Tous les articles par Soline T.

Un brin de féminité

Un brin de féminité (cc) Soline Testard (08/12/2013)

(cc) Soline Testard (08/12/2013)

 

 

En prenant mon appareil ce jour-ci, j’ai rencontré un sentiment que j’affronte rarement pour prendre une photo : la frustration. J’ai donc essayé, posé, retravaillé sans jamais être vraiment satisfaite du résultat. J’en suis donc arrivée à cet accord : je me livre sans  me livrer à travers cette pose qui exclu mon visage. Ainsi, je conserve une part de mystère, refusant que l’on m’identifie totalement. Pourtant, un élément s’impose prenant près d’un quart de la photo : une main. Cette dernière s’entortillant autour d’une mèche de cheveux, renseignant ainsi sur mon caractère joueur. Seule une couleur se détache du cliché : le rouge de ma chevelure qui est à l’image d’une identité dynamique et aimante. Oui, j’aime la vie, les gens que je rencontre et même ceux que je ne connais pas encore. A travers cette pose audacieuse mais pourtant naturelle, je dévoile alors mon corps sans le montrer complètement, renforçant mon caractère joueur, laissant deviner le reste de la photo à ceux qui la visualisent.

Epurée, cette photo contient des contrastes à l’image de mon identité. La profondeur de champ rempli un rôle très important car elle permet d’établir la mise au point seulement sur mes cheveux et ma main. Ce qui permet de les mettre en valeur. Le cadre est volontairement tronqué afin de masquer la majorité du visage. La distance minimale à respecter avec mon appareil étant de 45cm, il m’était impossible de réaliser cette photo sans le retardateur. L’écran orientable m’a permis d’avoir une vision sur mon cadre lors de la prise. Pour cette image, j’étais donc en plein jour à une vitesse de 1/50 pour une focale de 8 avec un ISO au minimum : 100.

Soline TESTARD

Le Château de ma Gloire

Le Château de ma Gloire (cc) Soline Testard (24/11/2013)
Le Château de ma Gloire (cc) Soline Testard (24/11/2013)

A l’image d’un conte de fée, ce paysage évoque en moi des souvenirs d’enfances colorés, auxquels j’aime me raccrocher pour m’évader. J’aime que les choses soient personnalisables, qu’elles n’imposent pas leur univers, afin que chacun puisse projeter à travers elles un vécu qui lui est propre. Ainsi, on s’approprie l’œuvre. Pour certains, ce château aura des allures médiévales, tandis que d’autres auront immédiatement l’univers Walt Disney à l’esprit. Pour moi, il s’agit d’un savant mélange de ces deux interprétations, conjuguant ainsi les contes féériques de mon enfance à la culture médiévale pour laquelle je me passionne depuis de nombreuses années.

Pour réaliser ce dessin j’ai tout d’abord regardé mon image en plissant les yeux, afin de mieux détecter les parties les plus sombres, et ainsi tirer les grandes lignes directrices au crayon à papier. J’ai alors délimité approximativement les zones principales, avant de traduire l’image en formes assez grossières, mais déjà plus détaillées. Par la suite, j’ai affiné progressivement mon dessin, précisant un peu plus celui-ci à chaque coup de crayon. Enfin, j’ai ajouté la couleur avec des crayons aquarellables avant d’humidifier le dessin, transformant ainsi les traits en aplats plus homogènes et faisant apparaître les teintes finales. Une fois ceci fait, j’ai choisi de rajouter quelques coups de pastel, pour ajuster certains traits et en mettre d’autres en valeur, jusqu’à obtenir un style mariant couleurs féériques et monde médiéval. Le titre évoque quant à lui l’univers de Marcel Pagnol, célèbre écrivain et réalisateur d’origine provençale, tout comme moi. Ainsi, « La gloire de mon père » et « Le château de ma mère » se mêlent ici pour former « Le château de ma gloire », rendant ainsi hommage à mes parents qui m’ont toujours soutenue dans tous mes projets.

Soline Testard

Un matin étudié

Le matin est devenu une routine se résumant en trois mots pour les étudiants : se lever, se préparer et partir en cours. Malgré cette redondance, chaque personne a sa manière bien à elle de vivre sa matinée. J’ai décidé de présenter la mienne sous forme narrative afin de vous présenter ce passage sous deux versions différentes.

Une petite musique commence par imposer un ton joyeux sur lequel une voix nous présente le profil d’une étudiante studieuse et sérieuse. Au début, on pourrait presque y croire, s’attachant à ce que dit la voix narrative hormis ses légères hésitations qui commencent à la trahir elle-même. Mais très vite de petites réflexions contrastent avec ce que l’on entend. J’ai décidé de rajouter des bruitages pour accréditer ou contredire les propos du narrateur. Ainsi, deux histoires sont racontées : celle d’une étudiante un peu déphasée et celle de quelqu’un de responsable et énergique, jusqu’au moment de la chute qui délivre le fin mot de l’histoire. Et qu’est-ce qu’on entend au final ? Pour l’enregistrement j’ai utilisé un micro Zoom H1 tant pour le fond sonore que pour la voix off. Les musiques et autres sons instrumentaux sont trouvés sur des sites internet. Tout est soigneusement analysé pour un matin étudié !

Soline TESTARD

C’est moi le roi !

 

C’est moi le roi ! (cc) Soline Testard (18/10/2013)

« C’est moi le roi » résonne comme un ordre lancé par cet enfant au bras tendu vers moi, semblant me crier quelque chose. J’imagine alors facilement ce petit prince se baladant dans l’une de ses contrées à la recherche d’aventure, précédé de son carrosse. Je laissais trainer mon appareil au bout de mon bras lorsque je surpris le souverain s’approcher. Inutile de réfléchir, le moment est là. Ce qui m’a fait choisir cette photo ? Le fait de pouvoir imaginer une histoire.

Placé au centre de la photo puisqu’il est le centre de l’attention, ce roi nous lance un doigt accusateur et le contact est établi aussitôt. L’enfant fait alors de l’appareil photo un objet de curiosité. Ses habits attestent qu’il s’agit de quelqu’un de très actif qui n’hésite pas à se salir. D’ailleurs, la flaque de boue encore remplit de bulles témoigne de sa turbulence. Et techniquement parlant, ça donne quoi ? J’ai délibérément choisi de recadrer la photo pour effacer le visage de la mère ainsi que ceux des personnes à gauche, le regard de l’enfant suffit amplement à faire de cet instant un moment unique. Plein de vie, le décor haut en couleur reflète le monde très coloré du garçon, j’ai donc rajouté du contraste pour rehausser le quotidien du jeune homme, tel que lui l’aperçoit. De plus, la photo est prise à sa hauteur afin que nous soyons immergés par sa vision jusqu’au bout. L’enfant est bel et bien roi et dans cette photo, ce n’est pas une blague.

Soline TESTARD

 

Le rayon de Soline

Soline Testard
Un rayon de Soline. (cc) Soline Testard (06/10/2013).

« Un rayon de Soline » est un aperçu de ma vie à cet instant précis. Qui dit « Soline » dit « Soleil », on m’a attribué ce prénom en fonction de cet astre. Mes amis me définissent comme une boule d’énergie, un concentré d’activités toujours de bonne humeur, et ils me surnomment « Saw » qui, une fois traduit veut dire « voir », et peut être interprété comme « imaginer ». De nature créative et dynamique, j’allie souvent ces deux notions qui une fois réunies renvoient une image de moi ensoleillée à mon entourage.

Des sièges et des nuages ? :

Impossible de les louper, ces éléments prennent bien trop de place pour passer à côté d’eux. Les sièges symbolisent cette passion pour le cinéma qui a rythmé ma vie et qui m’a conduite aujourd’hui dans ce master. De plus, depuis ma plus tendre enfance j’ai toujours la tête dans les nuages, d’où leur présence.

Et le prénom en lui-même ? :

Combinez mon prénom avec les mythes celtes que j’affectionne et vous obtiendrez un triskell, représenté à travers ces trois étoiles qui symbolisent le levé (« O » : mon enfance représentée simplement), le zénith (« I » : mon adolescence, un peu plus structurée) et le couché du soleil (« E » : ma vie d’adulte en train de se forger), faisant ainsi référence au cycle de la vie, et plus précisément au cycle de ma vie grâce à la personnalisation des soleils. Mon prénom est donc une image évocatrice de chaleur et de gaieté qui se profile à travers mes passions effrénées, les sports que je pratique et ces voyages qui forgent mon caractère.

Soline TESTARD