Tous les articles par tiphainerobion

Seule

(cc) Tiphaine Robion (08/12/2013)
(cc) Tiphaine Robion (08/12/2013)

La solitude est crainte par de nombreuses personnes : pour moi, au contraire, elle est essentielle et synonyme de bien-être. Et quoi de plus personnel qu’un appartement où l’on vit seul ? Si quelqu’un arrivait chez moi à l’improviste, il y trouverait un lieu en désordre, du thé toujours à portée de main, mais aussi la tenue que j’ai envie de porter, confortable et bien souvent pas très présentable. Le lieu que je me suis construit est très représentatif de la personne que je suis : j’y passe le plus clair de mon temps, j’essaie de le rendre à mon image, je m’y sens bien, libre et à l’abri des regards.

Cette photographie a été réalisée en focale 18 mm afin d’avoir un cadre assez large, et voir toutes les parties importantes de mon appartement : la cuisine, le salon et la chambre que l’on aperçoit au fond. J’ai utilisé pour cette photo une vitesse d’exposition de quatre secondes afin de rendre cet effet de mouvement qui symbolise le temps que je passe seule dans mon appartement. J’ai volontairement poussé les ISO à 3200 afin de disposer de suffisamment de luminosité pour fermer mon diaphragme à 16 et ainsi avoir une grande profondeur de champ, nécessaire sur cette photographie. J’ai  également légèrement désaturé l’image afin de donner une ambiance plus douce et naturelle.

Tiphaine Robion

Une Bretonne à la montagne

(cc) Tiphaine Robion (21/11/2013)
(cc) Tiphaine Robion (21/11/2013)

En vraie Bretonne, j’avais toujours mis un point d’honneur à dire qu’un coucher de soleil sur la mer, c’était ce qu’il existait de plus beau. Enfoncer ses orteils dans le sable, pour les prémunir du froid qui arrive, et attendre, durant de longues minutes, le quart de seconde où le passage du soleil derrière la mer formera un éclat de lumière orangé : un moment unique et magique. Pourtant, au moment où je m’y attendais le moins, à des kilomètres de la mer, perdue dans les montagnes Balinaises, j’ai vu le plus beau coucher de soleil de ma vie : mais je me suis bien gardée de l’avouer.

Ce dessin a été réalisé avec des pastels. Étant totalement débutante en dessin, j’ai préféré m’inspirer d’une photo plutôt que de me lancer les yeux fermés. Mais je me suis vite prise au jeu et ai commencé à ajouter de moi-même des détails qui n’étaient pas sur l’original : le cliché, par exemple, représentait une forêt, j’ai préféré la remplacer par un paysage plus asiatique, comme des rizières, qui me rappelaient d’avantage ce lieu mémorable. J’ai joué avec la luminosité bien spécifique que peut avoir le soleil couchant, en utilisant des couleurs plus claires et en floutant les contours à l’endroit où irradie le soleil. À ma grande surprise, j’ai réussi à retranscrire ce que je souhaitais dans ce dessin !

Tiphaine Robion

Un matin, ça ne sert, à rien.

Je suis cette personne que chacun a dans son entourage, à qui on ne peut pas adresser un mot avant dix heures et qui semble avoir tout le malheur du monde sur ses épaules dès qu’elle met un pied hors de son lit. Ne vous méprenez pas : le matin, je l’aime quand je décide moi-même de l’heure de mon réveil, quand des croissants et un thé brûlant m’attendent dans la cuisine, quand personne ne se trouve sur mon chemin. Mais quand on a nous donné le thème du billet de cette semaine, la première pensée qui m’est venue à l’esprit, elle n’est pas de moi, mais de Goldman : un matin, ça ne sert, à rien.

Le matin, tous les bruits sont pour moi agressifs : dans ce montage sonore, j’ai commencé par mettre une alarme qui symbolise la façon dont j’entends mon réveil, suivis de quelques bruits matinaux, comme la chasse d’eau et la machine à café. J’ai ajouté en fond sonore une musique qui m’est désagréable. Puis, une personne me parle, et à chacune de ces phrases, la réponse sonore est soit des cris d’animaux,  qui sont les cris que j’aimerais lancer aux personnes qui me parlent au réveil, soit des sons non identifiés mais désagréables pour l’oreille : c’est comme cela que je ressens le moindre bruit le matin.  La sirène de police est un appel au secours, il faut que j’aille prendre l’air seule, la voiture démarre en trombe, je quitte enfin cette atmosphère pesante. On entend de moins en moins la musique désagréable, des sons d’ambiance normaux apparaissent, ça y est, je commence à me réveiller.

Tiphaine Robion

 

Juste une danse

(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)
(cc) Tiphaine Robion (19/10/2013)

Ce samedi d’octobre a tous les attributs d’un samedi de juillet : les passants sont en tee-shirt, les couples s’enlacent dans les parcs, les amis rigolent aux terrasses des cafés. Je me promène, j’admire et je profite. Je me laisse guider par les rires et les bruits de la ville. Mon oreille est tout à coup attirée par le son d’un djembé au loin. Je me rapproche et cet homme est là, heureux de faire partager sa musique à tout un groupe d’inconnus assis autour de lui. Soudain, une femme semble inspirée et se laisse emporter par la musique. S’adapte-t-elle à sa musique, s’adapte-t-il à sa danse ? Je ne sais plus. Mais la magie d’une rencontre impromptue est bien là.

Sur cette photographie, l’oeil est tout d’abord attiré par la femme qui danse, malgré notre habitude de lecture de gauche à droite. Elle porte une jupe orange qui attire le regard, et elle est en mouvement : ses cheveux volent, ses pieds sont presque décollés du sol, elle paraît occuper tout l’espace. La légère plongée la met également en valeur. Ensuite, grâce au regard de cette femme, on tombe sur l’homme qui joue du djembé en lui donnant le rythme. D’autres personnes sont également présentes : des musiciens et une femme qui applaudit sur la droite. Ils ne sont que secondaires dans la composition de l’image mais contribuent à donner de la vie à cette photographie.

Tiphaine Robion

Remise en question

Remise en question. (cc) Tiphaine Robion (06/10/2013)
Remise en question. (cc) Tiphaine Robion (06/10/2013)

Mon prénom fait partie de moi, au même titre que mes yeux marron ou mes cheveux bruns, je n’y prête plus attention. « Tiphaine, enchantée« . On discute de choses et d’autres. On oublie. « Rappelle-moi ton prénom ?« , « C’est Tiphaine« . Et puis il y a eu ce matin de juillet, ce départ vers un autre pays, une autre culture, une autre langue. Ce premier contact avec cet être à l’accent étrange. « Tiphaine, nice to meet you« .  Tout à coup, ce regard vide, cette gêne. Il n’a pas compris. Je répète, j’épèle : il n’arrivera pas à le prononcer.  Pour moi, c’est une claque, une prise de conscience soudaine. Mon prénom n’est plus une simple commodité : il est mon pays, ma culture, ma langue.

Sur ce collage, j’ai mis le début de mon prénom que les personnes arrivent à prononcer. L’incompréhension est représentée ici par les trois petits points, en descente, comme si le ton de la voix baissait. Suivis de points d’interrogation, de toutes les couleurs et formes, pour représenter la multiplicité et la différence des personnes que l’on rencontre. J’ai inséré autour des images qui pour moi sont exotiques, sous forme de bulles, qui représentent l’imagination, le rêve. La mer est en haut, alors que les montagnes sont en bas : ma vision du monde est déformée, tout comme les personnes déforment mon prénom. La partie droite du collage restera vide, comme une remise en question. Mon prénom était pour moi une chose banale : ce que je croyais acquis a été chamboulé.

Tiphaine ROBION