Tous les articles par sarahvasseur

“Satisfaction garantie” – séquence 22

Laurence Belmont passa devant le bureau du Dr Calvin, et, mû par une imputation soudaine, frappa à la porte. Il trouva la psychologue en compagnie du mathématicien Peter Bogert, mais il n’hésita pas pour autant.

– Claire m’a déclaré que l’US Robots a payé tout les frais de transformation de ma maison… dit-il.

– Oui dit le Dr Calvin. Nous avons assumé ces dépenses, estimant qu’elle faisaient nécessairement partie d’une expérience pleine d’enseignements. Votre nouvelle situation d’ingénieur associé vous permettra désormais d’entretenir ce train de vie, je suppose.

– Ce n’est pas ce qui m’inquiète. Du moment que Washington a approuvé les tests, je pense que nous pouvons nous procurer un nouveaau modèle TN dès l’année prochaine.

Il fit le geste de sortir avec hésitation, puis se ravisa avec non moins d’hésitation.

– Eh bien, Monsieur Belmont ? demanda le Dr Calvin après un léger silence.

– Je me demande… commença Larry. Je me demande ce qu’il c’est réellement passé chez moi durant mon absence. Elle — Claire — me semble tellement différente. Ce n’est pas seulement son apparence… bien que je sois littéralement stupéfait, je l’avoue. (Il eut un rire nerveux.) C’est elle ! Et pourtant je ne reconnais plus ma femme… Je n’arrive pas à m’expliquer…

– A quoi bon chercher ? Êtes-vous déçu en quoi que ce soit des changements intervenus ?

– Au contraire. Mais  cela ne laisse pas de m’effrayer un peu, voyez-vous…

– A votre place, je ne me ferais pas de soucis, Monsieur Belmont. Votre femme c’est fort bien tirée de l’aventure. A franchement parler, je n’attendais pas que l’expérience des enseignements aussi complets. Nous savons exactement quelles corrections il conviendra d’apporter au modèle TN, et le mérite en revient entièrement à Mme Belmont. Si vous voulez le fond de ma pensée, j’estime que vous êtes davantage redevable de votre avancement à votre femme qu’à vos propres mérites.

Cette déclaration sans fard fit tiquer visiblement Larry. [Note de la réalisatrice : Il serre les mâchoires.]

– Du moment que cela ne sort pas de la famille… conclut-il de façon peu convaincante avant de prendre congé.

P1030581
(cc) Sarah Vasseur (28/03/2014)

Ce passage de la nouvelle est essentiellement centré sur le dialogue. Il existe deux temps : Celui où Larry marche dans le couloir et entre dans le bureau, puis les échanges entre lui et le Dr Calvin. Le dialogue en lui-même comprend deux moments-clefs : Celui où Larry sous-entend qu’il s’est probablement produit quelque chose de “pas très catholique” pour que Claire ait changé à ce point, et celui où le Dr Calvin lui assène qu’il n’aurait jamais eu seul les talents nécessaires pour obtenir une promotion, sans les miracles réalisés par sa femme durant l’expérience… Les trois vignettes proposées ci-dessus représentent ainsi ces différents éléments…

A l’aide de mon crayon à papier et de quelques crayons de couleur, j’ai choisi de représenter un plan de Larry dans le couloir, on le suit en traveling ; puis un plan d’ensemble, valable pour ses entrée et sortie, mais aussi pour resituer ponctuellement la conversation dans le décor du bureau ; enfin un plan serré sur le visage de Larry, pour mieux capter ses émotions et les différentes expressions de son visage. J’ai souhaité “mixer” l’univers futuriste d’Asimov, avec le côté vintage des personnages dû à l’année de publication de la nouvelle. J’ai choisi paradoxalement de donner un côté “rétro” au laboratoire du Dr Calvin, lui conférant ainsi l’aspect d’un cabinet de “psychanalyste pour robots”. En revanche, je souhaitais que le couloir de l’US Robots soit résolument futuriste, en s’affranchissant des règles de l’architecture contemporaine. Ici, les murs sont incurvés, donnant au décor l’aspect d’un tunnel qui n’est pas sans rappeler l’intérieur du vaisseau de 2001 Odyssée de l’Espace.

Sarah Vasseur

Croisée des chemins

Sarah Vasseur (21/02/2014)
Sarah Vasseur (21/02/2014)

C’est principalement en essayant des filtres et des formes diverses que j’ai obtenu ce résultat. Ne connaissant pas vraiment le logiciel Photoshop, j’ai profité des cours avec Joëlle pour m’amuser et découvrir certaines possibilités.

Bulles d’eau qui remontent. Vie. Mouvement. Dans un monde industriel, électrique. Transparence des démons et mouvements ostentatoires. Traversée du désert froid et lumière plus intense. La peur n’est qu’un miroir des faces cachées de notre être qui ont besoin d’être regardées. Cercles. Perfection et continuité, infinie spiritualité. Microcosmes dansants, coeurs étincelants.

Dansorama

Sarah Vasseur (09/02/2014)
Sarah Vasseur (09/02/2014)

La danse est un ensemble de mouvements complets, complexes, et pourtant, nous ne la voyons toujours que de façon linéaire. D’ailleurs, n’utilise-t-on pas les termes d’enchaînement chorégraphique ? Notre vision nous limite à découvrir les choses les unes après les autres, sans que celles-ci ne semblent pouvoir se manifester toutes en même temps à nos yeux. Nous pouvons saisir une cohérence d’ensemble, mais jamais voir tous les mouvements en même temps. Je pratique la danse depuis plusieurs années maintenant, et cela m’a porté vers cette photo. Une photo qui tente de montrer et de voir tous les mouvements de la danse en même temps. Mais aussi de montrer que la danse est aussi quelque chose de volatile, de fluide, de doux, qui laisse une trace, mais jamais ne peut se saisir. La danse est une oeuvre d’art éphémère, que l’on ne peut saisir ou posséder.

Des mouvements, des cadrages, des jeux de lumières, des essais de position…

Finalement, le résultat n’est pas vraiment celui que j’escomptais. Apparait plutôt comme un fantôme mouvant. On ne reconnaît pas forcément la décomposition de mouvements de danse, mais on retrouve la fluidité et la légèreté que je recherchais. L’aspect fantomatique et les contrastes de lumières entre le noir et le blanc créent une forme informe, éphémère, et donc à l’image de la danse.

Sarah Vasseur.

 

Saractuelle

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Saractuelle. (cc) Sarah Vasseur (26/01/2014)

Où est notre vrai visage dans ce tumulte de stimulations extérieures ? Dans le tourbillon des distractions du monde actuel, à quel moment pouvons nous regarder réellement ? Nous nous hypnotisons mutuellement, à coup d’images, à coup de divertissements, si bien que nos vrais visages semblent bien pâles. Est-ce-que nous nous connaissons réellement en dedans, en dessous, par delà tous ces amas d’informations psychédéliques ?

Il semblerait que le regard prenne une place essentielle dans le chemin qui nous ramène à nous et aux autres. Les yeux de l’autre sont parfois le miroir où je vois danser ma vie, et malgré les visages défaits, les cerveaux consumés par les technologies lancinantes, les yeux, eux, sont toujours rayonnants. Ils émettent toujours une force centrale. C’est un regard conscient et acéré posé sur la vie. Tout cela explique les choix de ce collage.

Sarah VASSEUR

Intimité piquée

P1030530
Sarah Vasseur (12/01/2014)

Un jour sur deux, avec mon copain, on se pique. Enfin, on le pique. Pour l’instant, j’apprends à le faire. Il a la sclérose en plaques. Dans son cas, avec les choix qu’il fait, cela sous-entend des intraveineuses 3 fois dans la semaine. Au début, son père s’en chargeait puisqu’il est infirmier. Aujourd’hui nous vivons ensemble. Il a appris à se faire les injections lui-même, mais ce n’est pas facile. Alors j’apprends à le faire aussi. J’ai tout de suite pensé à photographier cela car je trouve que cet acte traduit doublement l’intimité qui est entre nous : d’une part par notre rapport de couple et dans la proximité avec son corps et sa maladie. Cela traduit aussi quelque chose d’intime de ma vie.

Pour le comment, les choses se compliquaient. Une fois que tout était préparé, le cadrage prêt, je voulais mettre le retardateur et prendre une photo. Mais cela sous-entendait n’en avoir qu’une seule, peut-être mauvaise. On sonne à la porte. Un ami. Celui qui nous sous-loue l’appartement. C’est vrai, il devait passer, on avait oublié. Du coup, je pose l’appareil photo, fais le cadrage, certains réglages… Il appuie régulièrement sur le déclencheur pendant la manipulation. Mais il ne laisse pas le temps à l’appareil de faire la mise au point et toutes les photos sont floues.

Du coup, je suis frustrée, celle qui m’intéressait est floue.  Je la mets quand même, avec une autre photo à la une, qui est plus jolie mais pas celle que je souhaitais. En fait je n’ai pas réussi à choisir entre les deux. Et elles se complètent. Même si nous ne voyons pas son visage pour préserver son anonymat, le résultat est l’intimité reconnue à travers mon regard. Nous comprenons qu’il me regarde aussi, et je suis en train de le panser. C’est la proximité qui est saisie.

Sarah Vasseur.