallait que je m’essaie à la vidéo expérimentale après avoir vu les films en cours. Une petite caméra et un logiciel de montage suffiraient à expérimenter quelque chose, créer des images qui ne prendraient sens qu’une fois montées les unes à la suite des autres.  Mais il ne fallait pas donner de sens,  inventer plutôt du non-sens. Mon idée fut alors de modifier le temps, modeler celui-ci et distordre toute trace de réalité. Pour chaque scène, un procédé me permettrait alors de jouer là-dessus : poser une caméra en pleine rue et me mouvoir lentement vers elle, me recouvrir le visage d’argile ou encore capturer les gestes d’une danseuse, que je sculpterais à ma façon lors du montage. Je pouvais jouer aussi avec le visuel de chaque images, et retoucher les couleurs au hasard, jusqu’à trouver le ton miracle. Enfin, une petite valse en mineure viendrait soutenir le paysage, âcre et vaseux.

Finalement, consciemment ou non, la réalité est là. Ce qui m’aurait permis de perdre le spectateur, c’est-à-dire le temps, devient le sujet même de la vidéo. Des bruits de pendule bien trop explicites. Des images qui parlent d’elles-mêmes. Le tout prend forme et tient un propos. Il n’est plus expérimental bien qu’à la base lui-même expérience. Il cherche l’incohérence dans sa cohérence impudique.

Tristan Leyri

“Satisfaction garantie” – séquence 16

Une seule fois, elle tenta de lui apporter son assistance et sa bonne volonté. Il s’affairait dans la chambre voisine, et elle accrochait un tableau au point marqué par le coup d’œil d’une infaillibilité mathématique de Tony. Sur le mur, le trait minuscule; à ses pieds, le tableau; en elle le remords de son oisiveté. Mais elle était nerveuse… Ou bien l’escabeau était-il branlant? Elle le sentit se dérober sous elle et poussa un cri de frayeur. L’escabeau s’écroula sans l’entrainer dans sa chute, car Tony, avec une célérité inimaginable pour un être de chair et de sang, la reçut dans ses bras. Ses yeux calmes et sombres n’exprimaient rien et sa voix chaleureuse ne prononça que des mots :

– Vous n’avez pas de mal, madame Belmont?

3   “Satisfaction garantie” – séquence 16. (cc) Tristan Leyri (16/02/14)

Sur toute la séquence qu’il m’a été amené à story-boarder, j’ai choisi de représenter un court instant, une action précise : celle où notre robot rattrape Claire Belmont dans sa chute, alors qu’elle tentait d’accrocher un tableau au mur. Cela permet d’enchaîner trois plans consécutifs telle que les prises de vue de la caméra seraient montées à l’écran. Ainsi, si cette scène était à réaliser, nous aurions déjà une première idée des placements de caméra nécessaires, ainsi que des décors, des acteurs et de l’ambiance générale.

J’ai d’abord réalisé les vignettes au crayon à papier sur trois feuilles séparées. J’ai ensuite démarqué les traits au stylo noir et rapidement colorisé le tout à l’aquarelle. Le résultat à été retravaillé sur Photoshop Lightroom, afin de rendre un aspect final plus stylisé, à la fois délavé et étrange, presque futuriste.

Tristan Leyri.

Arbor-Essence

 

Arbor-Essence. (cc) Tristan Leyri (25/01/14)
Arbor-Essence. (cc) Tristan Leyri (25/01/14)

 

Au cours de ces derniers mois, j’ai découvert deux artistes m’ayant inspiré. Wim Wenders et Noémie Goudal cherchent à dénoncer subtilement l’emprise de l’industrialisme sur le monde naturel. Ils immiscent alors les traces du grignotage humain sur des décors neutres, juste assez pour appâter l’œil du spectateur.  La photographie permet à l’auteur de représenter tout lieu tel qu’il le souhaite. Par exemple apposer à un bois, et par là dénoncer, le reflet de l’avenir qui lui sera peut-être réservé.

Je me suis borné à réaliser la première idée qui m’est venu en tête : recouvrir des arbres de papier aluminium afin de les dénaturer. Le miroir permet de glisser cette déformation sur le fond d’une forêt vierge. Ils sont peu visibles, mais des déchets de poubelles renversées (j’ai nettoyé !) viennent aussi joncher le sol. Le mauvais temps m’a forcé à réduire la vitesse de prise de vue et à utiliser un trépied. Parmi toutes les photos ayant le miroir centré et en gros plan, j’ai choisi celle où il restait discret,  laissant dominer un sentiment d’espoir.

Le hasard a fait que le miroir récupéré et l’arbre choisit avaient à peu près la même largeur. En revoyant l’image, je découvre que celui-ci pourrait presque être transparent ou révéler un sentier secret encore jamais foulé par une paire de godasses. Peut-être que le hasard, ou bien la nature, ont aussi voulu s’exprimer un peu.

 Tristan Leyri.

Tiens le coup, maîtresse !

 

Ah ! Quelle fabuleuse profession que celle d’instituteur ! Des enfants partout, à longueur de journée, qui braillent, jacassent, se tirent la couette et se cassent les dents de lait…  Non, plus sérieusement, je veux bien qu’il s’agisse d’un boulot plutôt sécuritaire et qu’il y ait les vacances scolaires mais comment ne pas devenir fou ? Ne serait-ce qu’une fois…   Je sais de quoi je parle : beaucoup de membres de ma famille ont endossé ce rôle d’ « é-dictateur », faisant régner leurs  lois à coups de dictées et de règle sur les doigts… Mais bien souvent ce sont les enfants qui dictent leurs propres règles.  N’ayant pas su suivre les conseils de Machiavel à la lettre, ils finissaient par se taper la tête sur des piles de copies à corriger, à un tel point que la mention « pas trop mal »  restait marquée sur leurs fronts. Mais pourtant si, ils avaient mal…  C’est pour ça que je n’ai pas voulu suivre leurs traces, non pas qu’avoir écrit « zéro » sur la tête m’effraie,  ou que je ne souhaite pas devenir un héros de la craie, mais un tel boulot me rendrait clairement barjo…                                                              À en croire par cette femme…

Ce ne sont pas les propos des enfants, bien qu’ils soient hilarants, mais plutôt ceux de la maîtresse qui m’ont intéressé ici. Il m’a alors paru drôle de la rendre folle, comme si elle n’en pouvait plus de répéter chaque jour la même chose. J’ai commencé par créer une musique pour accompagner son récit, une musique progressive et désordonnée, terminant par le criaillement d’une guitare distordue (par un effet ajouté, car il s’agit en fait d’une simple guitare acoustique…).  La rythmique a été réalisée à l’aide d’un logiciel, FL studio, sur lequel j’ai sélectionné les différents sons de caisse claire, tome et timbale qui m’intéressaient, unifiés par la suite pour obtenir une batterie électronique. Puis, je suis allé piocher parmi les pistes  enregistrées par l’institutrice en ne retenant que les morceaux sur lesquels elle évoque un certain mécontentement afin d’appuyer sa lassitude. Son discours est progressif : elle commence par parler du sujet du jour pour ensuite les interroger. Elle leur indique qu’ils se doivent de lever la main puis elle se plaint de sans cesse avoir à répéter les mêmes choses. Elle aimerait aussi que ses élèves cessent de tourner autour du pot puis finit par leur dire qu’ils sont, de toute façon, tous pareils. Elle plonge dans la folie alors que ceux-ci semblent ne pas s’en préoccuper. Ils rient.  Jusqu’à ce que la sonnerie vienne sauver notre pauvre institutrice…

 

Tristan Leyri