Tous les articles par tiphainerobion

Quelqu’un qui me ressemble

(cc) Tiphaine Robion (16/03/2014)
Quelqu’un qui me ressemble. (cc) Tiphaine Robion (16/03/2014)

Malgré nos huit années de différence, je ne compte plus le nombre de fois où ma sœur et moi avons entendu : « vous vous ressemblez beaucoup ». Il est toujours difficile d’avoir le recul nécessaire pour le confirmer ou l’infirmer. J’ai donc voulu en avoir le cœur net après avoir découvert les travaux de l’artiste américain Bobby Neel Adams qui joue sur la transformation des visages en superposant par exemple des photographies de pères et de fils ou de mères et de filles. Après réflexion, il semblerait que ma soeur et moi partagions effectivement le même patrimoine génétique…

Afin de réaliser ce collage numérique, j’ai tout d’abord sélectionné une photographie de moi-même, puis j’ai demandé à ma petite soeur de faire à son tour un autoportrait en ayant une posture et un visage à peu près similaires à la photographie de départ.  J’ai ensuite assemblé le résultat sur Photoshop puis utilisé une ombre portée pour donner un effet de vieille photographie déchirée. J’ai également légèrement joué sur les contrastes et la luminosité pour que les deux parties du collage se ressemblent un peu plus, tout en gardant volontairement une petite différence de couleur pour permettre de distinguer les deux bouts.

Tiphaine ROBION

L’art et l’instant

(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (02/02/2014)

Réfléchir à comment créer plutôt que pourquoi créer est une façon de penser qui ne m’est pas familière. La solution est peut-être tout simplement de ne pas trop réfléchir : j’ai imprimé les trois photographies des billets précédents, puis commencé à les déchirer, les coller entre elles, les décoller; les badigeonner de soja qui traînait par là, à l’aide d’un pinceau que j’avais à proximité, les coller de nouveau. Le résultat ne me satisfaisait pas, alors j’ai pris une pause. En revenant quelques minutes plus tard, la composition avait pris une teinte qui me plaisait, et ce que je n’avais pas apprécié la première fois était sans doute la spontanéité du travail à laquelle je ne suis pas habituée.

Effectuer le chemin de réflexion inverse, en pensant à la forme et non au fond, n’est pas chose aisée : l’interprétation a posteriori n’en est que plus difficile. Je crois que ce qui me plaît dans cet assemblage de photographies, c’est justement l’absence de signification au premier abord, et de liens entre ces images : on remarque tout de suite la distinction entre les trois photos, les découpages ne sont pas nets et on aperçoit les reliefs. Pourtant, quelque chose relie les trois couches : les couleurs, l’ambiance,  la superposition hasardeuse qui fonctionne bien ? Je ne sais pas s’il y a vraiment une réponse. Pour l’instant, j’essaie d’apprécier l’esthétique en arrêtant de me demander, “mais pourquoi ?”.

Tiphaine Robion

“Satisfaction garantie” – séquence 9

Pourtant, elle s’écria soudain dans une explosion de chagrin :
– M. Belmont ne pense pas que je possède de cerveau, si vous voulez tout savoir… et sans doute n’en ai-je pas !
Elle ne pouvait se laisser aller à pleurer devant lui. Il lui semblait qu’elle devait sauvegarder l’honneur de la race humaine en présence de la création qui était sortie de ses mains.
– C’est tout récent, ajouta-t-elle. Tout allait bien lorsqu’il n’était encore qu’un étudiant, lorsqu’il débutait. Mais je suis incapable de jouer le rôle de la femme d’un homme important; et il va devenir important. Il voudrait que je me fasse hôtesse et que je l’introduise dans la vie mondaine… comme… comme Gladys Claffern.
Elle avait le nez rouge et elle détourna la tête.
Mais Tony ne la regardait pas. Ses yeux erraient à travers la pièce :

– Je peux vous aider à diriger la maison.
– Mais elle ne vaut pas un clou ! s’écria-t-elle farouchement. Il lui faudrait un je ne sais quoi que je suis incapable de lui donner. Je sais seulement la rendre confortable; mais jamais je ne pourrai lui donner cet aspect que l’on voit aux intérieurs représentés dans les magazines de luxe.
– Est-ce le genre que vous aimeriez ?
– À quoi servirait-il de désirer l’impossible ?
Les yeux de Tony s’étaient posés sur elle :
– Je pourrais vous aider.
– Connaissez-vous quelque chose à la décoration intérieure ?
– Cela entre-t-il dans les attributions d’une bonne ménagère ?
– Certainement.
– Dans ce cas, je peux l’apprendre. Pourriez-vous me procurer des livres sur le sujet ?
C’est à cet instant que quelque chose commença.

(cc) Tiphaine Robion (08/02/2014)
(cc) Tiphaine Robion (08/02/2014)

Cette séquence comporte beaucoup de dialogues et relativement peu d’action. Ainsi, pour ne ne pas lasser le spectateur et perdre son attention, j’ai choisi des valeurs de plan et des mouvements de caméra variés : tout d’abord, la scène commence par un plan de demi-ensemble, puis la caméra dé-zoome petit à petit pour arriver à un plan d’ensemble, afin de faire découvrir au spectateur le peu de décoration installée par Claire dans sa maison, et ainsi appuyer le dialogue sur la décoration d’intérieure. Ce n’est qu’à la fin de la scène que l’on découvre vraiment Tony, de face, qui converse avec Claire, en plan moyen (à droite de la première vignette).

Pour réaliser ce story-board, j’ai découpé la feuille en trois parties de 16 centimètres sur 9 centimètres, afin de représenter un écran 16/9e et donc, rendre plus facile l’adaptation du story-board en film. Il était difficile de représenter une scène entière en trois vignettes seulement, c’est pourquoi j’ai choisi trois plans représentatifs et indiqué les mouvements de caméra et les dialogues en annotation (colonne de droite). Après de nombreux essais, n’étant pas à l’aise avec la technique du dessin, j’ai préféré représenter les personnages de manière simple, afin de ne pas encombrer le story-board avec des traits incompréhensibles.

Tiphaine Robion

L’impact

(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)
(cc) Tiphaine Robion (26/01/2014)

La photographie permet de capter des instants qui auraient disparu de notre mémoire s’ils n’avaient pas été immortalisés. Et puis, parfois, on capture une image qui n’a jamais fait partie de notre mémoire, car notre œil n’a même pas eu le temps de la voir : l’impact d’un objet sur l’eau, le moment où il heurte la surface pendant un tout petit instant, pour ensuite rebondir et continuer sa trajectoire, en est un parfait exemple. La magie de la photographie, c’est aussi nous donner à voir des phénomènes naturels mais invisibles : l’appareil fait office de révélateur de cette beauté dissimulée.

Pour réaliser cette photographie, j’ai mis en place un dispositif consistant à tendre un film plastique entre les deux volets de ma fenêtre et à le remplir d’eau. J’ai ensuite demandé à un ami de lancer une petite balle à un mètre de hauteur dans l’eau et ai déclenché l’appareil en vitesse d’exposition de 1/2000 secondes et en mode rafale, afin d’avoir plus de chances de capturer le moment où la balle heurte l’eau. Pour disposer de suffisamment de lumière, j’ai installé ce dispositif à l’extérieur, ouvert le diaphragme de l’appareil à 5,6 et poussé les ISO à 1600.

L’idée de cette photographie m’est venue assez rapidement, mais la mise en place du dispositif n’a pas été aussi simple : comment gérer la luminosité tout en utilisant une vitesse rapide ? Comment installer ce dispositif ? Va-t-il tenir ? Dans mon imaginaire, la photographie avait un fond neutre et coloré, et la prise de la bonne photo allait se faire rapidement, grâce au mode rafale : après la prise de plus de 400 photos différentes, des déclenchements au mauvais moment, des mises au point ratées, j’ai compris que pour découvrir la magie de la photographie, il fallait s’armer de patience.

 Tiphaine Robion

C’est pas ma faute !

L’enfance est la période de la vie la plus marquée par l’apprentissage : on apprend à parler, à lire, à compter, à se comporter en société. J’ai toujours admiré les professeurs des écoles, tout d’abord parce qu’ils font un travail formidable, mais aussi et surtout car je suis moi-même très impatiente avec les enfants : je me surprends souvent à les considérer comme des adultes, à ne pas supporter leurs caprices et leurs incompréhensions face à la société qui nous entoure. Alors, parfois, je prends du recul et me dis qu’après tout, ils ont toute la vie devant eux pour apprendre.

Afin de montrer mon impatience envers les enfants, j’ai sélectionné dans les fichiers qui nous ont été proposés leurs erreurs de français. J’ai inséré la phrase principale, puis répété leur erreur deux fois, à l’aide d’un effet d’écho, pour montrer mon incompréhension : ai-je bien entendu ce qu’il a dit ?! Puis, entre chaque phrase, j’ai ajouté un extrait d’une chanson de Depeche Mode dans laquelle le chanteur chante “Wrong” d’une manière presque tragique, pour montrer mon manque de discernement face à l’âge de ces jeunes personnes. J’ai terminé avec des rires d’enfants pour désigner ma prise de recul face à tout cela : après tout, ce ne sont que des enfants.

Tiphaine Robion