Tous les articles par Sylvestre

Forfait sommeil épuisé

Et si l’on comparait notre sommeil à un forfait téléphonique où à chaque matin ce crédit sommeil s’épuise. Que ce passe t-il alors avant les quelques minutes de notre réveil ? Imaginez un instant, ce que disent toutes ces voix dans nos têtes. Mais rassurez-moi, je ne suis pas le seul à les entendre ? En tout cas, j’ai créé pour vous un dialogue entre le cerveau, la conscience, l’inconscience et toutes ces voix qui résonnent dans nos esprits. Je vous raconte l’histoire de ces voix, qui le matin sont chargées de me réveiller. Alors parfois, c’est ma conscience qui m’oblige à me lever, puis d’autres fois, c’est mon cerveau et son horloge biologique. Aussi, de temps en temps, c’est l’inconscient et ses rêves qui se mobilisent pour m’ouvrir les yeux et me réveiller en douceur.

Vous aurez remarqué, que pour faire parler ces voix, j’utilise la métaphore de la communication téléphonique. Tout simplement parce que mon cerveau et ces voix sont à la pointe de la technologie. Eh oui ! mes voix utilisent le SMS, les messages vocaux pour communiquer entre eux. Ce sont les bruitages que l’on entend : les vibreurs, les tonalités. Et puisque j’ai inventé la notion de «forfait sommeil» il est normal d’utiliser ce sens figuré. On note aussi qu’il communique avec un langage familier. Enfin dans le montage son, on entend, tout au long de la piste, un homme respirer pendant son sommeil alors que son subconscient discute et envoie des messages comme s’il n’était pas là. De toute façon, lui était bien occupé à penser à autre chose…

Le syndicat a pris des couleurs

(cc) Najib Mabchour (20/10/2013)
Le syndicat a pris des couleurs.(cc) (20/10/2013)

Dès les premières lueurs du jour, nous les croisons : le bleu, le rouge et le vert. Ces couleurs nous sont familières, mais leur visage ne l’est pas. Pourtant, ils déambulent aux quatre coins de la ville du lundi au vendredi. Leur mission nous transmettre les nouvelles informations. Parfois, nous leur accordons un regard, un bonjour ou même un début de conversation. Puis très souvent, nous sommes pris par la frénésie et le stress des transports en commun. À cette heure-là, notre seul objectif, c’est de ne pas arriver en retard. C’est dans ces moments là que nous ne leur accordons plus d’attention ; les regards s’évitent et les sourires disparaissent. Ce qui compte, c’est de leur extirper le journal des mains et de continuer notre rythme effréné. Est-ce peut-être que nous nous sommes levés du mauvais pied ? Ou peut-être que pour nous, ils font simplement partie du décor, telle une pièce de théâtre qui se jouerait chaque matin.

Distributeur de presse gratuite, tel est leur nom. Par cette photo, je désire leur rendre un certain hommage non pas qu’ils soient persécutés, mais parce qu’il y a deux ans, j’ai occupé ce poste. Si j’ai choisi cette photo, ce moment précis, je le connais bien. Une fois la distribution passée, la pression redescend. On en profite pour se retrouver. Peu importe notre couleur, nous partageons nos impressions, des moments d’humanité que nous n’avons pas pu trouver. On se réunit comme des syndicalistes pour discuter de nos conditions de travail, en se disant déjà que tout recommencera demain.

Rencontre en marche

contenu indisponible

La rue, lieu de rencontre où les regards se croisent. C’est avec cette phrase en tête que j’ai cherché un endroit où réaliser ma photographie. J’ai voulu travailler autour d’un arrêt de tram car l’idée d’un lieu de passage où chacun regarde dans une direction différente me plaisait. Certaines personnes regardent le tram arriver, d’autres les écrans d’affichage, d’autres leurs voisins. Les lignes du tram me permettaient également de jouer sur les perspectives et ainsi créer un effet sur la photo. Après plusieurs tentatives, je me suis intéressé à une autre scène juste derrière le quai. Une photo prise sur le vif, la seule différente de la série, qui sera finalement la bonne.

Le cadrage de la photo crée un espace vide sur la droite vers lequel le regard du premier personnage est porté, comme s’il attendait quelqu’un, une rencontre. Les deux personnages sur la gauche se faisant face discutent, et se sont peut-être donnés rendez-vous là. On peut imaginer que l’étudiant à droite sera dans une interaction du même type d’ici peu. Il y a donc comme une symétrie en devenir avec le duo en discussion. En étant attentif, on distingue aussi une quatrième personne, cachée par ces deux interlocuteurs. Ici aussi on observe une symétrie, cette fois effective, entre les deux personnages solitaires. Enfin les lignes de fuite formées par les rambardes, les escaliers et les bordures des fenêtres, convergent vers un même point, une porte. Cette porte apparaît pour moi comme une entrée possible dans le cadre pour d’autres personnages, permettant ainsi d’autres possibilités de rencontres…

Sylvestre

C’est écrit sur un mur

C'est écrit sur un mur. (cc) Najib Mabchour (06/10/2013)
C’est écrit sur un mur. (cc) (06/10/2013)

Aujourd’hui, on me donne l’occasion de mettre sous les projecteurs mon cher prénom. Au commencement, ma naissance, mon moment de gloire, dont je n’en garde aucun souvenir, mais tout commence par là. Ce jour-là, on nous donne une identité : pour moi ce sera Najib. Mon prénom est d’origine arabe, il signifie descendre d’une noble famille. Pourtant, je ne suis pas le fils d’un roi, mais mon prénom me donne l’impression d’être unique en ce monde. Je souhaite illustrer ici : Najib l’artistique, Najib le rêveur, Najib le passionné : bienvenue sur mon mur, mon prénom marqué à tout jamais dans la jungle urbaine.

Ce qui saute aux yeux, c’est ce mélange de couleurs, il permet de souligner la créativité de ce prénom et la mise en valeur d’une personnalité unique. Car la disposition de forme et de ligne ne peut être reproduite. De plus l’art du graffiti est représenté par la jungle urbaine à laquelle nous sommes tous confrontés dès notre naissance, cela permet d’accentuer l’imagination et la complexité de ce petit nom. Par ailleurs,  plusieurs objets : un phare, un aigle, un voilier, viennent accentuer les traits de ce petit nom. Ils sont répartis en trois points et forment un triangle. Ils permettent d’illustrer la métaphore de la liberté, de nos mouvements et de nos choix, malgré que notre prénom soit imposé à la naissance. Enfin les lettres qui le composent, sont disposées au centre, de couleur marron d’or. Leurs matières représentent l’étymologie de mon prénom.

 

Sylvain : l’homme de la forêt

Sylvain : l’homme de la forêt. (cc) Sylvestre (06/10/2013)
contenu indisponible

Derrière chaque prénom se cache une signification, une histoire. Sylvain est un prénom dérivé d’un prénom latin, Silvanus. Il tire son origine du mot « silva » qui en latin signifie « forêt ». Par extension Sylvain est donc l’homme de la forêt. Représenter la forêt dans ce collage permet d’une part de faire écho à l’étymologie du prénom, mais aussi d’y créer un univers me correspondant, en mettant en scène différents éléments pour exprimer une part de ma personnalité.

Recréer une forêt dense est pour moi le moyen de représenter la richesse de chacun, l’ensemble des éléments qui le construit. Le prénom est placé sur un fond uni, qui représente l’espace personnel nécessaire pour se sentir bien. Les arbres sont malgré tout là et entourent cet espace car ils sont nécessaires au bien être. On peut y voir une métaphore des proches, qui restent indispensables à l’épanouissement. Tout comme la forêt, la nuit a sa part de mystère, la lune placée en fond est là pour montrer sa face visible, mais elle a également une face discrète que seuls certains arbres peuvent toucher…

Sylvestre