Tous les articles par Soline T.

Ariptrot

Ariptrot
Ariptrot. (cc) Soline Testard (13/03/2014)

Le portrait d’une personne permet son identification. En manipulant des parties disproportionnées du visage, il est possible de créer quelque chose de nouveau, d’inattendu. La bouche posée sur l’épaule permet de déformer, de transformer le corps pour atteindre une hybridation entre la photo de base et le corps d’un autre individu. « Ariptrot », est d’ailleurs un anagramme du mot « Portrait ». A travers cette photo, on retrouve la bouche pulpeuse d’une femme mais aussi une main d’enfant, une moustache au niveau de la bouche et un œil posé sur la poitrine. Tant d’éléments qui parlent d’eux même d’une personnalité recomposée à partir des personnes croisés dans une vie.

Pour mon collage, j’ai décidé de le traiter sous Photoshop qui est un logiciel qui me permet de donner libre cours à mon imagination. Je suis donc allée cherché des images sur internet que j’ai découpé et incrusté sur mon visage. Pour cela, j’ai traité l’œil en l’incrustant et j’ai redessiné la moustache pour la rendre plus poilue que la photo de base tout en m’effaçant la bouche. J’ai également appliqué une ombre au bras d’enfant pour créer un effet de profondeur et j’ai découpé mon propre bras en recomposant le fond pour y intégrer la bouche pulpeuse. Au final, nous sommes le fruit d’une multitude d’expériences.

Soline TESTARD

L’éveil endormi

J’ai, dans un premier temps, travaillé sous Photoshop pour isoler des éléments des photographies. J’ai alors recréé de la matière pour que le fond ne soit pas une gène puis, sous After Effects j’ai animé, donné une trajectoire aux formes détourées avant d’exporter mon montage en film. Enfin, pour rajouter les effets sonores et de transitions, j’ai choisi de retoucher mon projet sous Final Cut Pro pour des raisons pratiques.

La photographie par définition est une action figée, dans ce film, ce n’est pas le cas. Les images dorment, elles respirent et se meuvent mais pourtant. L’action n’est pas portée à son terme : le petit garçon ne terminera pas son cri et la troisième photo ne quittera jamais son lit. Ainsi par ces trois photos animées, le « sommeil », le « rêve » et le « réveil » sont des mots qui viennent à l’esprit. Autant d’état qui laissent en suspend les corps, tels que présentés. Sur la première photo le son colle à la thématique mais se détache complètement de l’image pour lui donner une autre tournure à travers les divers effets appliqués. Sur la seconde, le son rythme le passage mais le montage dénature la vidéo, et enfin sur la troisième tout coïncide. Trois manières de faire, trois interprétations différentes, trois expériences à voir et à revoir.

Soline TESTARD

“Satisfaction garantie” – séquence 15

 

(cc) Soline Testard (12/02/2014)
(cc) Soline Testard (12/02/2014)
(cc) Soline Testard (26/01/2014)
(cc) Soline Testard (26/01/2014)

 Tony et Claire sont des personnages que j’avais hâte de voir naître sous mes doigts. En tant que grande amatrice de manga – j’en regarde régulièrement – ce style était pour moi inévitable. Même après avoir fui pendant des années le dessin, je ne pouvais me résoudre à rendre un travail que je jugerais mal fait. J’ai donc repris avec difficulté mon crayon pour dessiner, gommer, retracer, encore et encore, des traits qui devenaient progressivement des formes, puis enfin des personnages. Dire que je suis parvenue à ce résultat facilement serait un mensonge, j’ai dû passer au moins deux bonnes heures par case – incluant le travail sous Photoshop – une fois le physique des personnages trouvé.

J’ai tout d’abord créé un story-board grossier, à l’aide de “stickman”, pour m’imaginer les scènes et délimiter les actions. A la suite de quelques essais, j’ai approfondi Claire en lui choisissant une coupe de cheveux travaillée et recoupée – puisqu’elle revenait de chez le coiffeur – puis j’ai retenté l’expérience jusqu’à ce que le physique me convienne. Une fois ceci fait, j’ai renouvelé ce même processus pour Tony. Par la suite, j’ai apporté un maximum d’ombres sur mes dessins pour faciliter la colorisation sous Photoshop. J’ai alors photographié et repositionné mon travail sur ordinateur pour que ce dernier soit plus propre. Pour terminer j’ai colorisé ma “BD-story-board”, en épurant le fond, pour qu’il soit le plus neutre possible. J’ai passé au total environ deux jours sur ce travail, cherchant constamment à améliorer le moindre détail pour ma… satisfaction personnelle.

Soline TESTARD

Que la lumière soit !

(cc) Soline Testard (26/01/2014)
(cc) Soline Testard (26/01/2014)

Lorsque j’ai entendu la phrase de Méliès, le light painting s’est avéré aussitôt être une évidence. C’était là l’occasion d’utiliser cette technique que je rêvais d’appliquer sans jamais prendre le temps de tester mes idées. Reproduire sur une image fixe la décomposition d’un mouvement offrant ainsi une toute autre vision de la réalité… de la vraie magie !

Pour réaliser cette photo j’ai attendu la nuit pour être dans l’obscurité, puis j’ai éteint toutes les lumières à l’exception de mes rideaux de leds que j’ai mis en boule pour créer cet effet de faisceaux lumineux. Très vite je me suis rendue compte que mes photos étaient floues, alors j’ai rajouté une lumière de fond et j’ai dirigé une lampe en direction de mon visage et une autre sur mon bras pour que ces zones soient nettes. Ma focale était courte, mon diaphragme fermée, la sensibilité à 100 iso et ma vitesse d’obturation à 20 secondes. Pour m’aider, un ami tenait le câble d’alimentation du rideau de leds au dessus de moi et le faisait tournoyer pour créer ce tourbillon lumineux.

L’objectif premier de cette photographie était de créer une forme floue et ronde avec les leds mais j’ai décidé de garder celle-ci car je trouve cet effet bien plus intéressant. Partant de mes mains pour mourir dans l’air, on dirait une petite tornade qui prend de l’ampleur, et on l’imagine continuer de grossir pour imposer de son éclatante beauté. Aussi, le fait d’avoir orienté la lumière de manière précise offre un résultat étonnant mettant en avant les zones éclairées, permettant de ne pas être totalement éclipsée par ma création illuminée.

Soline TESTARD

Amour et plus si affinité

 

A travers leur vision de l’amour, les enfants nous racontent le cycle de la vie en abordant la question des sentiments, de la rencontre, de la séparation, du mariage et de la naissance. Autant de thèmes brassés avec légèreté par une classe de Cours Préparatoires. Dès que j’ai appris la nature de ce travail, et en écoutant les paroles des enfants, cette mélodie aux rythmes et sonorités légères et amusantes s’est imposée à mes pensées. Je n’ai donc eu à réfléchir très longuement sur mon choix musical. Concernant les voix, j’ai choisi de sélectionner un thème et plus précisément, de me concentrer sur les CP. J’ai donc voulu retransmettre cette joie et cette bonne humeur qui se dégagent de ces enfants lorsqu’ils évoquent les aléas de l’amour.

Après avoir écouté plusieurs fois tous les rushs, j’ai trouvé plus touchants ces petits êtres qui s’exprimaient librement faisant preuve de réactions agréablement surprenantes. Pour aérer leur discours, j’ai donc laissé librement place à la musique à quatre reprises afin de garder une note légère du début à la fin. J’ai réalisé ce montage sonore grâce à Final Cut Pro X et pour terminer, j’ai mixé mon travail avec une valeur comprise entre -12 et -6 décibels pour les enfants et entre -30 et -20 décibels pour la musique. Ainsi, l’amour s’exprime librement et clairement.

Soline TESTARD.