Tous les articles par Sylvestre

« Satisfaction garantie » – séquence 12 : Changement d’apparence

Vignette numéro 1 : « Durant les jours qui suivirent… Il tournait les feuilles de chaque page devant ses yeux solennels et lisait à mesure ; il semblait incapable d’oublier ». Dans cette vignette, j’ai choisi d’illustrer Tony à la bibliothèque municipale. Il tient un livre, tandis qu’à l’arrière plan, un choix vertigineux de livres et de connaissances s’offrent à lui.

Vignette numéro 2 : « Avant la fin de la semaine, il lui avait demandé avec insistance de couper ses cheveux… Elle avait palpité pendant une heure durant d’une terreur nerveuse sous les effleurements délicats de ses doigts inhumains, puis elle s’était regardée dans le miroir ». Ici, Claire est devant son miroir, elle se prépare et attend Tony. Quant à lui, il tient un ciseau dans ses mains et s’approche d’elle.

Vignette numéro 3 : « On peut faire bien davantage, avait dit Tony, et surtout en ce qui concerne les vêtements… Et quelque chose lui disait que ce n’était pas seulement la surprise qu’elle escomptait. Ce serait comme une sorte de revanche ». Enfin, Claire se regarde dans le miroir avec sa nouvelle apparence. Tony, derrière elle, apprécie le résultat de son travail.

Story-board (cc) Najib Mabchour (08/02/2014)
Story-board (cc) Najib Mabchour (08/02/2014)

Tout d’abord, pour cet exercice sur le story-board, j’ai choisi d’illustrer ce passage de la nouvelle, car c’est celui qui me paraissait le plus visuel : un personnage dans une bibliothèque lisant un livre, un changement d’apparence, un miroir. J’ai commencé par étudier des exemples de story-board, afin de trouver un axe de travail. Ensuite, je me suis lancé et j’ai choisi de travailler mes vignettes avec un visuel simple et clair. J’ai commencé par dessiner les grandes lignes et les perspectives. J’ai travaillé au crayon à papier et au stylo à bille noir. Dans le rendu final, on peut remarquer que le crayon à papier est encore présent. J’avais effectué mes premiers croquis avec ce médium afin de pouvoir corriger les éventuelles erreurs ou modifier les vignettes a posteriori.

Têtu, t’es-tu vu ?

Têtu, t’es-tu vu ? (cc) Sylvestre (25/01/2014)

Il y a des moments où, réalisant qu’on fait fausse route, notre esprit s’élève et dresse le bilan de la situation. On s’observe, on pose un regard extérieur sur soi-même. Les faits sont là, l’isolement se fait sentir. Avec les nouvelles technologies nous nous enfermons dans notre bulle, bercé par une illusion de vie sociale permanente et sans coupure, mais virtuelle.

Pour mettre en scène cette histoire, j’ai décidé d’adopter deux positions différentes en une prise de vue unique avec un temps de pose de 30 secondes, afin de créer cette dualité. Avec ce temps de pose j’ai choisi une faible ouverture (f/13) afin de ne pas surexposer l’image. J’ai choisi de plonger la scène dans le noir et de l’éclairer à l’aide d’une simple lampe de bureau, surmontée d’un sac plastique rouge afin de créer une ambiance particulière et d’atténuer la puissance de la lampe. J’ai également placé un objet devant la lampe de manière à créer une ombre au niveau du mur en pierre, car étant clair il aurait été trop présent à l’image face au lit sombre.

Le cadrage de la photographie a permis un découpage en tiers. Horizontalement, la photo est « découpée » par le haut de la barrière et la jambe gauche du personnage allongé. Verticalement on a dans le premier tiers gauche le corps, puis au centre la tête du personnage allongé et enfin le personnage debout dans le tiers droit. Le lit étant sombre, le personnage allongé a uniquement la tête en légère transparence, contrairement à son corps. Cela confirme l’état du personnage : un corps présent mais un esprit ailleurs. Aussi, les barreaux au centre de l’image renforcent l’enfermement de celui-ci. Enfin, le livre sous le lit est excentré, contrairement au smartphone qui est au centre. Le livre est comme un passé qui tend à être oublié, au profit de la technologie.

Sylvestre

« Seul au milieu de Monopolis »

(cc) Najib Mabchour (02/02/2014)

Que restera-t-il des années 2000 ? Un monde déconnecté de la réalité, mais qui nous y relie tous devant nos écrans. Ils nous construisent à une représentation virtuelle du monde : les réseaux sociaux. Aujourd’hui, nos vies et notre quotidien sont rythmés par ces toiles de partages, et de rencontres. Les plateformes numériques ont promis, à la fois de tous nous connecter à chacun et de nous relier au monde. Cependant on constate qu’en réalité, ils nous plongent dans la solitude et nous isole du monde dans lequel nous vivions. La réalité des rencontres, des voyages et des peuples se trouve maintenant à l’extérieur de la sphère construite à travers d’Internet. C’est ce paradoxe que j’ai voulu symboliser celui là-même qui créé la distinction entre la réalité et le monde virtuel.

La photo a été prise à l’intérieur de ma chambre. J’ai placé une carte du monde à l’extérieur de ma fenêtre. Aussi j’ai placé mon ordinateur allumé sur la page Facebook. La carte du monde empêche la lumière naturelle d’entrée dans la pièce et les rideaux sur le côté obstruent également le peu de lumière entrant dans la pièce. Afin de pallier au manque de lumière, j’ai réglé la sensibilité du capteur à 400 ISO et ouvert le diaphragme à 8, ce qui induit une perte de netteté au niveau de l’ordinateur. Aussi j’ai dû saisir l’image avec une vitesse d’obturation rapide.

J’ai choisi de symboliser ce contraste entre un monde relié par internet, mais, qui nous coupe peu à peu du monde réel. Cette photo permet de montrer qu’à l’extérieur, il existe des richesses à coté desquelles on pourrait passer en tombant dans le tout numérique. Mais, il est sûr que cette carte présente une perception du monde que l’on nous impose, et contraste avec les intentions première de la photo. Finalement, on pourrait penser qu’elle accentue la virtualité et l’enfermement. Enfin, le titre de ce billet fait référence au titre musical de Michel Berger Monopolis, une chanson de 1978 anticipant la façon de vivre des années 2000. Les paroles font référence à un monde interconnecté, dans lequel les personnes sont finalement seules.

The class must go on !

Nathalie Roffet, institutrice dans une école maternelle de Besançon, a fait preuve d’un incroyable courage. Elle et ses élèves ont été pris en otage. Un jeune homme armé entre dans sa classe. Pendant quatre heures, les enfants âgés de trois à quatre ans, ainsi que leur institutrice ont vu leur vie bouleversée. En tombant sur cette actualité, je me suis demandé ce qui a bien pu se passer pendant toutes ces heures dans cette salle de classe. L’institutrice a convaincu le ravisseur. Elle doit faire classe aux enfants pour les occuper et qu’ils ne soient pas traumatisés par cette situation.

Dans le montage son, c’est l’histoire de cette prise d’otage. Tout commence le matin : les parents emmènent leurs enfants à l’école. Le compte à rebours est lancé. À partir de là, personne ne se doute une seconde de l’issue que va prendre cette journée. Les enfants sont en classe. Le ravisseur entre. La prise d’otages débute. La maîtresse occupe les petits. Pour les rassurer, elle lance une discussion autour de la famille. Pour créer cette atmosphère, j’ai commencé par ajouter des sons du quotidien. Puis ensuite, j’ai ajouté des ambiances de classe d’école. Un compte à rebours qui annonce l’événement sert de ponctuation. Aussi pour illustrer cet événement, j’ai décidé d’ajouter des archives sonores de la prise d’otages : un extrait d’un journal télévisé et l’interview de Nathalie Roffet.

On s’écoute

Les enfants ont ce regard particulier sur le monde. Ce regard neuf, dénué de stéréotypes ou d’idées préconçues, ils ne demandent qu’à le partager. En s’exprimant sur un thème comme l’amour, ils cherchent dans leur entourage des points de repères, des exemples, de ce qui leur apparaît comme des actes d’amour. Les avis sont divers, en les écoutant nous pouvons nous rendre compte d’une chose : l’amour ne suit finalement pas un modèle commun. Cet avis, c’est le leur, personne n’est derrière eux pour leur souffler une éventuelle bonne réponse. Leur innocence leur permet de parler de tout, sans tabous, ils n’ont rien à perdre car ce ne sont finalement « que » des enfants.

Pour réaliser ce montage sonore j’ai tout d’abord écouté l’ensemble des rushs afin de sélectionner les répliques et sons qui m’intéressaient, qui m’interpellaient. À la suite de ce travail, il me restait trois bonnes minutes de son. J’ai alors continué à faire une sélection en articulant l’ensemble afin de créer une histoire, un ligne. J’ai décidé d’utiliser une mélodie choisie sur une plate-forme de musique libre afin que les enfants s’expriment dans une unité commune, dans un certain rythme, car j’ai essayé de faire en sorte qu’un enfant s’exprime à chaque boucle de la musique. Les rires en conclusion permettent d’appuyer le fait que les enfants ne se prennent pas au sérieux. L’ajout de la voix de la maîtresse en début et fin permet de rappeler que bien qu’ils débordent d’idées, les enfants ont besoin d’être canalisés.