Tous les articles par sarahvasseur

Quête du silence, suite !

Ces sons ont tous au moins un un point commun. D’abord, ils ont tous été enregistrés pendant le même week-end. Mais aussi, j’ai choisi ces sons parce qu’ils représentent un moment particulier, spécifique, bien précis, durant lequel j’enregistrais sans forcément savoir tout ce qui allait en ressortir, et qu’ils font en même temps référence à toute une partie de ma vie. Je voulais raconter une histoire avec ces sons à la fois familier et hors du commun. D”autres sons, inattendus, se sont greffés, et m’ont permis de raconter encore autre chose. C’est la rencontre de deux philosophies de vie, deux façon de vivre en communauté qui se rencontrent, se mélangent, et finalement se rejoignent. C’est l”histoire du silence, qui, toujours recherché, est toujours rattrapé par notre chaos intérieur. C’est l’histoire du silence qui ne se trouve toujours que à l’intérieur. Au départ, on le cherche extérieurement, et puis, finalement, quel que soit ce qu’il se passe autour, tout se tait…

J’avais une idée de départ. Mais n’étant pas facile à mettre en œuvre, j’ai simplement posé mon appareil, et j’ai enregistré ce qu’il se passait (beaucoup de choses en même temps, en l’occurrence). Finalement, je me suis retrouvée avec un enregistrement qui durait plus de 1h. Et un autre de 30 minutes. Il m’a fallu beaucoup de temps et de sueur pour trier, sélectionner, couper et créer l’histoire que je voulais raconter. D’autant que je ne le savais pas vraiment moi-même. J’avais une trame de départ qui s’est beaucoup modifiée à l’écoute de l’assemblage des sons. Je les ai finalement  assemblés “à l’oreille”, si je puis dire. J’ai utilisé le bruit des cloches pour évoquer le passage d’un état à l’autre.

Sarah Vasseur.

Courage… fuyons !

Photo Sergio

La réalisation de ce son s’est imposée à moi parce que la photo représente une rue où la circulation est peu dense, chose qui est recherchée par le personnage de mon histoire. Elle est au cœur de la ville, mais cherche avec ferveur une rue de ce genre, où aucune voiture ne passerait, et où l’on entendrait au loin des bruits de gens, d’enfants, et puis, surtout, le silence. C’est une rue où l’on pourrait aisément courir, et le journal m’inspire la recherche d’une certaine forme d’intimité, de tranquillité.

En marchant dans la rue, en courant, en froissant des feuilles, en m’attardant à des bruits de rue plus improbables les uns que les autres. Des bruits à la fois électriques, contemporains, mais aussi naturels. J’ai d’abord enregistré les sons, et ce sont eux qui m’ont révélé l’histoire à raconter. J’ai d’abord enregistré un peu au hasard, chaque fois que j’y pensais, et puis s’est dessiné quelque chose, chuchoté par tous ces sons.

Sarah Vasseur

Entre mer et terre

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)

J’ai passé mon premier niveau de plongée sous-marine suite à une immersion en compagnie de raies manta, puis d’autres animaux marins. J’en conserve un souvenir impérissable et, depuis, ma fascination pour cet univers ne cesse de croître. C’est pourquoi, si je dois imaginer un lieu qui m’inspire, c’est bien un lieu où l’on respire en étant au cœur de la mer, étendue d’eau qui semble contenir toute la voie lactée. Je suis ce petit personnage, en bas à droite, au bord de la falaise, au dessous du vide, qui s’émerveille de ce spectacle. Les algues vertes, lumineuses, m’inspirent les espaces verts de la terre ferme, une source d’inspiration puissante dans mon quotidien. Ces plantes aquatiques se mêlent ici aux coraux, ramenant ainsi notre imaginaire vers le monde marin. En somme, ce paysage est intimement lié à la nature et me transporte loin de ma vie citadine.

Comme la majorité d’entre nous, certainement, je n’avais que peu de matériel pour réaliser ce dessin. En effet, je ne dessine que très rarement. J’ai tout de même retrouvé quelques vieux pinceaux et tubes de couleurs acrylique. Je me suis servie exclusivement d’un pinceau à aquarelle. Un seul pour tout, grosses surfaces et petits détails, cela me semblait plus facile. Je crois que j’ai une certaine fascination pour les lignes de fuite (cela se voit dans mon dernier billet). Ici, alliées aux rondeurs et aux courbes des plantes, elles m’aident à rendre la profondeur que je recherche.

Sarah Vasseur

Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)
(cc) Sarah Vasseur (10/11/2013)

L’homme est un captivore

(cc) Sarah Vasseur (19/10/2013)
(cc) Sarah Vasseur (19/10/2013)

J’ai longtemps hésité avant de choisir cette photo, et encore maintenant, je crains qu’elle ne corresponde pas à ce qui était demandé. Mais finalement j’ai choisi celle-ci car c’est celle qui m’a le plus amusée quant à la circonstance de prise de vue. J’ai presque envie de reprendre les mots de Edouard Boubat lorsqu’il évoquait un couple sur une photo : “Mais je vous assure, je n’ai pas demandé à ce [type] de se mettre là !”, ou quelque chose comme ça… La photo est certes assez médiocre, mais elle n’en reste pas moins surprenante, chose à laquelle j’ai finalement donné la priorité.

Prendre des photos, on y prend vite goût. Au départ, je ne photographiais que des gens. De loin, de près, de très près, en couleurs, en noir et blanc,  avec différents effets… Et puis, au fur et à mesure je me suis mise à m’émerveiller de chaque chose que je voyais, et à prendre tout et n’importe quoi en photo ! Je photographiais justement quelque chose qui n’avait à priori aucun rapport avec notre projet, et voilà qu’au bout du “tunnel”, un mec se pointe, et qui plus est, d’aussi loin que nous puissions le voir, il semble taper la pose ! Tout converge vers lui, pourtant si petit, mais qui adopte l’attitude d’une star comme semblent l’indiquer les lignes de fuites : regardez vers là-bas, au fond ! A croire que l’objectif était capté par lui…

Sarah Vasseur.

Eclatement parlant

(cc) Sarah Vasseur (06/10/2013)
Eclatement parlant. (cc) Sarah Vasseur (06/10/2013)

Faire un collage. Soit. L’idée me plaît. Mais voilà, il y a un thème imposé : moi et mon prénom. Parler de mon prénom. Mon prénom Sarah, d’où vient-il ? En hébreu il signifie “princesse”, mais il s’agissait aussi de la femme d’Abraham… Mais il s’agit aussi de moi. Soit. Et moi, qu’est-ce-que j’aime par exemple ? Oui… Je sais ! Écrire ! Voilà, ce que j’ai envie de faire : associer un texte aux images. Je prends simplement les premières lettres de mon prénom, et je commence une phrase avec chaque lettre. C’est spontané, très rapide, cela me prend le temps de l’écriture, comme si on me dictait quelque chose. Je ne peux pas expliquer cela rationnellement, mais pour moi cela possède un sens. Reste toujours le problème des images. Je me souviens avoir fait il y a quelques années une pochette où j’avais découpé toutes sortes d’images que j’aimais dans des magazines… Je me laisse porter par elles, je les assemble, je les découpe instinctivement… Je suis une envie spontanée et il m’est difficile de justifier tout cela.

Les sonorités de mon prénom m’évoquent une vague suave de sensualité, et même de sexualité profonde, sensualité que j’ai représenté par le sens du goût, mais aussi de la vue (de belles lèvres s’adonnant à la gourmandise). Et ce quelque chose qui éclate, qui sort du prénom, pour nous dire quelque chose d’inattendu, qui s’étale et se propage dans tous les interstices, c’est cela un prénom, une bannière symbolique qui regroupe tellement d’ondes cachées qui émanent de lui. Voilà ce que le mien me chuchote et qui se lit sur ce collage.

Sarah VASSEUR