Tous les articles par Sylvestre

Désordre ordonné

Désordre ordonné. (cc) Sylvestre (13/03/2014)

On observant les collages de différents artistes, mon regard s’est arrêté sur les travaux de Jordan Clark. Sa façon de déconstruire des visages en les découpant par des formes géométriques m’a attiré, comme si les visages devenaient neutralisés, sans identité. Le portrait devient un puzzle que l’on doit tenter de recomposer pour mieux identifier la personne. En découpant un visage de la sorte on a l’impression de mettre le visage au rang de produit banal, malléable, de le rompre en cherchant à le faire entrer dans des cases. C’est avec cette approche que j’ai voulu créer un collage avec mon portrait, pour « briser » mon apparence.

Pour réaliser ce collage numérique j’ai choisi d’utiliser Photoshop. Avec des repères j’ai délimité la zone que je voulais découper. À l’aide de grilles j’ai utilisé l’outil plume pour sélectionner et copier les formes géométriques pour les coller sur de nouveaux calques. J’ai ensuite pu déplacer les formes à des endroits différents pour déconstruire le visage. J’ai cherché à garder l’alignement des formes afin que l’ensemble forme un carré, pour que ce visage en désordre soit tout de même « organisé ».

Sylvestre

Esprit tribal

Au bout du monde dans une région désertique de l’Australie vivait une tribu, les Aborigènes qui habitaient en osmose avec la nature. Je décide de voyager et d’explorer cette part sauvage et primitive enfouie en chacun de nous ; c’est l’histoire de ce portrait. Je m’aventure en terre inconnue, me voici en immersion chez les Aborigènes. Un peuple mystique qui partage ses croyances entre la nature, la terre sauvage et l’art primitif. Pour garder en mémoire, cette expérience envoûtante, je puise dans cette culture tribale et me représente tel un totem. Le portrait est entre deux univers : la terre et la nature. Je me définis tel un membre faisant partie d’une tribu Aborigène en réalisant un portrait totémique. Mais malgré cette expérience, mon vrai visage et celui d’un homme citadin, même dans une jungle sauvage, l’urbain refait surface…

Mon visage, grimé de peinture accentue l’idée d’une représentation primitive et sauvage. De plus, dans ce portrait, on distingue sur la gauche du collage des paysages qui représentent l’Australie dans son aspect désertique : fait de terres brûlées, de sables et de roches. Puis une seconde partie à droite représente la nature verte et sauvage. Cette nature est symbolisée par un art graphique : les graffitis. En effet, ces graffitis sont là, tout abord pour rappeler mon côté citadin, mais ils sont parfaitement intégrés dans la nature sauvage. De plus, cela permet de faire un « clin d’œil » à mon premier collage lui aussi fait de graffitis. Ainsi, d’une certaine manière utilisée les graffitis pour ces deux collages marque un peu plus mon style. J’ajoute que cet art aide tout simplement à donner un sens et de lier ces deux billets : le « prénom » et le « portrait ».

 

Organisme Photographiquement Modifié

Mon expérience des photographies intégrées dans mon corps, cela nous donne ma nouvelle identité visuelle : un organisme photographiquement modifié. Dans cet organisme transformé, nous retrouvons l’intégration de cellules photographiques qui permettent un bon fonctionnement de ce nouveau corps. Notamment grâce à l’intégration d’un ADN photo-génétique qui contient des informations, des émotions et des expériences photographiques à jamais intégré dans cet organisme, une mutation visuelle qui a pour fonction principale de stocker l’information photographique dans un corps humain. Il contient trois nouveaux gènes visuels dont un est appelé « Le syndicat a pris des couleurs », l’autre « Ganesh : instant immortalisé » puis le dernier « Seul au milieu de Monopolis ».  Ce mélange nous donne un organisme photo-transgénique.

Cette photographie est ma définition personnelle de l’expérience visuelle. Elle représente toute une expérience personnelle de mon rapport à l’image et à la photographie. Dans ce corps sont représentées les trois anciennes photographies de mes précédents billets. J’ai voulu les incarner dans mon corps, car finalement, chaque photo est une part de nous, de nos pensées et de nos sentiments. C’est cette expérience qui me mène à modifier mon organisme tout entier pour ne faire plus qu’un avec la photographie.

Second Road

contenu indisponible

Pour réaliser cette vidéo «expérimentale», j’ai voulu filmer le point de vue d’un conducteur. Pour ce faire, j’ai utilisé un iPhone fixé au pare-brise grâce à un support à ventouse. Ce support étant bas de gamme, de fortes vibrations sont apparues. Face à mon envie de dégrader la vidéo par la suite, je me suis servi de ce « problème ». J’ai filmé à deux moments différents, de nuit et de jour, sans vraiment savoir ce que j’allais monter. J’ai ensuite utilisé une application de l’iPhone pour détériorer l’image et donner l’impression d’une vidéo 8mm. J’ai importé les rushs et fait le montage sur Adobe Première Pro. Tout en alternant des plans de jour et de nuit, j’ai cherché à créer une continuité en faisant des raccords gardant la trajectoire de la route ou en faisant coïncider avec un croisement de voiture.

En observant le résultat, cela m’a fait pensé à un parallèle entre une routine (le jour) et une envie d’ailleurs (la nuit). N’ayant pas fait attention au son à l’enregistrement, voulant surtout travailler l’image et ajouter une musique par la suite, j’ai écouté le résultat après avoir fait mon montage par rapport à l’image. Il s’avère que le hasard des sons présents à l’enregistrement apportent à cette idée de dualité entre le jour et la nuit, les musiques de nuit évoquant pour moi plus une idée d’aventure et de « road trip ». Les raccords cut à l’image étant suivis par des coupures sonores nettes, cela me donne l’impression d’une réalité opposée à une envie.

Sylvestre

“Satisfaction garantie” – séquence 14b

Elle saisit le récepteur, dit délicatement : «Oui?»
Une courte pause, un autre « oui», ensuite une pause beaucoup plus longue, un commencement d’objection qui s’éteignit promptement, une nouvelle pause, puis un «oui» très humble, et le récepteur reprit sa place sur son berceau. 

– Si Madame veut bien me suivre, dit-il d’un air offensé et distant, je m’efforcerai de lui fournir ce qu’elle demande.
– Une seconde. (Claire se précipita de nouveau au téléphone, forma un numéro sur le cadran)
Allô, Tony, je ne sais pas ce que vous avez dit, mais vous avez obtenu des résultats, Merci. Vous êtes un…(Elle chercha le mot approprié, ne le trouva pas et termina par un petit cri de souris) … un… un chou!
Lorsqu’elle reposa le récepteur, elle se trouva nez à nez avec Gladys Claffern. Une Gladys Claffern légèrement amusée et, il faut le dire, quelque peu suffoquée, qui la regardait, le visage légèrement tiré sur le côté.
– Madame Belmont?
Aussitôt Claire eut l’impression qu’elle se vidait de son sang. Elle ne put que hocher stupidement la tête, comme une marionnette.
Gladys sourit avec une insolence indéfinissable :
– Tiens, je ne savais pas que vous vous fournissez ici?
On eût dit que, de ce fait, le magasin s’était définitivement déshonore.
– Je n’y viens pas très souvent, dit Claire avec humilité.
– On dirait que vous avez quelque peu modifié votre coiffure?… Elle a quelque chose de bizarre… J’espère que vous excuserez mon indiscrétion, mais j’avais l’impression que le prénom de votre mari était Lawrence? Non, je ne me trompe pas, c’est bien Lawrence.
Claire serra les dents, mais il lui fallait donner des explications. Elle ne pouvait s’en dispenser :
– Tony est un ami de mon mari. Il a bien voulu me conseiller dans le choix de quelques articles.
– Je comprends. Et je donnerais ma main à couper que c’est un chou.
Sur ce trait elle quitta le magasin, entraînant dans son sillage la lumière et la chaleur du monde.

"Satisfaction garantie" - séquence 14b (cc) Sylvain Rio (12/02/2014)
“Satisfaction garantie” – séquence 14b (cc) Sylvestre (12/02/2014)

Pour adapter la nouvelle Satisfaction garantie d’Isaac Asimov en film, passons par le story-board. Publiée en 1951, la vision du futur que l’on trouve dans le texte n’est plus la même aujourd’hui, des modifications ont donc été inévitables. Dans cet extrait, Claire fait face à sa rivale, Gladys. J’ai donc voulu insister sur cette volonté de Gladys de vouloir prendre le dessus, d’être la meilleure. Ce travail s’est fait en lien avec la scène d’entrée dans le magasin afin que l’ensemble reste cohérent.

Ayant lu ces derniers jours un article sur les « écrans du futur », j’ai décidé de m’en inspirer en créant un smartphone incurvé. Les vêtements des personnages sont eux inspirés d’uniformes. Pour souligner le rapport entre les différents personnages, j’ai utilisé différentes échelles de plans. Gladys est filmée de façon à la rendre physiquement imposante (elle est au 1er plan et Claire, au second, se trouve filmée en plongée), ainsi Claire semble avoir un espace « parasité » par Gladys. Les mouvements, représentés par les flèches par exemple, sont là pour rendre la séquence dynamique malgré le faible nombre de plans. Par ces indications de jeu, le tableau et les annotations techniques à droite, j’ai fait en sorte que ce story-board soit un vrai document de travail.

Sylvestre